icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Enceinte Hi-Fi, enceinte acoustique : comment çà marche et comment choisir [épisode 1]

Horns enceintes high end pavillon extravagance universum

Enceintes colonne ou de bibliothèque, active ou passive, haut-parleurs électrodynamiques, électrostatiques ou à pavillons, membranes, câblage, filtres, rendement, impédance… les audiophiles eux-mêmes ont parfois du mal à s’y retrouver pour choisir de bonnes enceintes Hifi qui correspondent à la fois à leur système, leur pièce et à leurs goûts. Voici donc quelques points pour vous aider à mieux comprendre l’univers des enceintes acoustiques, composants essentiels de tout bon système hifi.

Une enceinte a pour rôle de convertir un signal électrique, appelé communément signal audio ou le signal analogique, en vibrations acoustiques (vibrations de l'air) perceptibles par l’oreille humaine. Cette conversion passe par nombre de composants : connectique, câbles, filtres, haut-parleurs, ébénisterie, grilles de protection, etc. et donne un certain résultat à l’écoute, avec une bande passante donnée, une restitution sonore mettant plus ou moins en avant les registres grave, médium ou aigu, une directivité plus ou moins grande… Un résultat qui dépendra aussi de la pièce d’écoute et des électroniques que l’on branchera sur les enceintes.

Du pavillon à l’enceinte …

Les premiers appareils qui, à partir de la fin du XIX° siècle, permirent aux particuliers d’écouter de la musique chez eux n’étaient pas des enceintes, mais des pavillons de phonographes, puis de gramophones, suite notamment aux inventions d’Edison et de Berliner. Ils étaient équipés d’une membrane qui, mise en mouvement émettait des vibrations acoustiques amplifiées pas un cornet. Par la suite, le premier haut-parleur électrodynamique fit son apparition dans les années 1920, breveté par Rice & Kellog. Il est fait d’une membrane mise en mouvement par un aimant associé à une bobine qui forment le moteur. D’abord fixé sur un pan unique, ou baffle plan, puis sur un plan replié, il fut finalement mis en façade d’un cabinet ou boîtier. C’est la naissance de l’enceinte, dans les années 1930.

oliver lodge

Plus c’est gros, mieux ça marche ?

L’histoire de l’enceinte acoustique fait parler ses propriétés. Au commencement, les haut-parleurs étaient placés sur de simples plans, ou baffle-plans, ce qui évitait les résonances parasites de coffret et phénomènes de compression. Une approche encore utilisée par certaines marques high-end et ésotériques comme Soundkaos, Kyron Audio ou Eden Acoustic, mais qui pose un réel problème de reproduction des basses fréquences qui s'annulent par phénomène de court-circuit acoustique entre l'onde avant et l'onde arrière émises par la membrane du haut-parleur. Pour limiter ce court-circuit aux plus basses fréquences, il faut un baflle-plan de très grandes dimensions ou, mieux encore, un "baffle infini" ce qui est naturellement rarement possible dans une pièce d'habitation normale.

70th Anniversary Heresy III Facebook

Plus réalistes et faciles d’utilisation, les premières enceintes des années 1940 ont des cabinets (ou ébénisteries) larges et profonds, permettant généralement de loger un ou deux gros haut-parleurs. Cette configuration est liée au fait que l’enceinte a pour rôle de mettre de l’air en vibration. Ainsi, plus le cabinet sera gros, accueillant un gros haut-parleur, plus la quantité d’air mise en vibration pourra être importante (ce qui est nécessaire dans le grave) et plus l’enceinte sera satisfaisante. L’approche utilisant de très gros et larges cabinets sur des enceintes est encore vive aujourd’hui, et peut s’apprécier sur des enceintes Harbeth ou Tannoy, voire sur certaines réalisations néo-vintage de Klipsch.

hifi bannerImage 02

Si les enceintes larges garantissent un meilleur résultat sonore, elles peuvent poser un problème d’encombrement. C’est pourquoi les enceintes contemporaines utilisent surtout des formats dits « colonne » ou « bibliothèque », prenant peu de place au sol. Le format contemporain d’enceinte colonne, étant donné qu’il se rapproche de la forme d'un tube, favorise des phénomènes de résonances indésirables – les mêmes résonances exploitées volontairement quand on joue d’instruments à vent. Il reste cependant le meilleur format pour avoir le cabinet le plus volumineux possible avec un encombrement minimum au sol. En effet, une enceinte bibliothèque s’utilisera de manière optimale sur des pieds d’enceintes. Un ensemble enceinte bibliothèque + pied utilisant un petit cabinet sera au final aussi encombrant qu’une enceinte colonne au cabinet plus grand. Mais il n’y a pas que le format qui compte…

68d0a8ea94505c842bfef98f1003b4e8

Haut-parleur unique ou enceinte multi-voies ?

L’enceinte idéale pourrait être dotée d’un haut-parleur unique de type large-bande. Elle permettait ainsi de reproduire tout le spectre sonore dans un cabinet optimisé. Cela afin d’éviter les erreurs d'alignement de phase et problème de filtrage entre plusieurs haut-parleurs (voies), puisque plus une enceinte utilise de haut-parleurs, plus il est difficile de les faire s’exprimer clairement tous en même temps.
Cependant, un haut-parleur unique a du mal à être à la fois très léger et rapide pour reproduire correctement les fréquences aiguës, et très large pour reproduire des fréquences graves. Le haut-parleur unique parfait est donc difficile à construire. Lorsqu’il existe chez certains constructeurs très high-end ou ésotériques, il ne permet pas d’être polyvalent sur différents styles de musique, ni sur une grande variété de timbres et limite la réponse aux fréquences médiums.

hansen grand master

À l’excès inverse, une enceinte utilisant de nombreuses voies (une pour chaque partie du spectre sonore : bas-grave, haut-grave, bas-médium, haut-médium, aigu, suraigu, etc.) par l’utilisation de haut-parleurs multiples posera un réel problème de construction et de coût. Pour parer aux logiques contradictoires de la difficulté à mettre différents haut-parleurs en phase d’une part et de construire un haut-parleur unique polyvalent d’autre part, l’audiophile moyen fera donc souvent le choix d’une enceinte à deux ou trois voies, bien conçue. Un haut-parleur large-bande qualitatif, accompagné d’un tweeter et/ou d’un boomer en complément pour permettre à l’enceinte de couvrir un large spectre sonore – ou ce qu’on appelle plus techniquement sa réponse en fréquence - constituera donc un choix raisonnable et souvent plus réaliste en terme de prix.

sonus faber gaurneri memnto

Les avantages des enceintes de bon rendement ?

Là aussi, l’histoire de l’électroacoustique nous donne de bonnes indications. Les premières enceintes de marques comme JBL, Lansing, ou encore Klipsch, conçues pour les cinémas, étaient à très haut rendement. Cette technologie, adaptée pour reproduire la musique de concert ou les sons d’un film de la manière la plus réaliste possible, utilisait notamment des pavillons, qui à la manière d’un porte-voix permet de concentrer le son sur une zone donnée. Ainsi, notamment dans les aigus, le pavillon augmente également la directivité, ce qui peut être un avantage ou un désavantage selon que l’on se situe dans une salle publique ou un salon. Déjà dans les débuts de la hifi et encore aujourd’hui, les enceintes de haut rendement sont vendues aux particuliers par des marques comme Pure Audio, TAD ou Héliade et permettent de sonoriser de grandes salles pour du home cinéma ou de bonnes grosses soirées festives.

Heliade Audio enceintes haut rendement home cinema

Cependant, il faut remettre l’utilisation du haut rendement dans son contexte initial, qui était à l'époque des débuts celui d’amplificateurs à lampe peu puissants, branchés à des enceintes de cinéma visant principalement à restituer des voix, et donc le milieu du spectre audible. Ainsi les enceintes de haut rendement ont une réponse en fréquence moins étendue, et une restitution généralement centrée sur le milieu du spectre. L’approche contemporaine, visant à donner aux enceintes une réponse en fréquence très étendue avec une restitution plus linéaire ou physiologique, descendant plus bas dans le grave, utilise donc plutôt du bas rendement. Cela donne un son qui semble plus maîtrisé, propre et complet, mais aussi plus artificiel, comme on peut l’écouter sur des modèles récents d’enceintes comme ceux de Bose ou Devialet.

avantgarde die uno

Le rendement correspond à la puissance qu’il faudra envoyer dans une enceinte pour obtenir un niveau sonore donné. L’indicateur du rendement dans les fiches techniques des enceintes est la sensibilité, exprimée en dB à 1 m pour 1 W. Ainsi, un rendement plus élevé permet de choisir un amplificateur moins puissant, qui pourra aussi être plus musical, tandis qu’un rendement plus faible demandera un ampli plus costaud.

Mais il y a encore beaucoup à dire sur les enceintes, alors guettez notre épisode 2...

Nos articles conseils ON Mag :

 


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Enceintes

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Commentaires   

#4 michipi 15-03-2019 11:52
Bonjour, ceci m'a beaucoup aidé. Bisous
Non je rigole c'est de la merde sa n'a servit a rien dans ma recherhce vivement que vous vous suicidiez bonne journée
Cordialement TA MERE
#3 JPB 21-05-2017 17:38
Votre article est très intéressant et discute entre autres de l'approche baffle-plan. Ayant mentionné le nom de notre entreprise Eden Acoustique, je tenais à ajouter qu'une basse profonde et articulée peut définitivement être produite par un "petit" baffle plan. Dans notre cas, notre module de basse utilise un baffle de 400 x 400 mm. Pour arriver à une basse qui descend jusqu'à 27 Hz à -3 dB comme dans nos TOMEI, le secret réside à poser le module très près du sol et en l'utilisation judicieuse d'un "digital signal processor" - DSP. Un module de basse baffle-plan offre plusieurs avantages au niveau sonore mais ce sera pour une autre fois... ;-)
#2 Spotifi 24-04-2017 20:22
Article très interessant et synthétique ! Vivement la suite ! Le haut rendement présente t-il toujours une réponse en fréquences tronquée ? Honnêtement je n'ai jamais eu cette impression, par exemple à l'écoute de modèles VOT d'époque très bien accompagnées.
#1 Ottavi 01-04-2017 14:24
Merci pour ces explications limpides
ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework