icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

8 conseils pour bien choisir son amplificateur HiFi d'occasion

ampli occasion choisir ONMag

Les bonnes affaires en matière d'amplis d'occasion sont plus difficiles à dénicher que pour d'autres matériels HiFi, comme les enceintes. Leurs circuits sont complexes et comportent des composants dont la qualité est difficile à mesurer. Les modèles et marques en sont des indicateurs relativement aléatoires. Voici néanmoins huit conseils «maison» pour tirer le meilleur d'une chasse à l'ampli de seconde main.

1. L'écoute, encore l'écoute, toujours l'écoute

Comme lorsque vous achetez n'importe quel matériel HiFi, le plus important reste de vous faire plaisir. Alors sortez vos morceaux préférés (avoir au minimum avec soi un câble mini-jack/RCA à brancher sur son smartphone), écoutez de préférence l'amplificateur sur vos enceintes et/ou vos sources, et vérifiez si ça colle avec vos oreilles. Une écoute à fort volume peut permettre de distinguer des signes de distorsions, craquements ou crissements ne provenant pas de la source ou des enceintes.

2. Examinez la bête

Parcourez le châssis : y a-t-il des traces de chutes, de chocs ? A-t-il été ouvert ? Si oui, pourquoi ? Si possible, faites ouvrir l'appareil par le vendeur ou secouez le doucement pour vérifier qu'aucune pièce n'est détachée à l'intérieur. Les composants sont-ils bien assemblés et en bon état ? Y a-t-il des traces ou odeurs de brûlure ? En branchant l'amplificateur, on peut aussi vérifier si l'activation des boutons de volume ou de réglages produit des sons, ce qui peut être le signe d'un besoin de décrassage interne – et l'occasion de négocier une baisse du prix. Vérifiez également le fonctionnement de toutes les entrées, ainsi que l'état du câble d'alimentation et s'il produit du bruit lorsqu'on le bouge. Les pièces de rechange sont-elles disponibles en cas de casse ou d'usure ?

3. Attention à la période de construction

Les bonnes affaires sont plus faciles à repérer pour les appareils fabriqués à partir des années 1970 et 1980. Suffisamment anciens pour bénéficier d'une bonne décote par rapport au prix du neuf, ils offriront souvent une restitution correcte, voire supérieure pour les meilleurs modèles. Attention en revanche aux amplificateurs à tubes des années 1950 ou aux amplis à transistors au germanium des années 1960, qui nécessitent une certaine connaissance de leurs composants pour faire un bon choix. La bonne ou mauvaise qualité de modèles des années 1990 et 2000 est plus facilement identifiable, d'anciens tests et avis étant disponibles en ligne. D'une manière générale, les appareils de cette génération sont plus fiables, mais leur prix peut être plus élevé. Paradoxalement, les amplificateurs simples des années 1990 ou 2000 peuvent aussi s'avérer plus facilement réparables que des modèles des années 2010, dont les circuits font appel à la micro-informatique.

connectique ampli occasion ONMag

4. Renseignez-vous abondamment sur les modèles et les marques

Les amplificateurs comportent des composants complexes dont la qualité dépend entre autres de celle des matières premières. Certaines marques ont pu sortir des modèles exceptionnels, et d'autres beaucoup moins reluisants, d'autres encore ont changé d'usines ou d'ingénieurs à plusieurs reprises au cours de leur histoire. Il ne s'agit donc pas de se fier à un nom de marque à tout prix. Certains amplificateurs de seconde main sont vendus plus cher en raison de la renommée de leur marque, sans nécessairement mieux sonner.

5. Vérifiez les entrées audio disponibles

La plupart des amplificateurs vintage datant d'avant les années 1980 ne comportent pas d'entrée numérique puisque les sources numériques… n'existaient pas dans les salons de l'époque ! Pour les amplificateurs à entrée numérique, et donc dotés d'un convertisseur numérique analogique (DAC), il convient de vérifier les capacités de ce dernier et évidemment ne pas s'attendre à pouvoir lire de la musique Hi-Res ! La lecture à travers vos sources tels que les téléviseurs, lecteurs réseau, récepteurs Bluetooth, etc. est donc conditionnée à l'existence d'une entrée numérique compatible ou à l'ajout d'un DAC à votre système, qui lui-même peut être acheté d'occasion…

6. Vérifiez la compatibilité avec vos enceintes

L'impédance de sortie de l'amplificateur et l'impédance recommandée pour les enceintes doivent correspondre, ainsi que la puissance de l'amplificateur et la puissance admissible des enceintes. Si la puissance admissible n'est pas inscrite au dos des enceintes, ou que l'impédance de sortie ne l'est pas au dos de l'amplificateur, une rapide recherche en ligne devrait vous fournir la réponse.

interieur amplificateur hifi ONMag

7. Attention au transport

On ne préviendra jamais assez, allez de préférence chercher l'amplificateur vous-même, ce qui vous permet de l'écouter par la même occasion. Évitez les envois postaux ou si cela est possible, demandez à ce que l'appareil soit expédié dans son emballage d'origine. Dans le doute, prenez des photos au déballage pour faire valoir des dommages arrivés pendant le transport.

8. Attention à l'addiction

Un dernier conseil pour finir : on prend souvent goût aux bonnes affaires, surtout quand elles sonnent bien. Avant de passer tous vos week-ends dans des vide-greniers, et d'avoir des amplificateurs chez vous à ne plus savoir qu'en faire, n'oubliez pas que l'essentiel reste d'écouter son système et de faire partager sa musique !

Photos : Qacoustics, Wikimedia

Nos articles conseils ON Mag :


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: occasion, conseils

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework