PUBLICITÉ

Test Philips Fidelio T1 : de vrais écouteurs zéro fil audiophiles face à la difficile épreuve de l'ergonomie

Philips Fidelio ONmag 5

Glorieuse gamme du constructeur Philips, Fidelio est synonyme de luxe et de son audiophile depuis de nombreuses années. Les récents casques Fidelio L3 et Fidelio X3, ou encore la barre de son Fidelio B97, ont tous montré que Philips n'avait rien perdu de sa belle science. Premiers écouteurs true wireless du constructeur, les Fidelio T1 se placent logiquement parmi les modèles haut de gamme du marché.

Philips Fidelio T1

Type : écouteurs True Wireless à réduction de bruit active
L’avis d’ON-mag : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Prix : 300 euros

LA SUITE APRÈS LA PUB

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE

Luxe fidèle, mais confort bien peu universel

Avec les écouteurs true wireless T1, l'expérience luxueuse Fidelio est décidément bien au rendez-vous. Si nous pouvions craindre que Philips ne parvienne pas à reproduire le sérieux de ses casques audio, ici la marque nous fait clairement mentir. Ses écouteurs sont un pur exemple de raffinement, malgré leur volume conséquent.

Philips Fidelio ONmag 1

Plus que l'assemblage en lui-même, c'est le couple design/matériaux qui nous impressionne. Le dos des écouteurs, par exemple, est entièrement recouvert d'aluminium brossé du plus bel effet. La zone tactile, présente sous la forme d'un petit cercle surélevé, confère une certaine classe à ce produit pourtant assez sobre. La face intérieure est quant à elle revêtue d'une matière antidérapante tout aussi sérieuse. L'ensemble est "seulement" certifié IPX4 (la norme pour l'essentiel des écouteurs), mais cela n'altère en rien la qualité de la formule.

Ce luxe se reflète d'autant plus dans la boîte de charge, véritable petit colosse (pour ce type de produit) d'aluminium anodisé, dont le capot se pare d’une petite touche de cuir Muirhead. Aucun jeu n'est à déplorer au niveau de la charnière et la densité apporte une sensation de solidité qu'on ne retrouve que chez quelques références luxueuses de Klipsch ou Master & Dynamic.

Philips Fidelio ONmag 4

LA SUITE APRÈS LA PUB

Mais les dimensions de l'ensemble ont un revers. Difficile d'envisager de ranger la boîte dans une poche de pantalon. Le problème des écouteurs est un peu plus profond, car il touche directement au confort.

D’une forme proche de celle des Sony WF-1000Xm3, les Fidelio T1 sont tout sauf confortables, en tout cas pas de manière universelle. Leur canule, bien qu'assez courte, est particulièrement large, ce qui est assez gênant dans l'oreille. Dommage, car Philips livre des embouts en mousse de chez Comply, en plus des embouts en silicone.

Une ergonomie bas de gamme

La zone tactile assez large des écouteurs Philips Fidelio T1 aurait pu être la promesse d'une ergonomie complète. La marque l'a malheureusement joué petits bras. Seul l'écouteur droit permet un début de navigation, à savoir la lecture/pause et le passage à la piste suivante (respectivement via un et trois appuis). En plus de cela, il est possible de basculer entre les modes de réduction de bruit. L'écouteur gauche, quant à lui, ne permet que d'appeler l'assistant vocal du téléphone. Une austérité ergonomique tout simplement ridicule pour un produit haut de gamme.

Philips Fidelio T1 ONMag comp 1

Ce n'est pas l'application Philips Headphones qui arrange réellement les choses, puisqu’en plus de manquer de stabilité, elle n'autorise que quelques réglages assez superficiels. Seules quatre courbes d'égalisation sont par exemple disponibles, non-personnalisables qui plus est. La comparaison avec l'application de Sony est particulièrement sévère.

Une technologie à maturité

Si l'ergonomie et le confort déçoivent, ce n'est heureusement pas le cas de la conception technique des Philips Fidelio T1.

LA SUITE APRÈS LA PUB

La connectivité, pour commencer, est presque irréprochable. En plus de l'intégration d'une connexion Bluetooth multipoint (connexion à plusieurs appareils à la fois), chose rare sur ce type d'écouteurs, les Fidelio T1 prennent en charge le très qualitatif codec LDAC de Sony. À ce jour, seule une poignée d'écouteurs true wireless peuvent se targuer d'une telle fiche technique. Ces bonnes surprises vont de pair avec une excellente stabilité de connexion.

Philips Fidelio ONmag 2

Bien qu’il ne soit pas aussi impressionnant que celui des Sony WF-1000Xm4 ou des AirPods Pro, le système de réduction des bruits extérieurs (ANC) reste d'un niveau satisfaisant. Nous aurions pu en attendre encore un peu plus dans les très basses fréquences et dans les haut-médiums, mais Philips assure l'essentiel et permet déjà aux Fidelio T1 de placer l'utilisateur dans une petite bulle de calme. En outre, le retour sonore (mode Transparence) est étonnamment naturel.

Mais la performance la plus remarquable concerne sans conteste l'autonomie. Lors de nos tests, nous avons mesuré 8 h 45 avec ANC et plus de 12 h 30 sans ANC. Une performance à la hauteur des champions du genre.

L'hybride c'est la vie ?

Afin de faire honneur à sa gamme Fidelio, Philips a équipé les écouteurs T1 d'une architecture acoustique plutôt ambitieuse, qu'on trouvait déjà sur les PI7 de Bowers & Wilkins : une topologie hybride deux voies. Un transducteur dynamique assure ainsi la reproduction sonore des basses et des médiums et un transducteur à armature équilibrée (ou armature balancée) se charge de reproduire les aigus.

Ne tournons pas autour du pot, à l’écoute, les Fidelio T1 se démarquent clairement du tout-venant par une qualité technique digne du haut de gamme. Les aigus, bien qu'un peu trop mis en avant sur certaines fréquences, n'en ont pas moins les qualités et la maîtrise que l'on peut attendre de bons transducteurs à armature balancée.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Philips Fidelio ONmag 6

Les basses, légèrement mises en avant également, ne débordent jamais sur les médiums et conservent une maîtrise suffisante pour briller sur tous les styles de musique. De manière assez atypique, le mode ANC fournit les meilleurs résultats, car avec lui, le son est plus équilibré dans les médiums (légère accentuation des bas-médiums dans les autres modes). Nous conseillons également l'utilisation des embouts en mousse à mémoire de forme Comply, qui affinent légèrement la restitution dans les aigus.

Les Philips Fidelio T1 développent un chant légèrement clair à l'oreille, pas neutre mais suffisamment équilibré pour rester polyvalent. Le niveau de détails, l'ouverture, la scène sonore, tous ces points font que ces écouteurs sont parmi les excellents élèves du genre. Les Sony WF-1000Xm4 ont encore la main sur le bas du spectre, plus enveloppant et plus détaillé, mais Philips frappe très fort dans les aigus. La capacité des Fidelio T1 à alterner le calme et la puissance est particulièrement marquante. Certains préféreront tout de même une sonorité plus grasse, plus ronde, les Fidelio T1 pouvant paraître froids pour qui n'accroche pas à leur signature sonore.

Dommage d'avoir délaissé l'ergonomie et de ne pas avoir assez travaillé sur le confort, car les Philips Fidelio T1 restent une belle expérience.

Les Philips fidelio T1 sur le banc de mesure

Réponse en fréquence mousse
Ci-dessus, la réponse en fréquence (non compensée) des T1 avec les embouts en mousse Comply. Rouge : ANC. Bleu et vert (superposés) : mode ANC off et transparence. 

Réponse en fréquence siliconeCi-dessus, la réponse en fréquence (non compensée) des T1 avec les embouts en silicone. Vert : ANC. Bleu et orange (superposés) : mode ANC off et transparence. Si cela n'apparaît pas forcément sans compenser la mesure, les embouts en mousse permettent un meilleur équilibre.

ANC
Mesure de l'ANC des écouteurs. En rouge, le signal témoin. En bleu, l'isolation passive. En vert, l'ANC. En violet, le mode transparence.

 >>> À LIRE ÉGALEMENT : TOUS NOS TESTS D'ÉCOUTEURS SANS FIL ET NOS TESTS DE CASQUES ANTIBRUIT

Spécifications

  • Type : écouteurs true wireless à réduction de bruit active
  • Architecture sonore : deux voies hybride
  • Transducteur dynamique de 10 mm
  • Transducteur d'aigu à armature balancée
  • Réponse en fréquence : 20 Hz à 40 kHz
  • Impédance : 16 Ohms
  • Sensibilité : 105 dB
  • Puce Bluetooth 5.2
  • Codecs Bluetooth supportés : SBC, AAC, LDAC
  • Déclinaisons : noir (version testée), blanc
  • Prix : 300 euros

Notre avis

  • Fabrication : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange(5/5)
  • Confort : etoile bleueetoile bleueetoile griseetoile griseetoile grise(2/5)
  • Ergonomie : etoile orangeetoile orangeetoile griseetoile griseetoile grise(2/5)
  • Isolation phonique : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
  • Autonomie : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange(5/5)
  • Qualité sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)
  • Musicalité : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile grise(4/5)
  • Intérêt : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Philips

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus