Skip to main content
PUBLICITÉ

Sampo (Le jour où la terre gela) : une conte féerique inspiré du Kalevala (en Blu-ray et DVD)

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5) 

Synopsis 

Dans un beau pays du Nord, le bûcheron Lemminkainen rencontre la belle Anniki, sœur du forgeron Ilmarinen qui connaît le secret de fabrication du Sampo, une roche magique produisant l'abondance. Non loin de là, sur l'île de Pohjola, peuplée de gnomes et de trolls, la sorcière Louhi désire augmenter sa puissance grâce au Sampo. Elle fait alors enlever Anniki afin d'attirer Ilmarinen sur ses terres.

>>> ACHETER SUR AMAZON
- LE COMBO BLU-RAY/DVD 

LA SUITE APRÈS LA PUB
  • Titre original : Sampo
  • Support testé : Blu-ray
  • Genre : fantastique, aventures
  • Année : 1959
  • Réalisation : Alexandre Ptouchko
  • Casting : Urho Somersalmi, Anna Orochko, Ivan Voronov, Andris Osins, Ada Voytsik, Eve Kivi, Georgiy Millyar, Mikhail Troyanovskiy
  • Durée : 1 h 30 mn 09
  • Format vidéo : 16/9
  • Format ciné : 2,35/1 (Sovscope)
  • Sous-titrage : français
  • Piste sonore : LPCM stéréo 2.0 finnois
  • Bonus : Mediabook avec le Blu-ray du film (90 mn 03), le DVD du film (86 mn 28) et un DVD de bonus - le livre « Du Kalevala à Sampo : Récit d'une production épique » par Matthieu Rehde (96 pages)
  • Bonus : Causerie au coin du Sampo, présentation par Christian Lucas et Stéphane Derdérian (2023, 50 mn 55) - Making of (1957, restauré 4K en 2018, 8 mn 54) - entretiens en VOST avec l'historienne du cinéma Mia Öhman : La Percée du cinéma soviétique en Finlande (17 mn 59),  Des relations houleuses (10 mn 40), Les Autres coproductions (6 mn 39) - entretiens en VOST avec l'historien du cinéma Nikolaï Mayorov :  Des prises de vues multipliées par 4 (8 mn 36), les effets spéciaux (36 mn 02) - diaporama d'affiches et photos (2 mn 30)
  • Éditeur : Artus Films

 

 

Commentaire artistique

Sampo est le septième long métrage du cinéaste russe Alexandre Ptouchko à qui l’on doit, entre autre, Le Géant de la steppe (1956) et Le Conte du tsar Saltan (1966), ainsi que Vij ou le diable (1967) comme directeur artistique, tous trois disponibles chez le même éditeur. C’est en Finlande que le réalisateur va filmer son adaptation tirée de l’épopée finnoise féérique « Kalevala » (23 000 vers distribués en 50 chants) composée entre 1835 et 1839 par Elias Lönnrot, un folkloriste qui assembla des poèmes populaires ancestraux collectés surtout en Carélie (cf. livre bonus très documenté). Cet ouvrage qui va contribuer au développement du nationalisme finlandais, va inspirer de nombreuses œuvres artistiques (peinture, sculpture, musique, etc.) et influencer l’Heroic Fantasy de J.R.R. Tolkien, Michael Moorcock, Lyon Sprague de Camp, etc. Le film d’Alexandre Ptouchko, assisté du finlandais Risto Orko, est la première coproduction cinématographique de l’URSS avec un pays occidental, la Finlande, et s’inscrit dans la politique d’ouverture initiée par Nikita Khrouchtchev… ce qui n’empêcha pas le film d’être empêtré par les contradictions politico-artistiques de l’atavisme soviétique. L’immensité du Kalevala interdisant toute adaptation sérieuse en un seul long-métrage, les scénaristes ne vont retenir que quelques péripéties limitées aux chants 39 à 49, qu’ils passent au crible de la censure du politiquement correct. Ils vont schématiser l’intrigue en la réduisant à celle d’un conte classique dans lequel s’affronte les bons (pays radieux du Kalevala) et les méchants (ile glacée du Pohjola) et en gommant tout ce qui est irrecevable (l’imperfection des héros). Le scénario transforme Annikki (Eve Kivi) en vierge irréprochable et Lemminkäinen (Andris Ošiņš) en héros central, à la vaillance exemplaire et au physique avantageux, mais qui ne devra sa survie qu’à son admirable mère Louhi, jouée avec lyrisme par Anna Orotchko, la nièce de Lénine, qui gagnera la célébrité avec ce rôle ! Filmé simultanément (cf. bonus) en Scope (2,35/1) et au format académique (1,37/1), par les directeurs de la photographie Gennadi Tsekavyj et Viktor Yakushev, Sampo est tourné en extérieurs dans les paysages magnifiques de Finlande et d’Ukraine, et en intérieurs dans les décors grandioses des studios Mosfilm (Moscou). Cinéaste radicalement perfectionniste, Alexandre Ptouchko exige que les acteurs russes disent leurs dialogues en finnois et que tout ce qui apparait à l’écran (décors, costumes aux couleurs symboliques, accessoires…) soit le plus authentique possible avec l’aval de spécialistes comme conseillers historiques (archéologues et musées finlandais) : la séquence allègre du mariage est ainsi filmée au musée ethnographique de plein air d’Helsinki (parc de Seurasaari). Malgré des dissensions et des désaccords artistiques, Sampo (cf. Making of) finira par être bouclé en octobre 1958 après 18 mois de tournage. La féérie du conte peut alors compter sur un usage créatif exceptionnel des effets spéciaux optiques très efficaces (cf. bonus avec Nikolaï Mayorov) réalisés en post-production, comme, par exemple, l’inversion de défilement de la pellicule, l’emploi combiné de masques errants, d’accélérés, de maquettes, de Matte Paintings (images composites). Sorti en octobre 1959 en Finlande, Sampo ne peut cacher ses orientations soviétiques manifestes : imagerie d’Épinal ostensiblement bucolique, conformisme niais des personnages, convoitise mercantile du Sampo. Il attirera d’ailleurs en salle près de vingt millions de russes. Mais grâce à son habile mélange de merveilleux, de poésie et de musique (Kantele), le film ne choquera pas trop les finlandais, malgré les déviations qu’il donne de leur Kalevara national : ils ne commenceront à le critiquer qu'après la chute de l’URSS.  Roger Corman, détenteur des droits d’exploitation aux USA, va diffuser le film amputé de 24 minutes sous le titre The Day The Earth Foze (Le Jour où la terre gela) comme une vugaire Série B catastrophe ! Fort heureusement ce plaisant MediaBook combo Blu-ray/DVD propose une version intégrale récemment restaurée, assortie d’un livre extrêmement bien documenté sur le film et de bonus intéressants, entre autre sur le contexte du cinéma finlandais des années 60  et sur certains aspects techniques de la production.  Sampo, malgré ses faiblesses, son caractère hybride associant deux productions nationales divergentes et son fond trop dénaturé par la pensée politique, demeure un divertissement féérique intéressant, révélateur du talent indéniable de conteur du cinéaste Alexandre Ptouchko.  

 

Blu ray Sampo

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire technique 

Sampo a été filmée en quatre versions différentes simultanément (cf. bonus), deux en finnois 2,35/1 et 1,37/1 et deux en russe 2,35/1 et 1,37:1 avec des variations de cadrages et de lumière. Mais c’est la version 2,35/1 qui est considérée comme l’originale de cette fable épique. La version finlandaise proposée sur ce Blu-ray a été restaurée en 4K à l'Institut national audiovisuel finlandais (KAVI), en utilisant le négatif nitrate Sovcolor original. 

Image : copie HD, bonne définition mais piqué variable selon les plans, nettement plus doux sur les images composites nécessaires aux trucages optiques, texture argentique discrète et homogène, peut être atténué par DNR à la restauration (tournage en 35 mm en 2,35/1 Sovscope, Master Format 4K restauré), peu de défauts mais quelques taches de couleur et des distorsions optiques latérales dues au procédé soviétique Sovscope, excellent contraste qui augmente sur les plans extérieurs avec une image lumineuse, noirs solides, étalonnage plus naturaliste en extérieur que dans les scènes à effets spéciaux, colorimétrie vive aux teintes franches chaudes (éclairages de la forge et autre scènes fantastiques) et froides (neige, glace)

Son : mixage 2.0 stéréophonique finnois (4 pistes stéréo au cinéma et DTS-HD 5.1 sur le Blu-ray américain), dialogues très clairs et se déplaçant sur l’écran (mixage vintage) en fonction de la position des acteurs, excellente dynamique sur les nombreux effets sonores et sur la belle musique épique d’Igor Morozov, spatialisation frontale avec peu d’effets surrounds mais un excellent positionnement sur les trois voies L-C-R, pas de souffle ou de distorsion, spectre un peu limité dans les aigus et dans les graves

 

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixage sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)

LA SUITE APRÈS LA PUB

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0053240/

>>> ACHETER SUR AMAZON
- LE COMBO BLU-RAY/DVD

 

LA SUITE APRÈS LA PUB


Autres articles sur ON-mag ou le Web pouvant vous intéresser


PUBLICITÉ