Cinq films américains sur la Seconde Guerre Mondiale en HD (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Cinq Films de guerre 00

Note artistique globale : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

L’Enfer des hommes : bien avant de devenir acteur, Audie Murphy a été soldat lors de la Seconde Guerre mondiale. Se découvrant des talents hors-pair de tireur, il est envoyé en première ligne et joue un rôle déterminant sur le terrain pour la victoire finale des alliés…

LA SUITE APRÈS LA PUB

Le Héros d’Iwo-Jima : il est un des six hommes à avoir planté le fameux drapeau américain, Ira Hayes, natif-américain, a beaucoup de mal à se faire à sa nouvelle célébrité et à la mort de son meilleur ami. Après la guerre, il essaie d'oublier et de réintégrer sa tribu…

Le Combat du capitaine Newman : en 1944, le capitaine Joseph Newman dirige le département neuropsychiatrique d'un hôpital de l'armée américaine. Il soigne de nombreux soldats victimes de traumatismes psychologiques sur le terrain. Médecin à l'éthique irréprochable, il s'interroge de plus en plus sur sa mission et le sens de sa profession en temps de guerre…

Tobrouk, commando pour l’enfer : lors de la Seconde Guerre mondiale, un commando britannique, composé de Juifs Allemands, reçoit la mission de détruire des réserves d'essence appartenant aux Nazis. Pour cela, ils doivent parcourir plus de 800 kilomètres à travers un désert impitoyable.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Le 5ème commando : le capitaine Forster, officier Britannique s'infiltre au sein d'un commando allemand mené par l'impitoyable capitaine Shroeder. Après s'être fait passer pour un soldat nazi dans le besoin, Forster doit remplir une mission hautement périlleuse et remonter jusqu'à l'état-major de Rommel…

• Titre français : L’Enfer des hommes - Le Héros d’Iwo-Jima - Le Combat du capitaine Newman - Tobrouk, commando pour l’enfer - Le 5ème commando
• Titre original : To Hell and Back - The Outsider - Captain Newman, M.D. - Tobruk - Raid on Rommel
• Support testé : Blu-ray
• Genre : guerre
• Année : 1955, 1961, 1963, 1967, 1971
• Réalisation : Jesse Hibbs, Delbert Mann, David Miller, Arthur Hiller, Henry Hathaway
• Casting : (1) Audie Murphy, Marshall Thompson, Charles Drake, Jack Kelly, Gregg Palmer, Paul Picerni, David Janssen, Richard Castle (2) Tony Curtis, James Franciscus, Gregory Walcott, Bruce Bennett, Vivian Nathan, Edmund Hashim, Paul Comi, Stanley Adams (3) Gregory Peck, Tony Curtis, Angie Dickinson, Eddie Albert, James Gregory, Bethel Leslie, Robert Duvall, Jane Withers, Dick Sargent (4) Rock Hudson, George Peppard, Nigel Green, Guy Stockwell, Jack Watson, Norman Rossington, Percy Herbert, Liam Redmond (5) Richard Burton, John Colicos, Clinton Greyn, Wolfgang Preiss, Danielle De Metz, Karl-Otto Alberty, Christopher Cary, John Orchard
• Durée : 1 h 46 mn 16 - 1 h 48 mn 27 - 2 h 06 mn 20 - 1 h 49 mn 30 - 1 h 38 mn 00
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : (1) 2,55/1 (ici en 2,39/1) (2) 1,85/1 Noir et Blanc (3) 1,85/1 (4, 5) 2,35/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais, français (sauf 2)
• Bonus : le film par Laurent Aknin (16 mn 09, 19 mn 48, 12 mn 16, sauf 4, 8 mn 52) - bande annonce d'époque (2 mn 43, 1 mn 39, 2 mn 11, 2 mn 46, 2 mn 28)
• Bonus commun : jaquette réversible - Dans la même collection - DVD du film
• Éditeur : Elephant Films

Commentaire artistique

Les amateurs de film de guerre vont certainement apprécier ces cinq long-métrages américains même si la plupart étaient déjà édités en DVD. Trois titres, L’Enfer des hommes, Le Héros d’Iwo-Jima et Le Combat du capitaine Newman, appartiennent à la période de transition qui marque le passage du système hollywoodien traditionnel en vigueur dans les années 40 au Nouvel Hollywood des années 70. Comme le répète Laurent Aknin à longueur de bonus, c’est le moment où le cinéma californien s’affranchit des rigidités antérieures, notamment avec la fin du code Hays, et introduit un peu de modernité dans ses longs métrages. Les deux autres titres, Tobrouk, commando pour l’enfer et Le 5ème commando, relèvent plus du film de guerre de divertissement dans lequel le spectacle d’action prime sur la dimension psychologique et l'Histoire.

L’Enfer des hommes, exemple presqu’unique dans l’histoire du 7e Art, est tout à la gloire d’un acteur, Audie Murphy, qui interprète son propre rôle à l’écran avec quelques années de plus. Le scénario, tiré de son autobiographie « To Hell and Back », évoque la carrière militaire du jeune Audie qui deviendra à 19 ans un soldat héroïque (terme qu’il n’aimait pas) ayant récolté quasiment toutes les décorations militaires américaines, en plus d’autres décorations françaises et belges. Avec ses scènes d’action époustouflantes, ce biopic, réalisé avec des moyens importants, récoltera un triomphe commercial : évidemment la présence du vrai protagoniste, l’évocation fidèle des combats et de la vie du jeune Audie ont favorisé le succès de ce film de guerre pour le moins excessivement patriotique et pas toujours très palpitant. Audie Murphy, a du mal à jouer l’émotion alors que paradoxalement il souffrait d’un syndrome post-traumatique de ses années de guerre. C’est d’ailleurs sur ce constat que le biopic réalisé en 1961 par Delbert Mann, Le Héros d’Iwo-Jima, va concentrer son intrigue : il est question d’Ira Hayes, un amérindien, devenu célèbre malgré-lui en participant à l’érection du second drapeau américain sur le mont Suribachi sur l’île d’Iwo-Jima et immortalisée par le photographe Joe Rosenthal. Le personnage, traumatisé par son statut de héros participant à l’effort de guerre, est incarné avec intensité par Tony Curtis, grimé pour la circonstance. L’envers du décor n’est guère reluisant : Ira Hayes devenu alcoolique finira ses jours prématurément. Pour la première fois un film abordait le stress hérité des combats (ignoré dans Iwo Jima d’Allan Dwan en 1949 avec John Wayne) et préfigurait des films majeurs comme Full Metal Jacket (1987) de Stanley Kubrick et La Mémoire de nos pères (2006) de Clint Eastwood. Filmé en noir et blanc, Le Héros d’Iwo-Jima relate sans fioriture (il est même fait allusion à l’amitié excessive qui semble lier Ira Hayes et Jim Sorenson joué par James Franciscus) la tragédie d’un homme incompris et poussé à oublier ses convictions : rarement le cinéma d'Hollywood des années 60 n’avait poussé aussi loin la critique et abordé un sujet aussi sensible. C’est toujours le même thème du syndrome post-traumatique que va traiter le film de David Miller Le Combat du capitaine Newman en 1963. On y retrouve Tony Curtis incarnant le caporal Leibowitz fraîchement recruté dans l’unité neuropsychiatrique dirigée par le capitaine Newman (Gregory Peck). Le roman de Leo Rosten, adapté pour le film, s’inspire du psychiatre Ralph Greenson (qui suivra plus tard Marilyn Monroe) s’occupant de pilotes traumatisés et pionnier dans la reconnaissance du stress post-traumatique. Mélange de tragédie et de comédie, qui semble annoncer le ton de Robert Altman dans M.A.S.H. (1970), le film ne se prive pas de jouer la carte du charme avec la séduisante lieutenante Francie (Angie Dickinson) et le principe de l’échantillonnage représentatif de cas comme celui du colonel Bliss (Eddie Albert). Si l’alternance émotionnelle du rire aux larmes est souvent intentionnellement trop forcée et bien que Tony Curtis, inénarrable, vole la vedette à Gregory Peck (toujours impeccable et réservé), Le Combat du capitaine Newman a le mérite d’aborder, avant l’heure, la responsabilité éthique de la médecine en tant de guerre (avec le personnage du caporal Jim Tompkins joué par Bobby Darin alors au plus haut de sa popularité). Comme le souligne avec justesse Laurent Aknin (cf. bonus) il est également intéressant de comparer ces acteurs de la vieille école confrontés à la génération suivante incarnée avec brio par Robert Duvall.
Tourné en Californie et en Espagne à la fin des années 60, Tobrouk, commando pour l’enfer, scénarisé par Leo V. Gordon, s’inspire d’une réelle opération militaire sur Tobrouk en 1942, l’opération Daffodil ou Operation Agreement, menée par un commando spécial SIG réunissant des juifs parlant l’allemand. Si l’intrigue est fertile en action et bien menée, elle est contraire à la réalité historique qui fut un désastre. Le film, qui bénéficie de la présence deux stars confirmées, Rock Hudson et George Peppard, est dirigé avec efficacité par Arthur Hiller et ne manque pas de séquences spectaculaires jusqu’à un final explosif rappelant Les Canons de Navarone ! Quatre ans plus tard, Universal produit Le 5ème commando, un film similaire, d’abord destiné à la télévision et confié au vétéran Henri Hathaway qui avait déjà réalisé en 1951 l’excellent filme sur Rommel Le Renard du désert avec James Mason. Il faut dire que dans ce nouveau film, réalisé à l’économie au Mexique, rien ne respire l’innovation : ni l’intrigue, ni la teinture blonde de Richard Burton pour imiter la coiffure de George Peppard dans le film précédent, et encore moins l’emprunt éhonté de toutes les scènes d’action du film d’Arthur Hiller. L’adjonction d’un personnage féminin plutôt insipide (Danielle De Metz dans son ultime rôle au cinéma) ne suffira pas à attirer les spectateurs : le film sera un retentissant échec commercial.

 

Blu ray Cinq Films de guerre

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire technique

Tous ces films bénéficient d’un nouveau Master restauré

L’Enfer des hommes

Image : copie HD, définition correcte mais très variable selon les plans avec des stock-shots plus dégradés, grain argentique homogène, cadre image 2,39/1 au lieu du 2,55/1 original, image propre hormis quelques défauts ponctuels, étalonnage chaud, colorimétrie aux tons saturés (visages cuivrés)
Son : mixage anglais 2.0 monophonique (où est passé la stéréo 4 pistes du CinémaScope 2,55/1 ?), dialogues clairs, bonne dynamique sur les séquences de combats, pas de distorsion, ni de bruit de fond ; mixage VF 2.0 monophonique daté, clair mais très artificiel avec des voix dominant les ambiances

Le Héros d’Iwo-Jima

Image : copie HD, bonne définition, piqué variable selon les plans et les stock-shots, grain argentique régulier, bon contraste, étalonnage homogène et image propre, noirs denses, échelle des gris régulière
Son : mixage anglais 2.0 monophonique, dialogues clairs, pas de distorsion ou de souffle appuyé, dynamique élevée

LA SUITE APRÈS LA PUB

Le Combat du capitaine Newman

Image : copie HD, excellente définition, piqué étonnant sur les détails, grain argentique discret et homogène, image propre, très bonne gestion naturelle des contrastes, étalonnage et colorimétrie naturalistes, teintes réalistes
Son : mixage anglais 2.0 monophonique, dialogues clairs, bonne dynamique, pas de distorsion ou de saturation ; mixage VF 2.0 monophonique datée, claire, peu naturelle

Tobrouk, commando pour l’enfer

Image : copie HD, très bonne définition sauf sur quelques stock-shots, piqué et textures sans faille, grain argentique assez appuyé, excellente contraste, étalonnage chaud privilégiant une colorimétrie cuivrée très saharienne (tournage en Californie et en Espagne !), image sans défaut notoire
Son : mixage anglais 2.0 monophonique, dialogues clairs, bonne dynamique (avion, combat final), pas de distorsion ; mixage VF 2.0 monophonique clair, soigné, mais manquant de naturel

Le 5ème commando

Image : copie HD, bonne définition mais piqué moyen, grain argentique homogène, aspect et granulation différents dans les scènes d’action (empruntées au film Tobrouk, commando pour l’enfer), contraste sans excès, étalonnage chaud, colorimétrie manquant parfois de vivacité, image propre
Son : mixage anglais 2.0 monophonique, dialogues clairs, pas de distorsion, dynamique adéquate (scènes d’action) ; mixage VF 2.0 monophonique dynamique mais artificielle avec un doublage détaché des ambiances

Notre avis

Image : (1) etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5) (2) etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5) (3) etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5) (4, 5) etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)
Bonus : etoile rougeetoile rouge(2/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb
L’Enfer des hommes : https://www.imdb.com/title/tt0048729/
Le Héros d’Iwo-Jima : https://www.imdb.com/title/tt0055270/
Le Combat du capitaine Newman : https://www.imdb.com/title/tt0056903/
Tobrouk, commando pour l’enfer : https://www.imdb.com/title/tt0062377/
Le 5ème commando : https://www.imdb.com/title/tt0067650/

 

Combo Blu-ray/DVD et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework