PUBLICITÉ

Test Bang & Olufsen Beoplay EQ : luxe et audio font bon ménage sur ces écouteurs TWS, mais au prix fort

Bang And Olufsen EQ ONmag 1

Plus ambitieux écouteurs True Wireless de Bang & Olufsen à ce jour, les nouveaux Beoplay EQ sont surtout les premiers de la marque à intégrer une réduction de bruit active. Bénéficiant des sciences luxueuses et sonores de la marque scandinave, ces EQ auront fort à faire pour justifier leur tarif particulièrement élevé de 400 euros.

Bang & Olufsen Beoplay EQ

Type : écouteurs True Wireless à réduction de bruit active
L’avis d’ON-mag : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Prix : 400 euros

LA SUITE APRÈS LA PUB

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE

Comment maîtriser la forme

Sur la forme, B&O rate très rarement son coup. Sans surprise, ce n'est pas aujourd'hui que la marque nous décevra.
Les Beoplay EQ bénéficient d'un design assez attirant, caractérisé par un dos au découpage asymétrique et surmonté d'une plaque (tactile) en aluminium anodisé. On ne parlera pas d'un sommet de luxe, car le châssis demeure principalement en polymère (avec une surface antidérapante), mais tout est clairement au-dessus de la moyenne. Les écouteurs atteignent une certification IP54, ce qui est la norme actuelle pour les écouteurs zéro fil, pas plus.

Bang And Olufsen EQ ONmag 4

À l'inverse, les EQ auraient sans doute mérité une petite cure d'amaigrissement. Nous pourrions leur adresser le même reproche qu'aux Sony WF-1000Xm4 : le confort qu’ils procurent est loin d'être universel. Ainsi, les utilisateurs qui ont hérité d'un petit espace entre le tragus et la conque de leurs oreilles (là où les écouteurs se placent) auront-ils beaucoup de difficultés avec les Beoplay EQ. Les autres trouveront des écouteurs se plaçant dans la moyenne, plus stables qu'on ne pourrait le penser de prime abord, assez confortables à l'usage, mais définitivement pas taillés pour un usage sportif (le centre de gravité est trop à l'extérieur).

Bang And Olufsen EQ ONmag 10

Plus impressionnante que les écouteurs, la boîte de charge fait vraiment passer le produit du côté luxueux de l'audio. Compacte, tout en aluminium anodisé, irréprochablement assemblée, elle se permet également de soigner la présentation des écouteurs. Ceux-ci sont élégamment disposés de chaque côté, presque affleurant dans leur encoche. Enfin, le fond plat non-métallique permet d’assurer une recharge par induction, en plus de la charge USB-C.

LA SUITE APRÈS LA PUB

L'ergonomie épurée à la mode scandinave

Antithèse de l'expérience façon Sony, Bang & Olufsen œuvre pour une vraie simplicité, qui confine presque à l'ascétisme.
À partir des écouteurs, il est possible de déclencher la lecture/pause, de basculer entre les modes de réduction de bruit, ou encore de régler le volume. En revanche, la navigation entre les pistes audio est impossible. Rien ne permet, via l'application, d'arranger cela.

Bang And Olufsen EQ ONmag 11

L'application Bang & Olufsen, justement, s'attache au strict minimum. Il n'est par exemple pas possible, outre les commandes, de régler l'intensité de la réduction de bruit active ou du retour sonore. Pour cette fonction, seules l'activation et la désactivation d'un "ANC adaptatif" (il règle sa force en fonction de la situation) sont possibles.
L'unique option vraiment utile reste l'intégration d'un égaliseur à deux modes : prédéfini (5 préréglages) et Beosonic. Ce dernier s'affiche comme une "roue sonore", qui permet de basculer vers un son plus ou moins clair ou chaud, plus ou moins percutant ou doux.

Bang And Olufsen EQ ONmag 1 1

Dommage que Bang & Olufsen limite autant les possibilités, car à défaut d'être tronquée, l'expérience ne nous paraît pas aussi riche qu’on pourrait l’attendre d’un modèle haut de gamme.

ANC déjà très convaincant

La réduction de bruit active (ANC) n'a jamais été une spécialité de B&O, qui livre avec ses divers casques des performances un peu en dents de scie. La surprise est donc de taille ici, puisque l'ANC intégré aux écouteurs Beoplay EQ est tout à fait satisfaisant, voire davantage. En revanche, il est très préférable de désactiver l'option ANC adaptative, peu fonctionnelle en pratique.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Bang And Olufsen EQ ONmag 2

Efficace dès les plus basses fréquences, la réduction de bruit peut atteindre jusqu'à 20 dB voire 25 dB, ce qui est une performance de la trempe de celle des meilleurs du genre. Ce constat pourrait être idyllique si l'isolation passive était un peu plus importante (assez faible pour de vrais intras), que ce soit avec les embouts classiques ou les embouts Comply en mousse fournis.
Mais surtout, les Beoplay EQ ont un défaut assez classique des écouteurs True Wireless à réduction de bruit : le point de croisement entre l'ANC et l'isolation passive, autour de 1 kHz, est marqué par une isolation à peu près nulle, ce qui laisse des sons bien précis déborder. Les Devialet Gemini nous ont paru, d'une manière générale, supérieurs sur le plan de la réduction de bruit.

Bang And Olufsen EQ ONmag 6

Le mode Transparence, quant à lui, est assez homogène dans sa reproduction. Sans être naturel, le rendu est tout à fait convenable et seules les fréquences au-delà de 4 kHz sont sensiblement atténuées.
À défaut de se confronter aux Sony WF-1000Xm4 en matière d'autonomie, les Beoplay EQ ont tenu, selon notre protocole de test (sous codec AAC) un peu moins de 6 h avec ANC, et un peu moins de 7 h sans. 

Un son riche, si possible sans ANC

Équipés d’un transducteur de 6,8 mm, les B&O Beoplay EQ font également partie des rares écouteurs à prendre en charge le récent codec AptX Adaptive. De quoi afficher des performances sonores de haute volée ? Oui, d'une manière générale.
Avec ANC (ou Transparence), B&O mise sur une accentuation assez marquée des basses, sans débordement excessif, ainsi que sur une légère mise en retrait des médiums. Les Beoplay EQ n'ont pas la maîtrise technique des Devialet Gemini dans le bas du spectre, mais se calent pourtant dans les meilleurs élèves, avec un rendu ample et très propre. Nous aurions seulement pu espérer un son encore un peu plus percutant.

Bang And Olufsen EQ ONmag 3

LA SUITE APRÈS LA PUB

Sans ANC, le boost dans les basses se fait plus discret, les médiums sont plus équilibrés, ce qui aère légèrement l'écoute. D'un point de vue audiophile, c'est le mode à privilégier, bien qu'il ne transcende pas l'expérience.
Très passe-partout, les Beoplay EQ insistent sur une écoute polyvalente, relativement douce, marquée toutefois par quelques pics bien placés dans les aigus. Nous n'atteignons pas la richesse offerte par les B&W PI7 dans le haut du spectre, mais les Beoplay EQ se rattrapent justement par ce côté légèrement granuleux de l'écoute, un peu vinylique. Rien n'est jamais froid avec eux.
De son côté, la scène sonore est cohérente, avec un excellent niveau de détails. Néanmoins, la séparation des instruments, ou plutôt la profondeur de cette scène, n'a malheureusement rien d'exceptionnel.

Bang And Olufsen EQ ONmag 13

Clairement, les Bang & Olufsen Beoplay EQ font payer un peu cher leur prestation sonore, qui se tient parfaitement dans le haut de gamme, mais n'est pas supérieure à ce que propose Sony ou, dans un registre un peu différent, Devialet. Le constructeur cultive ici une personnalité bien à lui, mais très agréable à l'écoute.

Les Bang & OLufsen Beoplay EQ sur le banc d'essai

Bang And Olufsen EQ ONmag 7
Réponse en fréquence (non compensée). En bleu et en marron, les modes ANC et Transparence. En vert, la réponse en fréquence sans ANC.

Bang And Olufsen EQ ONmag 8
Mesure de la réduction de bruit active. En rouge, le signal témoin. En vert, avec ANC. En violet, le mode Transparence. En mauve, la réduction passive.

 >>> À LIRE ÉGALEMENT : TOUS NOS TESTS D'ÉCOUTEURS SANS FIL

Spécifications

  • Type : écouteurs True Wireless à réduction de bruit active
  • Transducteurs dynamiques de 6,8 mm
  • Puce Bluetooth 5.2
  • Codecs supportés : SBC, AAC, AptX Adaptive (compatibilité AptX et AptX HD)
  • Autonomie annoncée : jusqu'à 7 h 30 sans réduction de bruit, 20 h de plus avec le boîtier
  • Certification IP54
  • Embouts : 4 tailles d'embouts en silicone, 1 paire d'embouts Comply en mousse
  • Poids : 8 g par écouteur, 50 g pour le boîtier de charge
  • Déclinaison : noir, blanc sable
  • Prix : 400 euros

Notre avis

  • Fabrication :etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange(5/5)
  • Confort/tenue :etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
  • Ergonomie :etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile griseetoile grise(3/5)
  • Isolation :etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4,5/5)
  • Autonomie :etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile grise(4/5)
  • Qualité sonore :etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
  • Musicalité :etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orange(4,5/5)
  • Intérêt :etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



B&O, Bang & Olufsen

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus