icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Test M2Tech Evo Two Plus DAC+Supply : petites boîtes audiophiles pour un grand son

M2Tech Evo test On mag

La gamme Evo du manufacturier italien M2Tech, est une série de petits appareils audionumériques DAC, alimentation, interfaces, horloge qui permettent de créer un système de conversion évolutif que l'on constitue brique par brique au gréé de ses envies, besoins et de son budget.
Cette gamme vient de bénéficier d'une profonde refonte. L’Evo Dac par exemple se décline en 2 versions aujourd’hui : l'Evo Dac Two et un grand frère qui prend le suffixe Plus. Les interfaces, elles aussi, ont bénéficié de nombreux arrangements avec une toute nouvelle interface Hiface Evo Two, une nouvelle horloge Evo Clock Two, le tout pilotable maintenant depuis une télécommande. Enfin, une alimentation externe très attendue, l’Evo Supply voit le jour pour tout ce petit monde, nous nous en félicitons.

---------
CE TEST A ÉTÉ PUBLIÉ DANS NOTRE
GUIDE 2016 DE L'AUDIO CONNECTEE
RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES D'ACHAT.
---------

En effet, comme annoncé en février de cette année sur On-mag dans un article complet, le grand spécialiste italien du numérique M2Tech vient d’actualiser toute sa gamme Evo qui devient Evo Two. Deux nouveaux convertisseurs A/D pointent leur nez poussant les limites de l’ancien Evo Dac bien plus loin, tant en matière de formats traités que de fonctionnalités.
Une interface HiFace Evo Two étend ses capacités grâce à l’ajout d’une seconde entrée au standard S/PDIF RCA en plus de son USB : une nouveauté bien appréciable qui ne le limite plus, comme l’ancien modèle, à jouer juste le rôle d'interface pour ordianteur et le rend plus universel (surtout relié à la nouvelle horloge M2Tech).
Plus intéressant et totalement nouveau, l’Evo Dac Two Plus profite en supplément d’une liaison spécifique optique pour gérer de façon propriétaire le flux de données numérique entre l’Hiface Evo Two ou encore l’Evo Clock Two. Ainsi, et suivant la fréquence d’échantillonnage de chaque disque ou fichier, un calage d’horloge se fera automatiquement et en temps réel entre les deux appareils connectés. Saluons l’ingéniosité de M2Tech.
Une nouvelle horloge voit aussi le jour, l’Evo Clock Two. Là aussi, certaines nouveautés nous conviennent parfaitement. L’aspect quelque peu austère de l’ancien modèle voit arriver en plein milieu de sa face un joli petit afficheur bleuté qui servira, télécommande à la main, à son fonctionnement. Cette horloge de course peut aussi travailler avec d’autres productions que celles de M2Tech grâce à sa sortie Clock Master, mais à condition que ces derniers soient compatibles avec une horloge fonctionnant à 22.5792 MHz/24.576 MHz, 11.2896 MHz/12.288 MHz ou encore 10 MHz. A cela s’ajoute la liaison spécifique Clock Info citée plus haut.

M2Tech Evo back

Un dac bien plus complet

Mais revenons-en à nos appareils en test d’aujourd’hui : le couple Evo Dac Two Plus et son alimentation externe, Evo Supply. L’ancien Evo Dac que nous connaissions bien (et dont les caractéristiques techniques lui conféraient une compatibilité jusqu’à 24 bits/192 kHz) se voit remplacé par deux autres modèles Two : l’Evo Dac Two et le Two Plus, nous nous concentrerons sur ce dernier. La différence avec le précédant Evo Dac ne sera pas uniquement sur la compatibilité de formats traités, mais aussi de fonctionnalité dans le sens large du terme.
Toujours embarqué dans un petit boitier métallique de 11 x 5.5 x 10 cm, le nouvel arrivant Plus offre en effet un nombre accru de connexion. À la place des trois entrées de l’ancien modèle (I2S sur RJ45, USB et coaxiale), nous trouvons toujours une USB,  une RCA coaxiale, une i2S (cette fois-ci au standard HDMI PS Audio) et enfin une optique Toslink supplémentaire. Une seconde optique tout à fait spéciale dite "Clock Info" rejoint les autres en face arrière. Cette sortie va échanger des informations avec l’appareil mis en connexion, permettant ainsi un calage de fréquence d’horloge entre ce convertisseur et l’Hiface Evo Two que rejoindra ou pas la nouvelle horloge Evo Clock Two. Grâce à cette liaison optique, l’Evo Dac Two Plus pourra basculer sa fréquence d’horloge en mode Word Clock ou Master Clock en fonction des signaux, et ce en temps réel. Les deux sorties analogiques, du type Single-Ended, offrent un niveau de sortie de 2.5 Vrms avec un taux de distorsion très bas de 0.0005%. et un rapport signal-bruit de 120 dB. La configuration est double mono.

Pilotons de loin cette fois

Restant dans les possibilités et nouveautés de ce convertisseur Evo Dac Two Plus, ajoutons qu’en lieu et place du commutateur de l’ancien modèle, une télécommande peut piloter l’appareil à distance. Petite, compact et toute noire, nous y trouvons toutes les fonctionnalités nécessaires. Nous pouvons, par exemple, jouer sur le contrôle de volume (99 pas de 0.5 dB), régler la balance en cas de décalage entre les deux canaux et plus intéressant, inverser la phase absolue de l’appareil. Plus beaucoup d’appareils ne proposent cette dernière fonction, mais elle se révèle bien utile lorsque certains enregistrements sont effectués avec une phase inversée (le + à la place du – et sur les deux canaux). En effet, et suivant les enregistrements, il n’est pas certain que la même phase soit appliquée en studio donc sur le disque ou fichier lu. Il arrive que le même cas se produise parfois d’un morceau à l’autre au sein du même album. Et même, au niveau des appareils eux-mêmes, certains préamplis par exemple, inversent cette phase. Ce qui peut sembler à un gadget de prime abord est en réalité une fonction bien pratique que nous retrouvons souvent dans des appareils plus haut de gamme.
D’autre part et grâce à la fonction HID, L’Evo Dac Two Plus pourra prendre le contrôle de volume de l’application de lecture directement lorsqu’il sera relié en USB à un ordinateur. Un petit plus bien sympathique encore une fois qui lui offre la possibilité d’être associé directement à des enceintes actives ou, pourquoi pas, à un bloc de puissance externe. Nous comprenons mieux la présence de cette nouvelle télécommande.

M2Tech Evo inside

Et inside, what’s new ?

Outre ses fonctionnalités supplémentaires qui en font un convertisseur dans l’air du temps, la structure interne a bien changé, ne serait-ce que pour accepter des flux digitaux 32 bits/384 kHz en PCM et 11.2 MHz en DSD256, mais seulement  sur les entrées USB et I2S. Les deux autres entrées n’atteignent que des flux jusqu’à 24 bits/192 kHz, ce qui pour beaucoup est suffisant.
La raison principale de cette ouverture à des flux Hi-Res vient de la présence d’une puce de conversion Sabre dont juste le nom évoque une nette reconnaissance de la part de bien des audiophiles. M2Tech a donc affublé son nouvel Evo Dac Two Plus du modèle ES9018K2M dont les performances lui permettent de grimper jusqu’au format ultra HD DXD, un standard utilisé sur certains enregistrements en studio. Cette puce peut aussi bien entendu traiter le flux DSD256.
Cette puce de conversion de course est entouré d’une puce Xmos pour gérer l’entrée USB, de deux oscillateurs haute précision et d’un double circuit d’amplification (ampli-op) à faible bruit avec nombre de petits condensateurs polypropylènes de qualité. Enfermé dans le même petit boitier métallique que ses prédécesseurs, le montage sur une sur carte est réalisé de façon industrielle avec composants de surface, absence de câble et une implantation rationnelle.
L’Evo Dac Two Plus est livré avec une petite alimentation externe, mais comme les autres produits de la gamme, nous ne saurons que conseiller de passer à une alimentation plus performante qui en tirera de plus hautes performances sonores. Ce qui nous n’avons pas hésité à faire d’ailleurs avec l’Evo Supply. Ajoutons que comme pour tous les Dacs HD, l’installation d’un pilote ou driver sera nécessaire pour lire des fichiers Hi-Res depuis les ordinateurs sous Windows. Ce logiciel pilote est téléchargeable sur le site du fabricant, le manuel d’emploi très complet en indique les opérations à suivre. Idem pour le logiciel de lecture. L’utilisateur a le choix entre le bien connu FooBar (en le configurant avec l’installation de DLL adaptées) ou encore JRiver, un player payant. Tous deux possèdent toutes les fonctionnalités requises pour travailler en mode Asio.

M2Tech Supply back

Evo Supply : 3 en 1

Nous avons souvent quelque peu pesté contre les produits M2Tech passés entre nos mains et leur bloc d’alimentation trop basique. Nombre d’audiophiles avertis et un peu bricoleurs (comme nous) avaient pallié ce problème par l’achat d’un bloc externe de plus haut niveau, le prix du modèle très abouti Van Der Graff de M2Tech (une super alimentation produite par M2Tech) repoussant leur élan. Certes, pour des appareils plus haut de gamme de ce fabricant, ce serait tout à fait envisageable, mais pour des modèles ne dépassant pas les 1000 €, pas franchement. Possédant sur notre système une ancienne interface Evo, nous avons fait de même avec un modèle plus efficace mais plus onéreux que celui livré par M2Tech. Nous accueillons donc avec soulagement l’Evo Supply. Petite par la taille puisque dans le même coffret, elle n’en demeure pas moins une alimentation à découpage digne de ce nom dont la technologie découle de celle introduite dans le Van der Graff avec des régulateurs discrets, et une protection efficace contre les courts-circuits. Elle offre trois sorties de 9 V pour alimenter un ensemble complet M2Tech, avec mise en veille sur la face avant de celles-ci. Nous ne nous sommes pas amusés à comparer nos alimentations respectives, mais cette proposition M2Tech est une bonne surprise pour celui qui ne veut s’embêter plus que cela.

Ecoute

Les écoutes ont été effectuées avec un système légèrement différent que celui que nous possédions auparavant : amplification Goldmund Metis 5 avec enceintes Grand Cru Horizon (sur lesquelles nous reviendrons un jour plus en détail), alors que les sources étaient confiées, soit à un lecteur réseau Lumin via sa sortie numérique, soit un PC jouant avec le player JRiver. Pour les liaisons, nous avons repris notre Wireworld Starlight pour l’ordinateur et un câble numérique fait maison pour le Lumin, le reste étant du Goldmund Lineal et Absolue Créations In-TIM.

Ce n’est pas la première fois qu’un M2Tech passe entre nos mains : un test du convertisseur Young comme du petit Hiface ayant déjà été passé sur On-mag. Nous avons toujours beaucoup apprécié le côté transparent de ces appareils, l’écoute du couple Evo Two Dac Plus et son Evo Supply reste dans le sillon de la marque. Néanmoins, nous avons été surpris assez vite, car le ton général a quelque peu changé pour une musicalité douée de plus de chaleur et d’onctuosité. Serait-ce le choix du Dac Sabre qui en serait responsable, pourquoi pas ? En tout cas, les faits sont là, les voici détaillés pour vous au travers de quelques échantillons de disques ou fichiers numériques parmi bien d’autres écoutés.

L Belle Epoque Fondamenta

En effet et sur l’excellent disque "La belle Epoque" réunissant Marianne Piketti, Dana Ciocarlie et Magali Léger sur des œuvres de Saint-Saëns et Samazeuilh (Fondamenta), le couple en test s’illustre par un pouvoir de définition propre à la marque qui s’associe aujourd’hui à une profondeur et à une meilleure densité des timbres, un hommage à la qualité de ce disque. Le son reste fouillé et précis dans le haut du spectre avec une rapidité bien appréciable, il s’accompagne cette fois d’un registre médium plus charpenté, plus charnu. Nous conservons donc ce pouvoir d’analyse tellement apprécié de la marque auquel se joignent des timbres plus chauds donnant sans contexte une touche plus humaine à la reproduction sonore. Le piano déploie son étendue spectrale avec majesté comme un toucher des notes plus velouté. La voix gagne en amplitude et en présence, la scène sonore s’étale devant nous avec une largeur assez impressionnante pour le prix de ce couple. L’équilibre tonal a manifestement gagné en justesse, il ne le rendra que plus universel quant à son mariage avec différents systèmes d’écoute.

Nous avons pu faire les mêmes constatations sur "Die Fledermauss" de J.S Strauss (Deutsche Grammophon) et, là aussi, nous notons une nette amélioration, notamment sur la construction de la scène sonore. L’image stéréophonique jouit d’une largeur et d’une profondeur encore plus convaincante qu’avec ses prédécesseurs. Et par exemple, pour le chanteur qui se ballade entre les deux enceintes (acte II), son espace d’expression s’est élargi de façon exemplaire. Les réverbérations sont mieux reproduites, apportant ainsi plus d’aération et d’ouverture à la lecture de ce passage. Les plans sonores sont mieux distribués, et l’on perçoit avec une meilleure précision l’univers sonore écouté. La sensation de présence est bien accentuée comme les différents plans sonores.

Passant à de la musique plus moderne, on ne peut que tomber sous le charme de l’Evo Dac Two Plus et son alimentation. Les fichiers "One Seconde" du groupe Yellow nous révèlent, mais ce n’est pas une surprise, une excellente rapidité sur des petits signaux, cette qualité se retrouvant sur les attaques de notes par exemple. La sonorité de l’ensemble est très aérée, très volubile. Le registre aigu ne semble pas montrer de limite, avec un bas du spectre musclé, le genre qui ne traine pas une seconde. Les synthés et leurs effets sont au premier plan dans toute leur dimension, ils sont soutenus par une basse électrique puissante mais pas envahissante pour autant. Chacun reste à sa place et avouons que l’Evo Dac Two Plus + l’Evo Supply en donne justement de l’espace pour que le son s’épanouisse sans restriction. Au milieu d’une image stéréophonique d'une belle perspective sonore, les voix conservent leur matérialité et leur présence scénique. Cela va vite, c’est précis, net, mais sans aucun aspect décharné. Il semble que sur ce point, ce nouveau système Evo marque incontestablement des points par rapport à l’ancien.

En conclusion, cet ensemble marque de nouveaux points par rapport à la concurrence qui n’a qu’à bien se tenir. Il est fait pour ceux qui aiment la précision, comme le nombre de micro-informations, et également une scène sonore ouverte. Nous nous sommes régalés de la précision comme de la stabilité de l’image sonore mais que rejoint aujourd’hui un spectre sonore plus équilibré. Un couple prêt à en découdre avec tout type d’enregistrement.

Plus d'infos : le showroom M2Tech, www.m2tech.biz, www.hamysound.com

les M2 Tech Evo Dac Two Plus et Supply en image

Spécifications Evo Dac Two Plus

  • Fréquences d’échantillonnage supportées : jusqu’à 384 kHz en PCM et 11,2 MHz en DSD sur USB, jusqu’à 192 kHz sur S/PDIF coaxiale, jusqu’à 96 kHz sur optique Toslink
  • Résolutions supportées : jusqu’à 32 bits sur USB, jusqu’à 24 bits sur S/PDIF coaxiale et optique Toslink
  • Entrées numériques : USB type B, coaxiale sur RCA, optique Toslink
  • Sortie analogique : sur RCA, 2.5 Vrms, 0,0008 % de DHT+B, 105 dBA (20 Hz à 20 kHz) de rapport S/B
  • Précision d’horloge : 10 ppm (0 à 60 °C)
  • Alimentation : 7.5 à 15 VDC, 230 mA
  • Dimensions : 110  x 55 x 100 mm
  • Poids : 250 g
  • Prix : 700 €

Spécifications Evo Supply

  • Voltage de sortie : 9 VDC (sorties 1, 2 et 3)
  • Courant de sortie : 2 A (somme totale courant réparti sur les trois sorties)
  • Bruit : 5 µVrms (20 Hz à 20 kHz)
  • Consommation : 40 VA
  • Fusible : réarmable automatiquement
  • Connecteur d’entrée : connecteur C7
  • Dimensions :110 x 55 x 100 mm
  • Poids: 500 g
  • Prix : 450 €


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework