Accueil  |  ZeGreen  |  TopAudio  |  Home Cinéma  |  Showroom

social facebook box white 64 logo-Twitter-icon logo-youtube  Logo-tumblr logo-instagram logo-storify social_rss_box_white_32

[test] M2Tech HiFace DAC : le mini-coupé Italien de la conversion audio USB

M2Tech-HiFace-Dac-sex-appeal 

coeur-ontopaudioAprès le succès des interfaces HiFace et des convertisseurs très musicaux, la société italienne M2Tech lance un petit Dac en forme de dongle d’un orange vif. Mais attention, il n'y a que l'extérieur qui est petit car ce convertisseur est capable de travailler jusqu’en 32 bits/384 kHz sur n’importe quel ordinateur et sous n’importe quel système d’exploitation. Nous l’avons écouté sans attendre.

Très attendu suite au succès des interfaces et convertisseurs audionumériques M2Tech à travers le monde, ce HiFace Dac reprend l'esthétique bien connue des interfaces USB->S/PDIF HiFace, mais avec une couleur orange vif qui ne passera pas inaperçue. Si la couleur dérange, ou pour des raisons pratiques, une rallonge peut être utilisée, le tout sera alors de trouver un câble qui ne ternira pas la sonorité assez joyeuse de ce convertisseur. Sans cela, cet HiFace DAC se branche directement à un ordinateur ou même une tablette (avec l’accessoire adapté) et à l'autre extrémité, une prise mini-jack de 3,5 mm permet de le raccorder, soit à un appareil Hi-Fi (toujours avec un adaptateur), soit à un casque de haute qualité (le volume de sortie est alors géré par l'ordinateur). Rien à dire de plus sur les fonctionnalités de cet appareil d'ailleurs, le minimum suffisant est bien présent, l'intéressant se trouve plus à l'intérieur.

Interface de réception USB XMOS et double horloge (une pour les fréquences multiples de 44.1 kHz et l'autre pour les multiples de 48 kHz) afin d'éviter les phénomènes de jitter.

Fidèle à sa tradition, M2Tech n’a pas hésité à intégrer dans ce petit dongle qui tient dans la main, ce qui se fait de mieux actuellement en matière de technologie audionumérique. Le principal problème en dehors de la qualité intrinsèque des composants est pour ce style de convertisseur l’élimination du fameux jitter. M2Tech a donc choisi une interface d'entrée XMos de la série U (comme USB), qui est accompagnée de deux oscillateurs de haute précision, du même type que ceux qui équipent les interfaces pour liaison asynchrone de ce constructeur. Pour la conversion, une puce Burr-Brown PCM5201A a été implantée sur l’autre face du circuit. Elle travaille effectivement jusqu’en 32 bits/384 kHz, comme ce qui est annoncé dans les spécifications techniques du constructeur, à condition bien entendu que les ordinateurs et logiciels de lecture soient configurés dans ce sens. Le niveau de sortie est assez élevé : 2.1 V rms, ce qui autorise bien des utilisations avec des casques, des enceintes amplifiées ou n’importe quel amplificateur d’un système Hi-Fi digne de ce nom.

L’installation sur Mac ne demande aucun pilote supplémentaire, il faut juste définir le M2Tech HiFace DAC comme interface audio dans le menu "préférence système" et ne pas oublier dans le panneau de configuration Audio/Midi de mettre la bonne résolution au maximum. Les logiciels Audivarna Plus ou JRiver sont à conseiller afin d’en tirer le maximum.
Sous Windows, le pilote est à télécharger sur le site du constructeur à l’adresse suivante : http://www.m2tech.biz/hiface_dac.html. Pour en profiter au mieux, l’utilisation de logiciels de lecture tels que Foobar ou JRiver permettra d’atteindre la plus haute résolution.

CD-Archie-Shepp-Quartet-Deja-vuÉcoute

L’écoute s’est déroulée sur notre système habituel : Mac Pro Book et player JRiver avec préampli et amplificateur Goldmund 27.5 et 280 alimentant notre paire d’enceintes Pierre Étienne Léon, en compagnie de câbles Goldmund et traitement secteur Nordost complet. Nous avons aussi testé le Hiface DAC avec un casque Denon AH-D600 pour croiser nos avis. Nous avons aussi bien écouté des fichiers 16 bits/44 kHz que 24 bits/96 kHz et 192 kHz.

Pour avoir eu l'occasion d'essayer le convertisseur Young du même constructeur, il apparaît dès les premières mesures qu’un air de famille sonore est identifiable. Ce petit DAC est plutôt, comme nous le dirions en italien "Vivente", c'est-à-dire très vif, rapide et transparent. On ne joue pas du tout dans la même cours qu’un Arcam rPac, un Meridian Explorer ou de ce qui s’en rapproche le plus physiquement, un Audioquest DragonFly. Là place est faite à une plus grande clarté dans le haut du spectre avec une foule de détails et d'informations sur les enregistrements qui nous sautent littéralement aux oreilles. Mais attention, l’équilibre tonal est aussi parfaitement respecté, aucune dureté n’est au rendez-vous.

Sur l’un des tout premiers disques, "Déjà Vu" d’Archie Shepp (Verve), la contrebasse est très articulée, sans aucun gonflement dans le bas du spectre, ni lourdeur dans cette partie du spectre, au contraire la vivacité du HiFace DAC apporte à la restitution un excellent suivi rythmique et mélodique. Les claquements de cordes sur le manche n’auront, par exemple, plus de secret pour l’auditeur. Le saxophone d’Archie Sheep est lui aussi très détaillé, avec un positionnement très précis dans l’espace, aidé par une profusion de détails et de mille informations. Ce petit convertisseur offre une scène sonore que nous pourrions qualifier de "focalisante" avec un positionnement précis de tous les musiciens. En outre, aucune partie du spectre ne semble mise en avant, c’est homogène sur toute la largeur de la bande passante.

CD-LivingEn passant ensuite à un fichier 24 bits/192 kHz, l’œuvre Piano "Living" par le musicien Jan Gunnar Hoff (2L), la fluidité du jeu de ce pianiste est, là aussi, de mise. On sent une articulation et une rapidité excellente dans le déroulement des notes. Cet instrument est très bien timbré sans pour autant avoir un bas médium trop prononcé qui gonflerait le bas et donc alourdirait l’interprétation du musicien. Dans le cas contraire, cela pourrait apparaître plus agréable, en apportant plus de colorations mais ce n’est pas le genre de l’Hiface DAC qui ne peut renier ses origines. En le comparant, de mémoire au Young par exemple, nous sommes bien dans la même famille de son qui privilégie la rapidité et la transparence à des sonorités parfois plus soyeuses mais aussi moins neutres. Le haut du spectre est vif, piqué et restitue, surtout sur ces fichiers audio 24/192 kHz, tous les détails de la prise de son sans mettre en avant ses sonorités parfois un peu raides. Le côté un peu "pointu" dans le haut souvent entendu avec cette résolution passe ici très bien.

Puis nous sommes passés à "L'Éloge de la Folie" d'Erasmus Van Rotterdam dirigée par Jordi Saval (Harmonia Mundi). L'orchestre avec tous ses instruments à cordes d'époque s'installe dans la pièce d'écoute avec une superbe présence. La voie de l’interprète, comédienne de formation Louise Moaty, qui dévoile dans un premier temps une introduction en forme récitative, est très centrée entre les deux enceintes. On arrive à percevoir tous les détails de la diction : bruit de bouche, mouvement de la tête, inflexions de la voix, escortées de toutes les réverbérations du lieu de l’enregistrement. Et CD-Erasmus-Van-Rotterdamlorsque cette même voix semble nous chuchoter à l’oreille, c’est comme si cette interprète s’avançait vers nous dans la plus grande des complicités. Sur ce style musique, on s’écarte d’un DragonFly par une précision scénique privilégiée par rapport à l'ampleur que donne ce dernier. Avec l’Hiface DAC, nous avons l’impression qu’un voile entre nous et la musique vient de se lever, comme si on participait au plus près à l’enregistrement. Ce petit DAC sait faire le point, comme un appareil photo, sur chaque interprète avec une hallucinante précision. L’équilibre tonal est, comme vous l’avez déjà compris assez clair et précis, mais et c’est important, cette transparence ne se fait pas au prix d’une quelconque dureté, ni agressivité. Il arrive que ce style de sonorité tourne vite vers un côté mat dans le haut, ce n’est pas le cas de cet appareil. Il "sonne" comme on dit.

Conclusion

Voilà un produit qui va faire parler de lui. Certes le Hiface DAC peut sembler au début bien cher pour un vulgaire petit bout de plastique orange (son boîtier mériterait d'être plus chic et luxueux). Pourtant à ce prix, on ne peut que féliciter M2Tech pour avoir intégré autant de musique dans un si petit format. Une nouvelle référence en la matière vient d’être mis sur le marché, dans sa gamme le M2Tech HiFace DAC va devenir très vite un incontournable par sa joie communicative de transmettre toute la vie de la musique. Avec lui, vous ne reconnaîtrez plus votre ordinateur et il se tient prêt à traiter les fichiers de très haute résolution.

Spécifications techniques

  • Entrée USB asynchrone 2.0 type A
  • Sortie jack stéréo 3,5 mm
  • Résolution : de 16 à 32 bits
  • Fréquences d’échantillonnage : 44.1, 48, 88.2, 96, 176.4, 192, 352.8, 384 kHz
  • Réponse en fréquence : 5 à 22 kHz (44,1 kHz)/ 5 à 150 kHz (384 kHz)
  • THD+Numéro : 112 dB, à 1 kHz, pondéré
  • Tension de sortie : 2.0 Vrms à 10 kΩ
  • Dimensions : 88 x 14 x 20 mm
  • Prix : 219 €

Le showroom M2Tech : http://www.on-mag.fr/showroom/m2tech
Site du distributeur : www.hamysound.com
Site du fabricant : www.m2tech.biz


Autres articles qui peuvent vous intéresser sur le web et On-mag.fr


Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Commentaires   

#2 CALAQUE 16-09-2013 22:27
bonsoir,
est il possible de raccorder un iphone ou ipad à ce DAC?
Comment peut on le raccorder à son ampli ?
Merci
Olivier
#1 Williams 29-05-2013 10:28
Merci pour ce test très complet, comme on les aime…
Reste que cela donne envie d'ouvrir la bourse, même en ces temps difficile.
ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité
Powered by Warp Theme Framework