Accueil  |  ZeGreen  |  TopAudio  |  HD Smart Home  |  Showroom
icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

L'association Les Amis de la Terre accuse Amazon de "détruire massivement" des produits en état de fonctionner

Entrepot Amazon

Alors que le gouvernement français tente de mettre en place des projets de loi et une feuille de route pour encourager la réparation des appareils électriques et électroniques, l’association de protection de l’environnement Les Amis de la Terre accuse Amazon. À l’instar d’autres revendeurs en ligne, le géant américain irait à contre-courant, détruisant de nombreux biens retournés par les clients, en état de fonctionner, voire quasiment neufs.

Le gouvernement encourage l’initiative de baromètre du Labo Fnac et Darty

Récemment, le Labo Fnac et Darty lançaient un «Baromètre du SAV» pour renseigner les consommateurs, mettant en avant les appareils les plus fiables et les plus enclins à être réparés. Cette initiative a été largement encouragée par le gouvernement, à l'heure où le Ministère de la Transition écologique et solidaire est en train de mettre en place une Feuille de route pour l'économie circulaire. Cette dernière contient 50 mesures visant à "réconcilier l'économie avec l'environnement", en incitant notamment les consommateurs à favoriser la réparation des biens électriques et électroniques plutôt que leur remplacement. Déjà la Loi Consommation, dite Loi Hamon, en annonçait les prémisses : elle comportait en effet un pan entier concernant l'obligation des fabricants à communiquer sur la durée de disponibilité des pièces détachées - ainsi les consommateurs pouvaient-ils privilégier les produits susceptibles d'être réparés en cas de panne. 

Barometre SAV dure usage
Extrait du baromètre Labo Fnac/Darty, sur la durée d'usage.

L'initiative du groupe Fnac/Darty de mettre en place et d'afficher de manière explicite un Baromètre du SAV a donc été largement saluée par le Gouvernement. En début de mois, la Secrétaire d'Etat Brune Poirson est allée visiter le Labo Fnac. Elle profitait de cet événement pour faire la promotion de "l'indice de réparabilité" prévu par le gouvernement dans sa feuille de route, et dont l'affichage sera obligatoire à partir de 2020. C'est à cette occasion que l'association Les Amis de la Terre a accusé Amazon de ne pas avoir un comportement aussi exemplaire que ces distributeurs français, qui s'engagent clairement en faveur des produits fiables et réparables. L'association a diffusé un communiqué de presse accusant le géant américain de détruire "massivement" des biens qui lui sont retournés, alors que ceux-ci seraient en état de fonctionner. 

Les accusations portées par cette association de défense de l'environnement proviennent de révélations faites par des journaux allemands (article publié le 12 juin par ZDF "Amazon destroys massive quantities of returned and as-new goods").

Feuille route economie circulaire

Des e-commerçants qui ne proposent même pas de SAV

D'après les Amis de la Terre, la destruction de biens en état de fonctionnement ne serait pas le seul tort d'Amazon. En effet, le spécialiste de la vente en ligne ne proposerait même pas de service après-vente à ses clients, preuve de l'état d'esprit du e-commerçant par rapport à la réparation. Nous avons pu effectuer quelques vérifications sur le site d'Amazon, qui évoque l'existence d'un centre de réparations, prenant en charge certains produits dans les délais de garantie légaux et à condition qu'ils soient "éligibles". Toutefois, il s'avère que pour un certain nombre de produits commandés sur le site, au-delà de 30 jours après livraison, Amazon invite ses clients à prendre directement contact avec le SAV du fabricant. Enfin, sur la page du site dédiée aux retours, on trouve principalement des informations concernant les échanges et remboursements, voire remplacements plutôt que sur la remise en état. Selon l'association, cela serait très arrangeant pour Amazon, lui permettant de "réduire encore son imposition". 
Sur ce point, Amazon n'est pas le seul vendeur en ligne épinglé par les Amis de la Terre : selon l'association, CDiscount ne propose pas non plus de service après-vente. Les deux e-vendeurs ne respecteraient pas les obligations de garantie légale. 

Les vendeurs en ligne échapperaient à l'obligation d'affichage de l'indice de réparabilité

L'association s'élève aussi contre une certaine forme de "laxisme", qui profiterait aux vendeurs en ligne. Ils pourraient effectivement échapper à l'obligation d'affichage de l'indice de réparabilité prévu en France dès 2020, puisque c'est l'Union Européenne qui statue sur leur sort. Or, les Amis de la Terre déplore que les règles européennes en la matière soient moins sévère, voire qu'elles régressent, n'obligeant pas à l'affichage de la durée de disponibilité des pièces détachées, et plafonnant la garantie légale à deux ans dans toute l'Europe.

Dans le même temps, Amazon décrocherait la palme de la "non écologie", cassant les prix des produits neufs, encourageant implicitement les consommateurs à renouveler plutôt qu'à réparer.

L'association saisit les autorités

Les Amis de la Terre s'indigne : quand la France tente de préserver les ressources (selon le communiqué de presse, "’il ne reste que 10 à 60 ans de réserves pour de nombreux métaux stratégiques") et d'allonger la durée de vie des produits en prônant la réparation, certains revendeurs en ligne agissent de manière anti écologique, en toute impunité. Plus inquiétant : la croissance rapide des ventes en ligne menace les efforts déjà réalisés en la matière.
C'est pourquoi l'association annonce son intention de saisir la Direction Générale de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes, pour que ces agissements ne restent pas impunis. Enfin, en 2019, le Gouvernement transcrira des lois visant à faire appliquer la Feuille de route pour l'économie circulaire : les Amis de la Terre lui demande d'y inscrire certaines obligations à destination des vendeurs en ligne, comme celle de privilégier la réparation et l'interdiction de destruction des biens.


Autres articles qui peuvent vous intéresser sur le web et On-mag.fr


Mots-clés: Amazon

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework