PUBLICITÉ

Test Roberts RT200 : un superbe look néovintage pour une platine vinyle qui concile style, esprit pratique et audiophile

Roberts RT200 test ONmagFR ONtopAudioAward

Roberts, marque devenue emblématique grâce à ses petits postes de radio rétro portant le sceau de "l'Appointment" de la Couronne britannique, n'en est pas à sa première platine vinyle des temps modernes. Nous avons testé son premier modèle RT100 en 2018. Si le design de l'objet nous avait immédiatement séduits, en revanche ses performances audiophiles nous avaient un peu laissés sur notre faim. La marque semble avoir entendu nos reproches. La nouvelle Roberts RT200 est dotée d'un entraînement direct, d'un bras en carbone, d'une base plus travaillée et d'une bonne cellule Audio-technica. Pour seulement 100 € de plus, elle devrait être bien meilleure.

Roberts RT200

Type : platine vinyle à entraînement direct semi-automatique
L'avis d'ON-mag : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge (5/5)
Prix au moment du test : 400 €

LA SUITE APRÈS LA PUB

 

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE

Encore plus belle et améliorée techniquement en de nombreux points

La nouvelle Roberts RT200 reprend la même base que la RT100, c'est-à-dire l'élément le plus réussi. De 4,5 cm d'épaisseur, celle-ci est habillée d'un beau placage en bois véritable semblant être du chêne blond avec finition vernie satinée. La RT200 y ajoute une plaque avant en aluminium de 3 mm d'épaisseur qui porte le logo Roberts et qui a certainement pour effet de parfaire l'amortissement des vibrations parasites.
Construite en panneau de médium de 20 mm d'épaisseur, la base est creuse pour loger l'électronique. Le dessous est refermé par une plaque d'isorel de 3 mm semi-souple montée sur quatre pieds en caoutchouc. L'ensemble assure un amortissement fort efficace. La lecture du vinyle ne saute pas dès que l'on effleure le support sur lequel est posée la platine. C'est une très bonne chose.

Roberts RT200 test ONmag 3

La première grosse différence entre la RT200 et la RT100 est le système d'entraînement direct (et non à courroie) vissé fermement, avec un découplage minimal, à la base. Il entraîne le plateau en aluminium moulé par l'intermédiaire d'une gorge en laiton s'évasant.
La seconde différence de taille tient dans le bras de lecture beaucoup plus haut de gamme puisqu'il est en fibre de carbone et non plus en simple aluminium. Son porte-cellule rapporté est de type SME ; il accueille une bonne petite cellule Audio-technica de type MM, similaire au modèle VM95e (d’une valeur d'environ 50 €).

Roberts RT200 test ONmag 2

LA SUITE APRÈS LA PUB

Toujours aussi pratique

La Roberts RT200 se veut éminemment simple et pratique d'utilisation. Elle intègre un préampli Phono MM désactivable pour pouvoir se brancher sur l'entrée Ligne ou Phono d'un ampli Hifi ou d'une paire d'enceintes amplifiées. Elle est aussi équipée d'un port USB pour permettre d'enregistrer en numérique les vinyles depuis un ordinateur. L'étage de sortie est similaire à celui de la RT100, mais le boîtier d'alimentation extérieur 24 V et son filtrage sont plus haut de gamme. De fait, à l'écoute de la RT200, nous n'avons pas remarqué la petite « ronflette » que nous avions notée lors de notre test de la RT100.

La Roberts RT200, comme la RT100, est toujours une platine semi-automatique. Lorsqu’on lève le bras et qu'on le place au-dessus du disque, la rotation (33 ou 45 tr/min.) se lance automatiquement et elle s'arrête quand le bras est en fin de course. C'est une fonction bien pratique pour ne pas laisser la platine tourner pendant des heures si on oublie de l'éteindre.
Nous avons également apprécié le système de descente en douceur du bras sur le vinyle ainsi que la facilité de réglage de la force d'appui par le biais du contrepoids rotatif à bague graduée, ou encore la molette d'ajustement de l'antiskating.
Sa cellule étant prémontée et ajustée d'origine, la Roberts RT200 est l’une des platines vinyles les plus agréables à manipuler.

Une platine vinyle pleine de bonnes ondes sonores qui met en joie

Même constat à l'écoute de la Roberts RT200 reliée en mode Ligne à un ampli Primare i25 par cordon AudioQuest Golden Gate, alimentant une paire d'enceintes Kelinac Kel 714 MG avec des câbles AudioQuest Star Quad Type 9. Elle est l’une des platines vinyles les plus agréables à écouter de sa catégorie. Sans chercher l'ultra performance, elle délivre un son naturel et chaleureux. Son fonctionnement est très silencieux et ne génère aucun bruit de vibration parasite gênant. Les timbres sont riches avec une belle assise dans le bas du spectre. Tout semble harmonieux et couler de source. Le registre médium est ouvert, les aigus présentent beaucoup de douceur. Le message n'en est pas pour autant trop édulcoré. La dynamique est présente. Ça pulse et ça swingue. Il y a de l'énergie. La Roberts RT200 ne gratte pas pour aller chercher les moindres petits détails d'un enregistrement. Elle est moins tranchante et incisive que certains modèles Pro-ject de cette classe de prix ou encore (dans une moindre proportion) que les modèles Rega. Sa restitution privilégie l'homogénéité et la cohérence. Les détails sont bien là, mais plus discrets, plus intégrés. En outre, la Roberts RT200 n'étouffe absolument pas le son. Cela se ressent dans sa superbe image stéréophonique qui est à la fois profonde, vaste et très aérée.

La Roberts RT200 est donc une platine vinyle tout-en-un qui coche beaucoup de bonnes cases. Elle est belle, très conviviale à utiliser et elle délivre un son particulièrement séduisant. C'est incontestablement l’une de nos préférées parmi les platines vinyles à moins de 500 €.

La platine vinyle Roberts RT200 décortiquée par ON-mag

Spécifications

  • Platine vinyle à entraînement direct semi-automatique
  • Vitesse : 33 et 45 tr/min. (bouton de sélection à l'avant de la base)
  • Base en bois de 4,5 cm d'épaisseur
  • Plateau en aluminium moulé
  • Tapis en caoutchouc
  • Bras en fibre de carbone
  • Préampli Phono MM et ADC (convertisseur analogique-numérique) intégrés
  • Alimentation externe 24 VDC
  • Sorties : analogique sur RCA (niveau Ligne ou Phono), USB audionumérique
  • Dimensions : 450 x 140 x 370 mm
  • Poids : 6,3 kg
  • Prix : 400 €

Site de la marque : www.robertsradio.com

LA SUITE APRÈS LA PUB

>>> À LIRE ÉGALEMENT : TOUS NOS TESTS DE PLATINES VINYLES

Notre avis

  • Design et finition : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (5/5)
  • Qualité de construction : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise (4/5)
  • Équipement et ergonomie : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue (5/5)
  • Performances pures : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise (4/5)
  • Musicalité : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue (4,5/5)
  • Intérêt : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge (5/5)


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



OnTopAudioAward, Roberts

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus