Avec Apple Music et les nouveautés iOS, la firme de Cupertino veut faire passer le son dans une autre dimension

Apple Music test ONmag 1

À la traîne pendant très longtemps sur la qualité des fichiers en streaming, Apple a frappé très fort avec une grande mise à jour d'Apple Music. Ce n'est pas seulement un catalogue en qualité CD (sans perte) qui est à présent disponible, mais le géant introduit également la haute résolution. Plus encore, à l'instar de Tidal ou d'Amazon Music HD, la marque compte démocratiser le son 3D avec l'arrivée du Dolby Atmos sur certaines pistes, le tout sans surcoût. Toujours plus dans la logique d'un véritable écosystème, Apple étend ses outils à la plupart de ses produits récents et ouvre la porte aux casques et écouteurs d'autres marques. De quoi transformer le marché ?

LA SUITE APRÈS LA PUB

Bienvenue le lossless, bienvenue la Hi-Res

C'est tout sauf une surprise, puisque nous avions déjà évoqué les rumeurs, puis l'annonce officielle d'Apple : Apple Music fait sa mue et passe enfin du modèle lossy classique, comme celui de Spotify (qui a depuis annoncé du lossless), à une offre non seulement sans perte, mais également supérieure sur un certain nombre de pistes (la marque ne communique pas de chiffre précis). Dans un premier temps, cette mise à jour concerne les produits sous écosystème Apple : iOS, iPadOS, MacOS, tvOS.

Apple Music test ONmag 8

À ce titre, la marque va rapidement passer l'intégralité de son offre en qualité CD au minimum. Relevons toutefois que cette migration est encore en cours ; il n'est donc pas rare de retrouver des pistes encore uniquement disponibles en AAC.

Plus encore, pour les besoins d'une cible très précise et très audiophile – on sent qu'Apple ne place pas ce point au centre de sa communication – des fichiers en qualité supérieure seront proposés. Cela débute avec du 24 bits/48 kHz, que les convertisseurs Apple (Lightning vers jack par exemple) peuvent prendre en charge, et va jusqu'à du 24 bits/192 kHz. Pour tous les fichiers au-delà du 24 bits/48 kHz, il sera nécessaire de passer par un DAC externe pour en profiter, comme les A&K PEE51 ou Earmen Sparrow.

Apple Music test ONmag 1 1
Pour la plupart des pistes HD, la norme est pour le moment 24 bits/48 kHz, les pistes en 192 kHz étant très rares

Pour le moment, cette qualité n'est disponible que pour les produits Apple. En effet, la version Android, pour ne citer qu'elle, ne devrait évoluer que d'ici l'automne. Toutefois, une version en bêta fermée existe déjà et nous espérons pouvoir la tester. Enfin, le déploiement de cette nouvelle version d'Apple Music, même sur appareils Apple, peut prendre un certain temps.

Afin d'activer la qualité Lossless voire HD, il est nécessaire de rentrer dans les réglages de qualité de son (musique) des iPhone, iPad, Mac ou AppleTV. Trois niveaux de qualité sont ainsi disponibles, allant du très standard AAC (afin d'économiser de la batterie et d'éviter de consommer trop de données) jusqu'à la qualité max. Dans cette dernière configuration, l'appareil tentera d'exploiter un fichier 24 bits/192 kHz si celui-ci est disponible. Pour aider l'utilisateur, un petit logo permet de vérifier que la piste ou l'album est au moins en lossless. En appuyant sur le logo, il est possible de connaître la qualité max exacte.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Apple Music test ONmag 7
La sacro-sainte qualité maximale, potentiellement très énergivore et demandeuse en bande-passante, mais la garantie de la meilleure écoute, avec les DAC compatibles bien sûr

Nous avons déjà pu tester Apple Music en qualité 24 bits/192 kHz via un Earmen Sparrow raccordé aux excellents écouteurs Sennheiser IE900. Si la mise en cache du fichier est clairement bien plus longue qu'auparavant, la qualité est enfin comparable à celle offerte par les autres services lossless. Des différences, en tous les cas théoriques, peuvent apparaître. En effet, Apple utilise un mixage particulier pour certaines pistes, ce qui est là encore signalé par la présence d'un logo portant la dénomination "Masterisé pour Apple". Ce genre de mix reste un peu controversé, en particulier sur le plan de l'utilité d'un tel procédé.

 

Le son 3D, vrai argument universel, grandeur et décadence

Si Apple se met au son lossless et HD avant tout pour se mettre à niveau, ce n'est pas le point qu'il considère comme le plus novateur ni celui qu'il met le plus en avant.

Apple Music test ONmag 3
Devant, sur les côtés, au plafond, derrière, le Spatial compte mettre le son 3D au centre de nos vies musicales

En effet, cet honneur revient au son 3D, caractérisé par l'apparition de mixages en Dolby Atmos. Cela permet, côté casque, de recevoir un son non pas seulement en stéréo, mais d'essence multicanale.

Le principe est assez proche de ce que propose déjà Tidal, par exemple. Dolby se charge de fournir les mixages Dolby Atmos (multicanal + objets sonores) pour les fournisseurs de contenus. Une fois les fichiers reçus, Apple utilise un algorithme proche de ce qui existe avec la technologie Dolby Atmos For Headphones, permettant de repasser du multicanal à un rendu stéréo particulièrement adapté (façon binaural) aux casques audio, en prenant en compte les particularités de l'oreille humaine, sa courbe HRTF en tête (influence du corps, épaules, cheveux, forme de l'oreille, etc… sur le son incident). Apple nomme ce passage d'un flux multicanal à un flux stéréo "donnant une sensation de 3D" le Spatial Audio. De manière assez proche (bien que la marque travaille à la base du son), Sony appelle cela Tempest sur sa PlayStation 5. Sur Apple Music, le principe reste le même que celui déjà proposé sur l'application AppleTV pour les films compatibles.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Apple Music test ONmag 4
Même si marketé Apple, le Spatial reste compatible avec tous les casques/écouteurs stéréo, à condition d'activer cette option dans les réglages Apple

Là encore, cette option et ces mix ne seront dans un premier temps disponibles que sur les appareils Apple : iOS, iPadOS, MacOS et AppleTV.

Notons que, bien que cela ne soit pas explicite, cette fonction est compatible avec tous les casques stéréo, qu'ils soient filaires ou non, d'Apple ou d'autres marques. Le flux envoyé reste stéréo, il n'y a pas de décodage spécifique. Deux exceptions existent toutefois. D'abord les appareils Bluetooth récents de la marque, équipés d'une puce H1 ou W1, qui peuvent également utiliser la fonction de suivi gyroscopique de la tête, donnant l'impression de laisser toujours le centre de la scène projeté vers la même direction. Deuxièmement, l'utilisation du Spatial Audio, adapté aux enceintes intégrées des iPad, iPhone et Mac récents.

Apple Music test ONmag 2
Autre moyen de trouver du 24 bits, et généralement un mix en Atmos, le label "Masterisés pour Apple", très présents sur les musiques les plus populaires

À l'écoute, soyons honnêtes, cette fonction va largement diviser et son efficacité (voire son utilité) dépend énormément des mixages et du type de musique. Un live posé, type bar-jazz, livre clairement la meilleure expérience possible. Notre cerveau se fait très bien une représentation 3D de ce type de musique, de l'ambiance, l'Atmos apporte une vraie expérience et de prime abord, les algorithmes Spatial Audio nous paraissent plus efficaces que leur équivalent 360 Reality Audio de Sony - même si cela demanderait une écoute comparative sur les mêmes pistes. Quand un mixage est bien fait, adapté à la situation (presque exclusivement live), effectué en ayant bien la main sur toutes les pistes, le gain est réel et la musique peut, sur certains aspects, passer un véritable cap, car les instruments profitent d'une meilleure aération et les détails ressortent plus facilement.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Apple Music test ONmag 9
Paradoxe de l'audio 3D, il faut oublier la notion de scène sonore classique. Ainsi, un casque ayudio de salon n'est pas forcémenent plus efficace que de simples écouteurs pour le Spatial Audio

En revanche, dans le cadre d'une musique plus classique, d'un enregistrement plus "studio", les bénéfices ne sont pas aussi évidents et parfois cette solution s'avère contre-productive. Dans une telle optique, la notion de "son 3D cohérent" est plus difficile. Comment se dire que tel ou tel instrument devrait être à cette place plutôt qu'à une autre ? Avec cette base, les mixages, mêmes bien faits, n'ont pas le même effet wahou qu'avec une bonne piste live, bien que le rendu soit très dépendant des genres musicaux. Une musique très planante, assez calme, sans agressivité, pourra par exemple offrir un très bon résultat. À l'inverse, sur un style comme le métal, le rendu est la plupart du temps assez mauvais ; en tous les cas, une écoute en Spatial Audio ne semble pas du tout justifiée. La place de la voix, en particulier, donne dans bien des cas cette impression de réverbération artificielle, comme si le chanteur ou la chanteuse livrait une performance depuis sa salle de bain.

L'avenir ?

Plus qu'une véritable révolution instantanée, le mixage de pistes en Dolby Atmos ou autre format 3D est clairement à considérer comme le début d'une mode ou d'une évolution dans la musique, simple mode qui deviendra peut-être une mutation. La force de frappe d'Apple, mais surtout sa capacité à rendre une technologie attrayante, presque comme une prophétie autoréalisatrice, pourrait marquer le départ d'une vraie nouveauté dans l'industrie. Pour le moment, sauf dans quelques cas, les pistes en Dolby Atmos/Spatial Audio constituent davantage une option sonore qu'une révolution. Mais surtout, Apple prépare déjà l'avenir en proposant un mixage son orienté objet sur Logic Pro.

Avez-vous déjà essayé cette nouvelle version d'Apple Music ? Qu'en pensez-vous ? Et surtout, comment voyez-vous l'avenir du mixage audio ?


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Apple