icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Test vidéoprojecteur Sony VPL-VW260ES : la qualité cinéma à moins de 5000 euros !

Sony VPL VW260ES OnMagAward

Sony accentue sa présence sur le marché des vidéoprojecteurs 4K HDR avec ce modèle plus accessible financièrement. Pour moins de 5 000 euros il offre une grande et belle image et reprend l'essentiel des caractéristiques de ses aînés. Zoom motorisé, lens shift de large amplitude, technologie SXRD, compensation de mouvements, upscalling 4K ou encore processeur X-Reality Pro 4K sont ses principaux atouts. Lumière !

>>> RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES ET MAGAZINES EN LIGNE

Dans la bataille du home-cinéma, les vidéoprojecteurs 4K prennent une place de plus en plus importante. De Benq à Optoma en passant par JVC et Sony les modèles en résolution cinéma se multiplient à des prix de plus en plus démocratiques. Il faut cependant se méfier des artifices déployés par certains pour booster les pixels sans réellement proposer du 4096 x 2180 pixels d'origine. Ce VPL-VW260ES est, lui, un vrai 4K, il ne triche pas sur la marchandise et ne fait pas non plus dans la simple Ultra Haute Définition (UHD) et ses 3840 x 2160 pixels affichables. La gamme du constructeur s'élargit désormais vers le bas, si on peut dire, avec ce produit qui s'inscrit dans la lignée de ses prédécesseurs. Il ressemble au Sony VPL-VW500ES (déjà testé par ON mag) et au VPL-VW320ES dont il prend la place en abaissant au passage le prix de 2000 euros !

Un modèle home-cinéma avant tout !

Cette réduction financière ne s'accompagne pas d'une baisse de la qualité et des performances. Bien entendu la firme japonaise a rogné sur certains dispositifs optionnels mais a totalement conservé le cœur de ce qui fait la qualité de ses produits : la technologie SXRD et un traitement de l'image performant. Les économies se sont faites sur la disparition de l'iris dynamique, l'absence de calibration automatique et il n'est plus possible de sauvegarder le zoom d'image. Tout le reste a été totalement conserve et en dehors de l'aspect purement technologique on apprécie toujours autant le zoom et la mise au point motorisés et le lens-shift pilotable via la télécommande. Ce vidéoprojecteur est imposant, il est avant tout à privilégier pour une véritable installation de home-cinéma. Ses dimensions réclament un emplacement de choix, plutôt dans une salle dédiée, il mesure pratiquement 50 cm de longueur pour plus de 46 cm de profondeur et avoisine les 20 cm de hauteur. Son poids est de 14 kg, autant dire qu'il faudra bien réfléchir à son emplacement.

Un grand confort d'utilisation et d'installation grâce aux réglages optiques tout motorisés

La connectique reste dans la moyenne mais sans outrance. Les connecteurs sont répartis sur le côté gauche de ce vidéoprojecteur Sony et on y découvre deux entrées HDMI 2.0a compatible HDCP 2.2, un port USB 2.0 servant uniquement aux mises à jour, un port Ethernet, deux Trigger pour par exemple un écran motorisé, une RS-232C et un récepteur infrarouge en option. Le Sony est livré avec son habituelle télécommande infrarouge toujours aussi ergonomique. Elle est de grande taille, les touches tombent bien sous la main, l'accès aux différents réglages avec des raccourcis pour les commandes principales est bien vu et le rétroéclairage finalisent un bon confort d'utilisation. Quel bonheur de pouvoir, sans se déplacer de son canapé, régler le zoom, la mise au point ou le lens-shift ! L'optique motorisé est un régal et il est très facile de bien positionner l'image. Le zoom est important, son amplitude est de x 2,1, le débattement est lui aussi très performant avec +/- 80 % en horizontal et +/- 31 % en vertical. Deux capteurs infrarouges, l'un à l'avant et l'autre à l'arrière, permettent d'utiliser la télécommande dans de très bonnes conditions, tout se passe sans temps de latence.

3D mais pas de lunettes incluses...

Ce vidéoprojecteur affiche donc une image 4K et il est compatible 3D, on notera que Sony ne livre aucune paire de lunettes actives avec ce modèle et qu'il faudra donc rajouter une centaine d'euros pour acquérir les références Sony TDG-BT500A.
Le constructeur a intégré sa dernière matrice SXRD (Silicon X-tal Reflective Display), ces panneaux permettent d'obtenir une image 4K plus contrastée et plus lumineuse que sur les modèles DLP ou LCD équivalents. Cette technologie par réflecivité est épaulée par plusieurs traitements d'image propriétaire dont Sony a le secret. En premier lieu, sur ce modèle les ingénieurs maison ont peaufiné les réglages et amélioré les performances du SXRD avec notamment une couche de silicone plus réfléchissante sur les panneaux . Cela apporte un meilleur rendu des ombres et des noirs. Les matrices sont alignées plus finement ce qui évite de la perte de détails. Le processeur X-Reality Pro 4K gère l'ensemble des paramètres avec facilité. Les réglages de base, bien que satisfaisants dans l'ensemble, semble moins bien calibrés que sur les autres modèles de la marque, la température des couleurs est un peu moins naturelle et cela manque un peu de matière dans les gris. Les mode Cinema Film 1 ou 2 apportent un bon compromis entre luminosité et contraste ainsi qu'une palette de couleurs étendue grâce au Triluminos.

Traitements vidéo maison et un upscalling 4K très convaincant

Les menus permettent de calibrer finement l'appareil, on regrette cependant la calibration automatique du VPL-VW500ES ainsi que la mémorisation des zooms mais avec des mires THX on parvient à paramétrer assez facilement l'image. Ce vidéoprojecteur bénéficie du traitement Reality Creation, le signal vidéo entrant est analysé pixel par pixel et comparé à une base de données cinématographiques afin de parvenir aux meilleurs résultats. C'est aussi un excellent procédé de mise à l'échelle des signaux Full HD vers la 4K. On est d'ailleurs agréablement surpris par cet upscalling qui donne de très bons résultats en termes de lissage des aplats ou de compensation des mouvements. L'image restituée à partir d'un Blu-ray classique est riche en détails, avec du piqué et des plans profonds sans cet aspect caméscope numérique trop souvent rencontré chez les concurrents. Le MotionFlow et le Super Bit Mapping forment une équipé soudée et efficace en Full HD converti en 4K. Dommage que ces deux traitements ne fonctionnent pas sur des signaux 4K d'origine.

Du HDR certes mais moins bon que sur du OLED

La lampe de 225 Watts permet de projeter une grande image, jusqu'à 7,6 m de diagonale. En réalité, il est recommandé de ne pas dépasser les 2,5/3 m de base pour conserver le bénéfice du HDR. Au-delà, les pics lumineux ne sont plus aussi intenses et on perd ainsi de la lisibilité dans les zones sombres. Avec sa luminosité de 1500 lumens, contre 1800 lumens pour le VPL-VW550ES, le Sony est capable de produire une image lumineuse en 4K sans HDR sur plus de 3 m de base sans problème. Le HDR est plus complexe à produire pour un vidéoprojecteur que pour un téléviseur, l'image s'assombrit rapidement contrairement à du OLED qui conserve une dynamique importante. Le Sony ne fait pas exception mais sa puissance lumineuse et son taux de contraste parviennent à produire un spectacle HDR plus que correct. C'est moins intense que sur un écran de télévision mais on ressent bien les éclats d'une carrosserie, les reflets d'un casque ou les rayons du soleil. Dans "Mad Max-Fury Road", c'est visible sur de nombreux passages. Le HDR est automatiquement reconnu par le Sony , les noirs sont profonds et l'ensemble est détaillé. C'est plus compliqué dans certains passages sombres, en basse lumière les détails se perdent un peu et on ressent moins de relief et de matière. Cela reste cependant très agréable mais moins percutant que sur un téléviseur UHD HDR.

>>> A LIRE AUSSI : NOS AUTRES TESTS DE TV, VIDÉOPROJECTEUR, PRODUIT HOME CINÉMA

Un superbe upscalling et une 3D sublimée

On a réalisé d'autres tests avec des disques de démos ou des films sur Netflix en HDR, le constat est identique. Ce vidéoprojecteur n'est est pas moins un superbe pourvoyeur de grande image. C'est également le cas avec des films en 3D, après l'achat d'une paire de lunettes, la technologie SXRD fait merveille sur l'image en relief. Les noirs ne baissent pas, les couleurs sont naturelles et on ne remarque aucun dédoublement à l'horizon. C'est fluide, il faut dire qu'en 3D les traitements vidéo Sony sont pleinement efficients. Du grand art ! On a également regardé des émissions de télévision et des films en Blu-ray, ces sources Full HD sont véritablement sublimées par le Sony et son travail d'orfèvre. Si globalement ce modèle nous a séduit, on regrette l'absence de paire de lunettes pour la 3D et le bruit du ventilateur en lumière haute nous a dérangé, on atteint les 40 dB contre 30 dB en mode économique. C'est d'autant plus dommageable que Sony a déjà fait beaucoup mieux au niveau de la réduction du bruit sur d'autres modèles Full HD.

Il n'en reste pas moins que ce vidéoprojecteur 4K HDR brille par sa qualité d'image, surtout en 4K SDR et en upscalling. Il offre une très grande diagonale d'écran sans un recul important, on peut obtenir une taille d'image de 2 mètres de base avec environ 2,76 m de distance. Il est également très performant avec les films 3D, la technologie SXRD et les traitement vidéo made in Sony apportent fluidité, noirs profonds et détails sans dédoublement. Ce "petit" VPL offre au final un excellent rapport qualité/prix et on est impatient de découvrir les prochaines avancées technologiques concoctés par nos amis japonais dans ce domaine.

Prix : 5000 euros

Caractéristiques techniques

  • Sony VPL-VW260ES
  • Vidéoprojecteur 4 K 3D ready
  • Technologie : 3 panneaux de 0,74" SXRD
  • Résolution : 4096 x 2160 pixels
  • Compatibilité HDR : oui (HDR10, HLG)
  • Zoom : 2,06 motorisé
  • Lens shift : vertical + 85 %-80%, horizontal +/- 31 % (motorisé)
  • Lampe : 225 W au mercure
  • Prix de la lampe : 372 euros
  • Durée de vie de la lampe : 6000 heures (mode faible)
  • Bruit de fonctionnement : 26 db (mode éco)
  • Taille de l'écran : 1,52 à 7,62 m
  • Luminosité : 1500 lumens
  • Contraste dynamique : 200 000 : 1
  • Fréquence de balayage : de 19 kHz à 72 kHz (horizontal, de 48 Hz à 92 Hz (vertical)
  • Connectique : 2 HDMI, 1 Ethernet, 2 Triggers, 1 entrée IR, 1 USB (mise à jour), 1 RS232
  • Dimensions (L x H x P) : 49,5 x 19,5 x 46,3 cm
  • Consommation : 350 W (0,3 W en veille)
  • Poids : 14 kg

Notre avis

  • Qualité de fabrication : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)
  • Design/Finition : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4,5/5)
  • Ergonomie : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5)
  • Performances : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4,5/5)
  • Intérêt : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5)

Offres Amazon


Autres articles qui peuvent vous intéresser sur le web et On-mag.fr


Mots-clés: Sony, SXRD

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework