PUBLICITÉ

Docteur Folamour 4K : un chef-d’œuvre d’ironie (en UHD et Blu-ray)

UHD Docteur Folamour 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5)

Synopsis

Le général Jack Ripper, convaincu que les Russes ont décidé d'empoisonner l'eau potable des États-Unis, lance sur l'URSS une offensive de bombardiers B-52 en ayant pris soin d'isoler la base aérienne de Burpelson du reste du monde. Pendant ce temps, Muffley, le Président des États-Unis, convoque l'état-major militaire dans la salle d'opérations du Pentagone et tente de rétablir la situation.

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre français complet : Dr. Folamour ou : Comment j'ai appris à ne plus m'en faire et à aimer la bombe !
• Titre original : Dr. Strangelove or : How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb
• Support testé : UHD
• Genre : comédie satirique
• Année : 1963
• Réalisation : Stanley Kubrick
• Casting : Peter Sellers, George C. Scott, Sterling Hayden, Keenan Wynn, Slim Pickens, Peter Bull, James Earl Jones, Tracy Reed
• Durée : 1 h 34 mn 45
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,66/1 Noir et Blanc (HDR)
• Sous-titrage sur le blu-ray : français, anglais, arabe, néerlandais
• Sous-titrage sur l’UHD : français, anglais, néerlandais, finnois, allemand, grec, hébreu, hindi, hongrois, italien, japonais, coréen, norvégien, polonais, portugais du Brésil, portugais, russe, slovaque, castillan, espagnol (Amérique Latine), suédois, thaïlandais, turc
• Pistes sonores sur l’UHD : DTS-HD MA 5.1 et 2.0 monophonique anglais - Dolby Digital 5.1 français, tchèque, allemand, italien, japonais, espagnol
• Pistes sonores sur le Blu-ray : Dolby TrueHD 5.1 et 2.0 monophonique anglais - Dolby TrueHD 5.1 français
• Bonus sur l’UHD : Stanley Kubrick parle de la Bombe (2019, Stanley Kubrick Considers the Bomb, 5 mn 38) - interview de Mick Broderick (2016, 19 mn 14) - interview de Joe Dunton and Kelvin Pike (12 mn 13) - interview de Richard Daniels, archiviste (14 mn 15) - interview de David George, romancier (10 mn 56) - interview de Rodney Hill (17 mn 25) - interview audio d’archive de Stanley Kubrick du 27 novembre 1965 (2 mn 50) - clips de The Today Show : Peter Sellers (10 mn 37) et George C. Scott (6 mn 01) - Teaser (16 mn 53) - film annonce (3 mn 23)
• Bonus sur le Blu-ray : La guerre froide : PIP et piste trivia - Pas de conflit dans la salle du conseil ou le Docteur Folamour et la menace nucléaire, documentaire (30 mn 04) - Docteur Folamour ou comment j'ai appris à ne plus m'en faire et à aimer la bombe, les coulisses (46 mn 04) - Best Sellers ou Peter Sellers dans le rôle du docteur Folamour (18 mn 27) - L'art de Stanley Kubrick : du court métrage à Docteur Folamour (13 mn 50) - entretien avec Robert McNamara (24 mn 26) - interviews croisées de Peter Sellers et George C. Scott (7 mn 17) - bandes annonces
• Éditeur : Sony Pictures Home Entertainment

Commentaire artistique

Docteur Folamour, septième long métrage de Stanley Kubrick, se situe entre Lolita (1962) et 2001, L’Odyssée de l’espace (1968). Le cinéaste porte à l’écran, selon une vision cinématographique toujours très personnelle, un roman de Peter George qui développait les conséquences terrifiantes de la paranoïa d’un général américain lançant une frappe nucléaire sur l’URSS dans les années 60, en pleine guerre froide. En 1964 une autre excellente adaptation «sérieuse» de l’ouvrage sera réalisée par Sidney Lumet sous le titre Point Limite. L’engrenage fatal décrit par Docteur Folamour, film devenu culte et désavoué par l’armée, conduira néanmoins les USA à revoir leurs protocoles militaires ! Le casting éblouissant et entièrement masculin, excepté un petit rôle pour Tracy Reed (miss Scott), réunit Peter Sellers, mémorable en as du changement de jeu (il joue trois personnages : le capitaine Mandrake, le président des USA et le Dr. Strangelove) et de l’improvisation, George C. Scott (le général Turgidson) qui n’appréciera pas d’être poussé à surjouer et Sterling Hayden (le général Ripper) parfait en militaire dérangé qui déclenche l’apocalypse. Sam Pickens (commandant Kong) au naturel et James Earl Jones (lieutenant Zogg) qui débutait complètent cette brochette de militaires magistralement dirigés par Stanley Kubrick. Le cinéaste cherchait avec cette comédie satirique à dénoncer le danger de l’arme atomique : manifestement son intention ne fut pas comprise et le film sera interprété par certains comme quasiment prosoviétique ! Tout le talent et le perfectionnisme légendaire de Stanley Kubrick ne sont pas étrangers à l’impact de Docteur Folamour : alors qu’il ne bénéficie d’aucune aide de l’armée américaine, grâce à son obsession du détail, le réalisateur parvient à nous persuader que tout ce qu’il montre à l’authenticité d’un documentaire réaliste. Pourtant les agissements des personnages et les caractères typés de chaque militaire sont franchement loufoques, lorsqu’ils ne sont pas carrément surréalistes, et sans compter les multiples allusions sexuelles qui parsèment le film. Tous ces traits d’esprit, qui auraient dû alerter les commentateurs, démontrent que Docteur Folamour n’est pas un film sérieux mais qu’il traite d’un sujet grave - la frappe nucléaire et la guerre froide - avec la force infinie de l’humour noir. La preuve : Docteur Folamour n’a pas pris une ride et possède, intactes, son ironie mordante et sa modernité. Un chef-d’œuvre absolu qu’on aura plaisir à revoir en 4K avec une qualité technique irréprochable.

 

UHD Docteur Folamour

Commentaire technique

Image : copie UHD, superbe définition et piqué plus que remarquable en dépit du grain argentique conservé mais discret et homogène (tournage en 35 mm, Master Format 2020 4K), restitution impeccable des textures, image propre et très lumineuse grâce à une excellente gestion du contraste avec des noirs francs et des éclairages bien nuancés en HDR, gris parfaitement étagés, blancs jamais brulés restituant à merveille le travail sur les lumières

Son : mixage anglais 5.1 (remix : mixage original monophonique disponible sur le disque), dialogues centrés très clairs, très bonne dynamique qui profite à la musique martiale de Laurie Johnson et aux ambiances (avion en vol) soutenu par des LFE solides, spatialisation discrète surtout frontale avec une activité très limitée sur les surrounds, pas de souffle ou de distorsion ; VF 5.1 claire et dynamique, doublage soigné mais peu naturel et moins bien équilibré que la VO

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile griseetoile grise(2,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0057012/

 

Combo UHD/Blu-ray disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus