Rosemary's Baby : un film culte sur une grossesse paranoïaque (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Rosemarys Baby 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)

Synopsis

Malgré les conseils de leur vieil ami Hutch, Guy Woodhouse et sa jeune femme, enceinte, s'installent dans un vieil immeuble new-yorkais considéré par leur ami comme une demeure maléfique. Aussitôt, leurs voisins, Minnie et Roman Castevet, vieux couple d'Europe centrale, imposent leur amitié et leurs services. Si Guy accepte facilement ce voisinage, Rosemary s'en inquiète…

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : Rosemary's Baby
• Support testé : Blu-ray
• Genre : drame, horreur
• Année : 1968
• Réalisation : Roman Polanski
• Casting : Mia Farrow, John Cassavetes, Ruth Gordon, Sidney Blackmer, Maurice Evans, Ralph Bellamy, Victoria Vetri, Patsy Kelly
• Durée : 2 h 16 mn 44
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1
• Sous-titrage : français, anglais, allemand
• Pistes sonores : Dolby TrueHD 2.0 monophonique anglais - Dolby Digital 2.0 monophonique français, allemand
• Bonus : Rosemary's Baby A Retrospective, le Making of (2000, 16 mn 58) - Mia et Roman (2000, 23 mn 04, réalisé par Shahrokh Hatami) - bande annonce cinéma (2 mn 50) - bande annonce 50e anniversaire interdite aux mineurs (0 mn 36)
• Éditeur : Paramount Pictures Entertainment

Commentaire artistique

Archétype du film d’horreur psychologique des années 70, Rosemary’s Baby est la version cinématographique du best-seller d’Ira Levin, paru en 1967. C’est le premier long métrage américain de Roman Polanski, brillant cinéaste polonais récemment venu à Hollywood pour diriger un film sur le ski (cf. bonus) et qui avait acquis une solide réputation d’auteur avec ses trois films britanniques : Répulsion (1965), Cul-de-sac (1966) et Le Bal des vampires (1967). Le film, produit par Robert Evans pour la Paramount, réunit la jeune actrice Mia Farrow, jusque-là populaire grâce à ses rôles télévisés (Peyton Place, 1964), et l’acteur-réalisateur John Cassavetes, surtout préoccupé par le tournage de son film indépendant et très personnel Faces (1964-68). L’entente entre les deux cinéastes sera limitée, John Cassavetes favorable à l’improvisation se pliant difficilement à la rigueur de la méthode pratiquée en studio. Pour incarner le couple âgé des Castevet, les voisins délicieusement rétro, Roman Polanski pourra compter sur la talent de Ruth Gordon qui excelle à jouer la malicieuse et trop curieuse Minnie, ce qui lui vaudra l’Oscar du second rôle, et Sidney Blackmer qui joue Roman son époux. Maurice Evans interprète Hutch, l’ami perspicace du jeune couple et Ralph Bellamy le singulier gynécologue Sapirstein. Tony Curtis, de passage sur le tournage, assurera la voix de Donald Baumgart (cf. bonus) contribuant à la justesse du désarroi exprimé par Rosemary/Mia Farrow ! Peu porté sur la religion, Roman Polanski supprime de son scénario toute la question de la foi de Rosemary, partagée entre le catholicisme de sa famille et le protestantisme de son mari, qui était très présente dans le livre mais cela n’empêchera pas l’écrivain Ira Levin de saluer la fidélité de l’adaptation. C’est pour cette raison que le cinéaste a souhaité faire un film équivoque, basé sur l’ambiguïté des faits, tout comme son Répulsion qui balançait entre les hallucinations et le tangible : Rosemary vit-elle les évènements ou bien les imagine-t-elle ? La grande force du film de Roman Polanski est de ne pratiquement rien montrer : qualifié de film d’horreur, Rosemary’s Baby ne cède jamais aux codes du genre et, jusqu’à la scène finale, entretient la confusion produite par l’illusion du surnaturel. Quelques vues distordues, des plans oniriques, la musique étrange de Krzysztof Komeda (alors compositeur attitré du cinéaste) et le jeu efficace des comédiens, essentiellement l’interprétation exceptionnelle de Mia Farrow, suffisent à susciter la tension de l’impalpable et l’éventualité d’un complot monstrueusement satanique. Même la photographie participe à l’ambigüité de la narration en privilégiant une image volontairement diffuse. La fluidité de la mise en scène est aussi soutenue par de nombreux plans-séquence (ouverture, dispute, cabine téléphonique), tournés avec une caméra portée à l’épaule et munie d’une courte focale, et par un montage favorisant un minimum de coupes. Conformément au roman, l’essentiel du récit se déroule dans un vieil immeuble de New York : les extérieurs sont ceux du Dakota Building, près de Central Park, mais les intérieurs seront créés en studio à Los Angeles. Ouvrant la voie aux films de « satanisme infantile et urbain », qui ne vont pas manquer de suivre, Rosemary’s Baby demeure un modèle de réalisation efficace : l’angoisse omniprésente provoquée par sa vison ne résulte que de sa force de suggestion. Angoissant et brillant. Dommage que la réédition d’un tel film se contente de suppléments vieux de vingt ans…

 

Blu ray Rosemarys Baby

Commentaire technique

Selon Paramount, le transfert numérique, approuvé par le réalisateur Roman Polanski, a été créé en résolution 4K sur un scanner de film Scanity à partir du négatif original caméra 35 mm. Les saletés, les débris, les collures et autres déformations ont été supprimées manuellement et automatiquement pour les scintillements, les rayures et l’instabilité.

Image : copie HD, bonne définition mais piqué restreint par le parti pris d’une image très adoucie légèrement brumeuse, grain argentique diffus (tournage en 35 mm), image propre et stabilisée, très bon contraste respectant les éclairages variées allant de scènes sombres à des plans nettement plus lumineux, étalonnage chaud, colorimétrie naturaliste, tons nuancés

LA SUITE APRÈS LA PUB

Son : mixage anglais 2.0 monophonique « lossless », dialogues clairs et équilibrés, belle dynamique sur les ambiances et musique particulière de Krzysztof Komeda, pas de distorsion, ni de souffle ; VF 2.0 monophonique, doublage soigné mais artificiel avec des voix mixées trop en avant des ambiances

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile griseetoile griseetoile grise(2/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0063522/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web