PUBLICITÉ

Dolls Les Poupées : les porcelaines maléfiques (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Dolls Les poupees 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

En panne de voiture une nuit d'orage, les Bowers et leur fille Judy trouvent refuge dans le manoir isolé des Hardwicke, bientôt rejoints par trois adolescents Ralph, Isabel et Enid. Ils découvrent dans chaque pièce des poupées, marionnettes et polichinelles qu'accumulent leurs hôtes. Loin d'être inanimés, ces jouets possédés se montrent particulièrement cruels…

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : Dolls
• Support testé : Blu-ray
• Genre : horreur
• Année : 1987
• Réalisation : Stuart Gordon
• Casting : Ian Patrick Williams, Carolyn Purdy-Gordon, Carrie Lorraine, Guy Rolfe, Hilary Mason, Cassie Stuart, Bunty Bailey
• Durée : 1 h 17 mn 36
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais, français
• Bonus : « Dolls La maison des poupées », présentation du film par Marc Toullec narrée par Linda Tahir (2005, 17 mn 32, réalisation Christophe Champclaux) - bande annonce (2 mn 27) - galerie de photographies (0 mn 37)
• Éditeur : Sidonis Calysta

Commentaire artistique

Disparu en mars 2020, Stuart Gordon est devenu un cinéaste reconnu après que son Re-Animator ait été récompensé au Festival de Cannes en 1985. Inspiré de H.P. Lovecraft, ce film d’horreur, non dénué d’humour noir, avait été produit par Brian Yuzna et Empire Pictures (Charles Band). En 1987, son troisième long-métrage Dolls Les poupées écrit par Ed Naha exploite le sous-genre des poupées maléfiques, un filon scénaristique déjà ancien (Les Poupées du diable, 1936, de Ted Bowning) et qui inspire encore le cinéma de genre (franchises : Puppet Master, 1989-1994, Chucky, 1988-2017 et Annabelle, 2014-2021). L’idée de départ du producteur Charles Band était de faire évoluer une seule poupée dans un manoir mais Ed Naha et Stuart Gordon imaginèrent tout autre chose avec une armée de figurines démoniaques et une intrigue traitée comme un conte de fées un tantinet lugubre. Bien que des marionnettes aient été utilisées en masquant les fils, Stuart Gordon opta en partie pour la technique de la stop motion plus crédible. Mais animer des dizaines de figurines en même temps s’avérera chronophage, ce qui explique la brièveté du film qui en tirera aussi son efficacité. Le film a été tourné en studio à Rome où fut construite la maison des Hardwicke, un décor grandeur nature parfaitement exploité par la mise en scène. Dolls Les poupées bénéficie d’un casting réduit à huit acteurs parmi lesquels il faut saluer la performance de la jeune Carrie Lorraine (dans son dernier long métrage avant de devenir… avocate) qui rappelle Mara Wilson dans Matilda (1996). Les époux Harwicke sont joués par deux familiers du film d’horreur, Hilary Mason (Ne vous retournez pas, 1973) et Guy Rolfe (Mr. Sardonicus, 1961). Faire valoir sympathique, Stephen Lee (Ralph) apporte une note d’humour étonnante aux diverses scènes d’horreur qu’il désamorce par le comique de son interprétation de grand enfant naïf. Ce qui n’empêche pas les poupées d’être effrayantes surtout lorsque le réalisateur imagina qu’elles auraient une structure organique, visible quand elles sont écrasées. Néanmoins, contrairement à Re-Animator, Dolls Les poupées est nettement moins sanglant et certaines scènes gore ont été coupées au montage. Un des atouts visuels du film est son immense variété de poupées présentées à l’origine de très belles scènes gothiques comme celle avec les soldats de bois ou celles avec Polichinelle (Mr. Punch en VO). Si cette orientation esthétique convient bien au conte (qui démarre comme un succédané de The Rocky Horror Picture Show), il attenue considérablement la violence et le mauvais goût qui avaient assurés le succès de Re-Animator, ce qui n’a pas empêché Dolls Les poupées de devenir un film culte avec son atmosphère singulière, ses clichés et sa concision narrative. Un film d’épouvante qui ne se prend pas au sérieux et qui dégage l’indéniable nostalgie de l’horreur gothique artisanale à l’ancienne des années 80 dépourvue d’effets numériques. Très distrayant.

 

Blu ray Dolls Les poupees

Commentaire technique

Image : copie HD, belle définition et piqué sur les détails, grain argentique variable et discret (tournage en 35 mm), image propre excepté quelques taches blanches (générique), excellent maitrise du contraste et noirs denses restituant les éclairages suggestifs de Mac Ahlberg, étalonnage homogène chatoyant, colorimétrie aux teintes vives

Son : mixage anglais 2.0 stéréo (au cinéma mixage en Ultra-stéréo, mais qu’est devenue la piste 5.1 du Blu-ray américain ?), dialogues très clairs, très bonne dynamique sur les ambiances et la musique de Fuzzbee Morse et Victor Spiegel, spatialisation frontale aux effets surrounds contenus ; VF 2.0 monophonique moins ouverte, doublage clair et soigné, bonne dynamique, voix un peu trop présentes

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile griseetoile grise(2,5/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0092906/

 

Combo Blu-ray/DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus