PUBLICITÉ

The Wicker Man : un film insolite, étrange et culte (en Blu-ray et DVD)

Blu ray The Wicker Man 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)

Synopsis

Le sergent Howie de la police de Western Highland arrive à Summerisle, une petite île privée de la côte ouest de l'Ecosse, pour enquêter sur la disparition présumée d'une jeune fille. Ce qui commence comme une enquête de routine devient une confrontation entre le policier dévot et les étranges coutumes et rituels ayant cours à Summerisle.

• Titre original : The Wicker Man
• Support testé : Blu-ray
• Genre : inclassable, horreur métaphorique
• Année : 1973
• Réalisation : Robin Hardy
• Casting : Christopher Lee, Edward Woodward, Britt Ekland, Diane Cilento, Ingrid Pitt, Lindsay Kemp, Russell Waters, Aubrey Morris
• Durée : 1 h 34 mn 29 (Final Cut)
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1
• Sous-titrage : français
• Piste sonore : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais
• Bonus : boîtier Digipack contenant le Blu-ray du film
• Bonus : préface de Jean-Baptiste Thoret (9 mn 45) - entretien avec Robin Hardy (16 mn 17) - la musique de The Wicker Man (15 mn 21) - bande annonce du film (1 mn 29) - DVD avec la version cinéma tronquée du film (85 mn)
• Éditeur : StudioCanal

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

The Wicker Man (Le Dieu d'osier en VF) constitue le numéro 30 de la collection « Make My Day ! », signée Jean-Baptiste Thoret qui présente d’ailleurs le long métrage dans l'un des bonus et nous explique toute l’étrangeté qu’il faut attendre de ce film longtemps présenté en version tronquée et désormais érigé au rang de film culte. Premier long métrage de Robin Hardy, ce film inclassable, certainement ni fantastique, ni vraiment horrible, n’a retrouvé sa presque intégrité que dans les années récentes même si, faute de négatif original 35 mm, le Director’s Cut remonté est amputé de quelques scènes. Néanmoins la version restaurée (Blu-ray) pour la projection en salle est bien plus complète que la version « Theater Release » présentée sur le DVD. Avant ce film, le réalisateur fit ses premières armes dans le documentaire, la télévision et la publicité. Puis, en collaboration avec Anthony Shaeffer l’auteur du scénario, il fonda à Londres sa compagnie qui allait produire The Wicker Man. L’idée originale de l’intrigue trouve ses origines dans les recherches du réalisateur sur l’histoire du paganisme qui ont été traitées par le scénario sous la forme habile d’un jeu intellectuel proposé au spectateur. Le scénariste avait déjà prouvé son talent à plonger le public dans la jubilation du décryptage des mécanismes de la machination avec sa pièce de théâtre « Le Limier », devenu un film de Joseph L. Mankiewicz (Sleuth, 1972). Il récidive avec le scénario singulier de The Wicker Man où il renverse les valeurs et fait d’une obscure croyance ancestrale, manifestement opposée au christianisme incarné par le sergent enquêteur mystique et borné Neil Howie (joué par Edward Woodward), la religion naturaliste de toute une île sous l’emprise d’un « gourou », Lord Summerisle, interprété par Christopher Lee. C’est pourquoi The Wicker Man rompt avec l’épouvante gothique chère à la Hammer Films dont l’acteur anglais était une des figures emblématiques et privilégie l’insolite de situations qui n’ont rien de surnaturel mais qui sont assurément plus qu’étranges. Sur cette base, The Wicker Man est un film qui relève de genres divers : enquête policière, film érotique, comédie musicale, fable métaphorique, l’ensemble tournant autour d’une exploration étonnante des racines de la croyance humaine. Contrairement au modèle gothique, le film de Robin Hardy se garde bien de recourir aux effets classiques de lumières effrayantes et de portes qui grincent ; tout se passe dans la pleine clarté d’une journée printanière sur fond de paysages délicieusement naturels et glorieusement hippies: l’épouvante est ainsi suscitée par la seule étrangeté apparente du ressenti : brillant ! La présence des actrices sexy Britt Ekland et Ingrid Pitt, peu avares de leurs charmes, n’est pas du tout rassurante : la sexualité primitive non contrariée par les tabous du christianisme ajoute à l’angoisse que tous les insulaires semblent provoquer par leurs attitudes anticonformistes. Cette critique en règle des valeurs conservatrices de la société anglaise des années 70 n’a pas été appréciée à la sortie du film : autant de singularité ne pouvait être admise et le distributeur EMI s’empressa de saboter sa diffusion en le présentant en seconde partie d’un double programme (avec le film aussi insolite de Nicolas Roegg : Ne vous retournez pas) et avec un montage (87 mn) délesté de plus de dix minutes. C’est grâce à la copie du film de 99 minutes conservée par Roger Corman, en tant qu’hypothétique distributeur américain, qu’une première édition plus complète avait vu le jour en vidéo en 1979. Mais il aura fallu attendre 2013 pour que The Wicker Man soit restauré en version Director’s Cut de 95 minutes (donc très proche des 99 mn originales), avec l’aide d’un tirage 35 mm de 92 minutes retrouvé à la Harvard Film Archive, pour le plus grand bonheur des cinéphiles ! Désormais The Wicker Man est apprécié comme un des plus grands films du cinéma britannique, précurseur de plusieurs drames au substrat animiste (Midsommar le film d’Ari Aster en 2019 et la série The Third Day de 2020 assument cet héritage) et dont la musique de Paul Giovanni a laissé des traces conséquentes (Radiohead, divers festivals, etc.). Interprété gratuitement par Christopher Lee, qui considérait y avoir joué son plus grand rôle, The Wicker Man est au centre d’une multitude de racontars qui ont forgé sa légende. Peu importe leur véracité, ce film incomparable n’a pas fini de surprendre et de fasciner jusqu’à son final incandescent : une réflexion intemporelle et magistrale qui force l’admiration.

 

Blu ray The Wicker Man

Commentaire technique

La restauration 2K pour les 40 ans du film en 2013, dénommée Final Cut, a été supervisée par le réalisateur Robin Hardy pour le British Film Institute à partir de négatifs et de diverses copies positives.

Image : copie HD, très bonne définition et bon piqué général, variations notables selon les plans (remontage à partir d’éléments variés) même si les contrastes et la colorimétrie ont été ajutés, grain argentique régulier et image lumineuse présentée en 1,85/1 (tournage en 35 mm, 1,37/1), étalonnage chatoyant, colorimétrie chaude aux tons saturés, image propre

LA SUITE APRÈS LA PUB

Son : mixage anglais 2.0 monophonique, dialogues clairs, léger bruit de fond mais pas de saturation, dynamique appréciable qui profite entre autres à la musique et aux nombreuses chansons

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixage sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0070917/

 

Combo Blu-ray/DVD disponible sur Amazon

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus