Test cellule phono Goldring 2100 : un air de haut de gamme... sans le prix

Goldring 2100 test ONmag

Goldring, marque anglaise fort appréciée des audiophiles, a la réputation de proposer des cellules phono plutôt haut de gamme et coûteuses. Avec ce modèle MM, 2100, elle montre qu'elle sait aussi se rendre accessible sans faire de compromis sur les performances.

LA SUITE APRÈS LA PUB

>>> LES AUTRES CELLULES PHONO DU COMPARATIF

La marque Goldring remporte le prix de la longévité, car sa date de création remonte à 1906 par deux frères ; les Messieurs Scharf & Scharf, la société étant située à l’époque en Allemagne. Ils lancent leur première tête de lecture à aiguille pour gramophone sous le nom de Juwel Electro Soundbox et déménagent en Grande-Bretagne dès 1933. En 1954, Goldring sort une cellule à saphir réversible pour les 78 rpm ou les 33 et 45 rpm sous la référence 500. Cette cellule a "reluctance variable" démarre toute une série de modèles dont les 600, 700 et ensuite quatre cellules, Eroica, Epic, Excel et Elite prennent le relai à la fin des années 1980. Goldring se lance aussi dans la conception de deux platines vinyles, les GR1 et GR2, des platines à courroie avec plateau anti-résonance et socle en MDF avant de concevoir cette série 2000 en 2009, dont fait partie la cellule de notre comparatif.

La Goldring 2100 est la toute première cellule donc de la série 2000 qui ne compte pas moins de 6 modèles en tout. Les différences entre les modèles portent sur la qualité du stylet et du circuit magnétique (aimants et bobine). De forme bombée, cette cellule est dotée, comme ses sœurs, du principe Moving Iron, une technologie propriétaire qui associerait le son d’une cellule à bobine mobile (MC) avec la praticité d’un diamant remplaçable des cellules à aimant mobile (MM) ainsi que leur haute sensibilité. Elle emploie des aimants très puissants au cobalt/samarium et un cantilever en alliage fer/nickel très léger sur lequel est fixé un diamant taillé en forme elliptique. Il en résulte une sensibilité très élevée de 6.5 mV, ce qui a l’avantage d'augmenter le rapport signal/bruit de façon conséquente. Cette cellule Goldring est livrée dans une magnifique boîte en métal et ses points de fixation se trouvent au-dessus du corps de la cellule. Deux vis à tête BTR se fixent directement au corps de cette 2100.

Des basses très profondes et une dynamique explosive

Après l’Audio-Technica VM530EN, nous changeons littéralement de registre avec cette Goldring 2100. Le haut du spectre est beaucoup plus doux comme si nous avions lissé les aigües pour plus de confort. Cependant, n’allez pas imaginer que cette cellule est asthénique, elle a une dynamique à couper le souffle (la plus véloce de ce comparatif) qui n’en oublie pas une grande ampleur dans le grave. Ce dernier est même impressionnant. Lorsqu’on écoute l’album de Joe Goddard "Electroclines", un disque à résonance Funk/Electro, le synthé basse déboule avec un niveau incroyable. Le médium est plein tout en étant vif, ce qui offre du relief à la voix de la chanteuse Slo. De plus, cette cellule procure une image stéréophonique large et d’une ampleur qui se rapproche d’un modèle beaucoup plus haut de gamme. Il y a, en effet, du relief et de la profondeur, et les plans ne sont pas projetés en avant, bien au contraire.

Vu ces qualités, il nous a semblé judicieux de passer à un disque de musique classique comme les "Leçons des Ténèbres" de Marc Antoine Charpentier, un enregistrement quelque peu ancien. La voix de haute-contre de René Jacobs est parfaitement positionnée en tessiture. L’équilibre tonal de cette Goldring est plutôt descendant, mais elle n’en oublie pas d’être vivante par sa rapidité et son suivi mélodique. La viole de gambe et le clavecin sont bien présents, et nous pouvons sans aucun effort suivre tout le jeu de ces musiciens. Même chose sur le LP de Steve Reich "WTC 9/11" et le morceau "Differents Trains". Nous imaginons facilement la position de chaque violon et l’impression d’ensemble est bien réelle. La Goldring 2100 donne une solidité au son en détachant et séparant chaque instrumentiste. Par certains côtés, elle ne fait pas dans la dentelle, mais on appréciera le caractère décisif qu’elle propose et ce sans aucune dureté.

Spécifications

Diamant : Elliptique
Cantilever : fer/nickel
Aimant : samarium/cobalt
Niveau de sortie : 6.5 mV
Séparation des canaux : < 20 dB
Compliance dynamique : 20 x10-6cm/dyne
Charge : 47 kΩ
Capacité de charge : 100-200 pF
Poids : 8.4 g
Prix : 200 €

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Transparence : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)
Timbre : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orange(4,5/5)
Dynamique : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)
Intérêt : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange(5/5)

Offres Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Goldring

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework