PUBLICITÉ

Test Marantz HD-DAC1 : un ampli casque et Dac Hi-Res au son généreux

Marantz HD DAC1 tes ON mag

Le HD-DAC1 appartient à la série Hifi haut de gamme du constructeur Marantz. Avec son hublot placé en plein milieu de sa face avant, sa connectique fournie et ses principes techniques repris des meilleurs appareils de la marque, cet ampli casque et convertisseur lancé en 2014 trouve toute sa place dans notre sélection 2016 des appareils de cette catégorie.

---------
CE TEST A ÉTÉ PUBLIÉ DANS NOTRE
GUIDE 2017 DES CASQUES ET ÉCOUTEURS AUDIOPHILES
RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS NOS GUIDES EN LIGNE.
---------

LA SUITE APRÈS LA PUB

Dès le début des années 2000, la marque Marantz lançait une série dite « Premium » qui allait faire parler d’elle assez rapidement. Grâce à son succès, cette série haut de gamme connut une seconde version quatre ans plus tard et il a fallu attendre 2013 pour voir arriver un lecteur réseau représentatif de la volonté de ce fabriquant de contenter les audiophiles adeptes du streaming les plus exigeants, le NA-11S1. Comme nous le savons, l’utilisation de casques de grande qualité n’a cessé d’augmenter depuis une dizaine d’années, il n’est donc pas un hasard que Marantz réponde à ce phénomène grandissant avec le HD-DAC1, un amplificateur spécialement consacré à cette pratique. Il reprend, bien entendu, les grands principes technologiques comme les circuits HDAM et HDAM-S2 et la puce de conversion Circus Logic CS4398 que l’on retrouve sur les lecteurs CD/SACD de la marque.

Une présentation toujours aussi luxueuse et cossue

Cet HD-DAC1 propose la même présentation assez luxueuse propre à la marque ; un design que l’on pourrait juger intemporel grâce à un savant mélange de modernité et de pérennité que souligne un rappel aux appareils de jadis comme le fait le magnifique hublot placé en plein milieu de la face avant. Mais sa présence n'a pas que des raisons esthétiques et trouve en réalité toute son utilité : c’est cet afficheur qui permet le visionnage d’un certain nombre d’opérations : indication de la source lue, résolution des fichiers en cours de lecture comme les manipulations opérées via le menu de l’appareil. Grâce à la magnifique télécommande livrée avec l’appareil comme par le commutateur Set-Up de la face avant, plusieurs paramètres sont en effet accessibles : changement de la brillance de l’afficheur (dimmer), gain du circuit de puissance à trois positions (faible, moyenne et élevée) , l’iPodMode (la télécommande prend dès lors la main sur l’iDevice connecté) et enfin l’AutoStandby, c’est-à-dire la mise en veille automatique si l’appareil reste sur le mode arrêt pendant plus de trente minutes.
De part et d’autre de cette fenêtre circulaire et toujours sur une face avant en aluminium brossé, une grosse molette jouant sur le volume souhaité se tient à droite, tandis que le sélecteur de source est, lui, placé tout à gauche. Disponible en deux finitions (champagne ou noir), ce coffret en métal est bordé de joues en résine imitant de façon très réaliste la ronce d’acajou. Et n’oublions pas, pour finir la description de cette face avant, la présence d’un port USB A pour un iPod, un iPod ou tout autre dispositif de stockage (MP3, WMA, AAC, WAV) externe dont la lecture sera limitée à 16 bits/48 kHz. Cette prise est située juste à côté de la sortie casque ; un jack femelle 6.35 mm.

Marantz HD DAC1 2

Une connectique polyvalente

Une vue de la face arrière nous donne une bonne impression des possibilités offertes par le HD-DAC1. Toutes les entrées occupent le haut de cette partie. La raison en est simple, leur emplacement correspond à la carte d’entrée numérique déportée que l’on aperçoit dès le capot de l’appareil retiré. De gauche à droite, nous comptons une entrée Aux avec un jack 3.25 mm (grâce à un adaptateur, nous avons pu lui connecter une source analogique autre qu’un simple iDevice) mais il faut être conscient que ses signaux analogiques sont convertis dans l'appareil en numérique 24/96 kHz avant tout traitement. Puis suivent 3 entrées S/PDIF avec une coaxiale et deux optiques Toslink que rejoint une USB B asynchrone. Juste en dessous, l’utilisateur a le choix entre deux sorties, la première est fixe, la seconde variable pour attaquer un bloc de puissance stéréo ou même une paire d’enceintes actives sans problème. le marantz HD-DAC1 peut donc servir de préamplificateur sans souci. On note également un jeu de prise Remote Control utile pour chainer d’autres appareils Marantz compatibles avec les fonctions de la télécommande. Pour finir, et lors de l'utilisation de cet appareil avec un ordinateur sous Windows, il convient d’installer les pilotes adéquats disponibles sur le site Marantz et l'emploi de logiciels tels Foobar ou encore JRiver sont indispensables pour la lecture sans perte de résolution de fichiers Hi-Res.

Marantz HD DAC1 13

Un appareil paré à tous les usages

A l'intérieur de l'appareil, une fois les joues retirées et un certain nombre de vis cuivrées en moins, on constate que l’appareil bénéficie d’un double châssis double couche. La première chose qui étonne et rassure, c’est la présence d’un sérieux bloc d’alimentation totalement blindé, un bloc très certainement basé sur un transformateur torique à forte capacité. Deux gros condensateurs Nichicon d’une valeur de 6 800 µF/25V chacun sont visibles sous la carte numérique ainsi qu’une batterie de petits condensateurs pour assurer le filtrage d'alimentation régulée des modules HDAM. La partie amplification pour casque utilise une structure à deux transistors sans contre-réaction (feedback) en boitier classique. Ils sont montés sur un radiateur à ailettes pour une meilleure dissipation thermique. Marantz annonçe pour son HD-DAC1 une puissance de 800 mW sous 32 ohms et une capacité de réponse très élevée avec des casques de bien plus haute impédance.
Sur une carte fille supérieure (au-dessus de la principale), c’est tout le traitement numérique qui apparaît. L’interface USB passe par un processeur Texas Instrument (TMS320C6748) qui se trouve au côté d’un émetteur/récepteur Burr-Brown qui sert à la réception et la commutation des signaux des autres entrées S/PDIF ainsi que la numérisation de ceux qui sont venus de la seule entrée analogique de l’appareil.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Marantz HD DAC1 8

Sous cette carte se trouve à la fois la puce de conversion Circus Logic CS4398 acceptant des signaux jusqu’à 24 bits/192 kHz comme les signaux DSD convertis en PCM (DoP). Les signaux ensuite convertis en analogique sont filtrés et amplifiés par les fameux circuits Marantz HDAM et HDAM-SA2 qui sont entièrement réalisés en composants discrets (Marantz préférant ce montage propriétaire à des ampli-op habituels) accompagnés de condensateurs de qualité audiophile. Il est également à noter que, toujours dans le même souci de préserver la qualité des signaux, le potentiomètre est un modèle Alps motorisé qui bénéficie d’une ferrite afin de se prémunir de toutes interférences. Voilà donc un appareil bien complet, comme d’habitude chez Marantz. Nous regrettons juste l’absence de deux prises d’entrée analogique au format RCA qui aurait été préférable à l'unique mini-jack en place et une liaison purement analogique. En revanche, la taille des informations apparaissant sur l’afficheur ne nous force pas à rester au plus près de l’appareil lors de son utilisation.

Ecoute Marantz HD-DAC1 : chaleur, douceur et langueur

Que ce soit en mode analogique ou numérique, la signature sonore de Marantz transparaît dans tous les cas de figure avec un son qui ne se dépare jamais d’une chaleur et d’une onctuosité évidente, exactement le contraire d’un ton dur ou analytique. Sur plusieurs casques, cette constatation est assez évidente, un casque présentant une signature acoustique similaire au HD-DAC1 aura donc tendance à trop adoucir le message général.
La scène sonore est d’une ampleur peu commune, nous ne sommes pas collés aux divers pupitres de musiciens, mais prenons une certaine distance avec eux comme si nous jouissions d’un bel espace entre l’enregistrement et nous. La bande passante est, comme vous pouvez déjà le deviner, plutôt descendante. Les timbres sont chauds et rassurants même si, par rapport à d’autres modèles comme le Lehmanaudio Linear D ou encore le Ifi Audio Pro iCAN par exemple, nous pourrions ici souhaiter plus de mordant sur les attaques de notes. Le bas du spectre est plus que généreux, ce qui va dans le sens du reste. Il envahit l’espace sonore entre les oreilles avec prestance.

Sur le disque des sœurs Ibeyi, et notamment le morceau "Ghost", nous sommes plongés dans une ambiance sonore chaleureuse que berce un beau réalisme sur les voix par exemple. Les divers instruments à percussion comme le piano qui accompagne tout le morceau ont de la matière, du grain et forment un ensemble sonore très ordonné. Nous pourrions quand même souhaiter un peu plus de rapidité générale, car effectivement les coups de tambours du morceau suivant résonnent avec beaucoup d’emphase alors qu'avec certains autres amplis de notre guide on obtiendrait un son plus sec et détaillé. Le Marantz HD-DAC1 privilégie donc l’ampleur et la sensualité quitte à être moins piqué comme fouillé aux deux extrémités du spectre. Le confort d’écoute est total, une garantie contre les écoutes crispantes et coincées.

Messie Handel Davis

Nous avons donc pensé que la musique classique serait très certainement le terrain de prédilection de cet ampli casque. Nous l’avons essayé sur plusieurs fichiers dont le Messie de Haendel dirigé par Sir Colins Davis et sans nul doute, ce Marantz exploite toutes ses qualités de timbre sur ce type de message. Les voix sont magnifiques : à la fois charnelles et modulées, elles sont pleines de sensualité, ce qui restitue toute l’émotion de cette œuvre. Les voix de baryton sont puissantes et tous les écarts de niveau sont fort bien appuyés. Le rang des violons brille moins par leur éclat, les harmoniques hautes semblent quelque peu écourtées. En revanche, le HD-DAC1 n’a pas son pareil en matière de cohérence grâce à un médium fort bien charpenté. D’une façon, c’est lui qui semble mener la danse avec un respect de chaque plan sonore. Loin de la fureur et du bruit, ce Marantz adoucit toutes les brillances pour rester d’une crédibilité spectrale jamais trahie par des colorations ou autres artifices.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Le site de la marque : marantz.fr

Le  Marantz HD-DAC1 décortiqué par On-mag

Spécifications

  • Connectique d’entrée numérique : 1x USB B, 1x USB A, 2x Toslink, 1x coaxiale,
  • Résolution compatible : USB B (24 bits/192 kHz + DSD2.8 et 5.6 MHz), USB A (16 bits/48 kHz), S/PDIF (24 bits/192 kHz)
  • Connectique d’entrée analogique : 1 analogique par jack 3.25 mm (200 Vrms/22 kΩ)
  • Puissance : 800 mW/32 Ω
  • Bande passante : 2 Hz à 96 kHz
  • Rapport signal/bruit : 110 dB
  • Gamme dynamique : 106 dB
  • Distorsion harmonique : 0.0012%
  • Sortie analogique : variable et fixe (niveau de 2.3 Vrms (PCM) ou 1.7 Vrms (DSD))
  • Dimensions : 25 x 9 x 27 cm (LxHxP)
  • Poids : 5 kg
  • Prix : 900 € (finition argent ou noire)

Notre avis

  • Qualité de fabrication : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile grise (4/5)
  • Équipement et fonctions : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4,5/5)
  • Performances sonores pures : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile griseetoile grise(3/5)
  • Musicalité : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise (3,5/5)
  • Intérêt : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orangeetoile grise (3,5/5)


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Marantz

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus