PUBLICITÉ
  • Amilcar Chicago
  • Musique

Coronavirus : des risques pour les disquaires indépendants

Disquaire independant tokyo dub store 07

Pour ce qui est des conséquences du COVID-19 sur l’industrie musicale, on parle souvent des concerts et festivals annulés. Mais concernant les petits commerces, ce sont les disquaires indépendants qui seront probablement les plus touchés par les conséquences économiques de la pandémie.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Les événements phares du vinyle sont reportés

C’est le magazine Pitchfork qui tire la sonnette d’alarme depuis l’Amérique du nord, et pour cause, il n’y a pas que les concerts qui y sont reportés. Après plusieurs festivals de vinyle aux Etats-Unis, comme le Record Store Day, c’est le Disquaire Day français et bien d’autres événements dans le monde dédiés au vinyle qui sont décalés ou annulés. Alors même qu’ils peuvent constituer une part significative du revenu annuel pour un disquaire indépendant.

Des achats qui risquent de diminuer au profit de la vente en ligne ou du téléchargement

En outre, les établissements des disquaires sont des lieux de sociabilité, des petits commerces où les gens passent du temps à discuter, à écouter des disques... Parfois dans de tout petits espaces. Avec la fermeture des établissements « non indispensables » en Italie, en France et en Espagne, les disquaires dont les ventes dépendent de la fréquentation au quotidien seront durement touchés. Comme tous les petits commerces, d’ailleurs.
Autre conséquence des privations de sorties liées au COVID-19, la part de portefeuille des consommateurs de musique allouée à l’achat de vinyles, notamment d’occasion, risque de réduire au profit des achats en ligne, livraisons et téléchargements. Et cela même dans les zones où les disquaires ne sont pas obligés de fermer boutique, puisque la distanciation sociale sera de mise.

Moins de marchés aux puces et de brocantes

Enfin, les brocantes, marchés aux puces et autres espaces de vente risquent de se devoir fermer, et leur fréquentation baissera. On le sait, ces marchés sont également des lieux de débouchés et de vente pour nombre de petits disquaires, notamment celles et ceux qui n’ont pas de boutique "en dur".
Alors malgré les conséquences de la pandémie, et dès que cela sera de nouveau possible, n’oubliez pas votre cher disquaire de quartier et ne manquez pas d’aller faire un tour chez lui ou elle pour donner un peu de fraîcheur à vos bacs… vos oreilles vous le rendront !


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Vinyle

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus