PUBLICITÉ

McIntosh MCD12000 : un lecteur SACD/CD et DAC audiophile très haut de gamme au doux parfum hybride

McIntosh MCD12000 1

Le lecteur SACD/CD n'est pas encore mort ; on peut même dire que le marché des modèles très haut de gamme se porte bien. Forcément, un acteur aussi prestigieux que McIntosh continue d'imposer sa patte atypique. À ce titre, son nouveau lecteur SACD/CD et DAC MCD12000 est particulièrement prometteur. Très complet, il met en avant l'une des spécialités du constructeur, à savoir mêler les tubes et les transistors afin de laisser le choix à l'utilisateur. Original, mais attirant.

La grosse artillerie pour les petites galettes

Extrêmement imposant pour un "simple" lecteur, le McIntosh MCD12000 est dans la lignée des autres produits luxueux du constructeur américain. Le châssis est principalement en acier inoxydable, ce qui est presque une habitude pour la marque. Nous retrouvons d'autres touches particulièrement premium, comme la façade en verre et le plateau supérieur partiellement vitré (qui affiche un schéma décrivant la topologie de l'appareil). On ne peut pas non plus occulter l'utilisation de poignées en aluminium brossé.
Ce luxe va de pair avec les fameuses molettes en métal, mais surtout les vumètres analogiques rétroéclairés en bleu et bien sûr la légère ouverture permettant d'admirer les lampes de préamplification et leur lumière verte.

LA SUITE APRÈS LA PUB

McIntosh MCD12000 2

Lecteur de SACD et CD oblige, un petit écran indicatif monochrome et quelques boutons prennent place en façade.
On s'en doutait, l'unité de transport ne fait pas dans le tout-venant. Celle-ci comprend un châssis en aluminium moulé et un système très précis de servomoteurs.

McIntosh MCD12000 4

En plus de cette fonction de lecteur SACD/CD, l'appareil joue le rôle de DAC. Il regroupe sans surprise un grand nombre de connectiques : 2 prises optiques, 2 SPDIF RCA, 1 prise AES/EBU en XLR, une entrée USB-B et une entrée MCT (pour les appareils de la marque).

Conversion très haut de gamme et préamplification véritablement hybride

On ne pourra clairement pas reprocher à l'appareil d'être timide en matière de conversion numérique/analogique. C'est simple, en intégrant une structure dual-mono (1 DAC par canal) de puces Sabre ES9038Pro, McIntosh utilise tout simplement ce qui se fait de plus haut de gamme. Le MCD12000 est capable de lire du PCM jusqu'en 32 bits/384 kHz et du DSD512 en natif.

McIntosh MCD12000 6

LA SUITE APRÈS LA PUB

Cet étage de conversion est épaulé par l'architecture HyperStream d'ESS, permettant de réduire au maximum le jitter.
Mais le haut de gamme ne s'arrête pas là. À l'image du très impressionnant amplificateur MC901, le MCD12000 intègre un étage de préamplification à lampes, mais également un étage tout en transistors, placés sur des circuits différents. Il dispose ainsi de sorties RCA et XLR associées respectivement à l'une ou l'autre des architectures, ce qui permet d'alterner facilement entre le son des transistors et le son des tubes.

McIntosh MCD12000 5

L'idée est particulièrement intéressante, bien que la marque livre assez peu de détails techniques. Nous savons toutefois que le circuit à lampes exploite un tube 12AT7 et un tube 12AX7 par canal. Le mode tout en transistors repose quant à lui sur des amplis op en composants discrets.
Comme souvent chez McIntosh, l'étage numérique et les étages analogiques reposent sur deux différents circuits d'alimentation. En outre, l'utilisation d'un large transformateur de type R-Core permet de réduire encore le bruit.
Disponible d'ici mai-juin, le McIntosh MCD12000 sera vendu en France au tarif de 15 000 euros.


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



McIntosh

PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus