Etymotic Evo : la marque pionnière lance ses premiers écouteurs multitransducteurs, une évolution sonore inattendue

Etymotic Evo

Dire qu'Etymotic traîne une image de marque conservatrice dans l'audio grand public est un doux euphémisme. Quelques changements sont certes venus l'animer ces dernières années, comme l'arrivée d'écouteurs plus basseux ou l'utilisation de modules Bluetooth, mais le fait est que le constructeur n'a pas révolutionné ses architectures sonores depuis très longtemps - depuis l'époque lointaine des premiers ER4 oserait-on dire. Avec ses nouveaux écouteurs Evo, Etymotic propose une évolution aussi haut de gamme qu'inattendue.

LA SUITE APRÈS LA PUB

La touche Etymotic dans une forme plus moderne

Apôtre des écouteurs simple voie et simple transducteur, Etymotic avait visiblement envie de franchir le pas du multivoies et du multitransducteurs. Ainsi les Evo s'appuient-ils sur une architecture deux voies, se divisant en trois transducteurs à armature équilibrée.

Cette petite révolution débute avec le châssis des écouteurs, entièrement en métal mêlé de résine et moulé sous haute pression (puis anodisé), le tout gravé au laser pour marquer les inscriptions. La marque évoque une forme particulièrement étudiée, spécifiquement adaptée aux propriétés acoustiques.

Etymotic Evo 01

Chaque écouteur intègre une connectique de type T2 pour y raccorder le câble Estron Linum BaX livré en standard, un modèle plutôt haut de gamme et habituellement réservé à l'aftermarket, annonçant un effet microphonique très réduit (bruit de frottement ou de pas transmis par le câble).

Tout au bout du châssis, Etymotic place une canule tubulaire à la fois très fine et assez longue, véritable spécialité de la marque. On ne se refait pas, le constructeur propose des embouts biflanges et triflanges, ainsi que des embouts en mousse à mémoire de forme. Sauf accident, nous devrions retrouver l'incroyable isolation qui fait la force d'Etymotic. À l'inverse, le confort (embouts très intrusifs) risque de toujours autant diviser, les écouteurs de la marque étant les plus intrusifs du genre.

Etymotic Evo 03

Afin de proposer une bonne durée de vie, les Etymotic Evo proposent un système de filtres remplaçables dans la canule. Une paire de filtres de remplacement ainsi qu'un outil dédié sont livrés.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Le constructeur ne détaille pas énormément la partie sonore, mais précise tout de même la disposition des haut-parleurs : les Evo embarquent deux transducteurs appairés pour les basses fréquences ainsi qu'un transducteur dédié aux médiums et aux aigus. Etymotic annonce une réponse en fréquence de "seulement" 20 Hz – 16 kHz, ce qui ne signifie pas nécessairement que ces écouteurs manqueront d'aigus. L'impédance annoncée est de 47 Ohms (1 kHz) et la sensibilité de 99 dB (1 kHz sous 0,1 V).

Bien sûr, nous sommes en droit d'espérer, pour que la marque conserve ce côté atypique, une signature sonore très équilibrée sans être ennuyeuse, le tout accompagné d'un très haut niveau technique.

Etymotic Evo 02

Il faudra au moins cette grande qualité technique pour nous convaincre, car les Etymotic Evo sont annoncés à pas moins de 600 euros en France. Un tarif qui est certes loin des sommets du genre, mais très supérieur à la moyenne par rapport au positionnement des autres écouteurs deux voies. Etymotic n'a pas encore annoncé de date de sortie, mais les écouteurs devraient arriver assez rapidement en France.


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Etymotic Research , Etymotic