icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

Synthesis : philosophie tubesque au service d'appareils Hifi hautement musicaux

Synthesis Roma 96 DC ONmag 1 resultat

- article sponsorisé -

En matière d'amplification Hifi, éternel débat que de choisir entre la richesse technique des transistors et la sonorité plus organique des tubes. Si cette dernière possède une musicalité et un grain inimitables, elle peut vite devenir le raccourci de constructeurs qui l'exploitent comme un argument facile, sans même maîtriser cette technologie exigeante.

La marque italienne Synthesis Art in Music (ou simplement Synthesis), qui a vu le jour en 1992, est spécialisée dans cette fameuse technologie d'amplification à lampes, un domaine qu'elle porte comme une véritable philosophie à travers toute une gamme d'électroniques Hifi, cela sans tomber dans des excès pécuniers. Sa production 100% Made in Italy se traduit par exemple par la conception de la plupart des pièces, dont les transformateurs de chacun de ses appareils. Faisons un petit tour d'horizon des références les plus intéressantes de ce constructeur italien qui porte fièrement les couleurs du tube.

 

Roma 96DC+ : un ampli tubesque en pure classe A, ultra complet, dans les règles de l'art

Parmi les produits de Synthesis, le Roma 96DC+ compte sans doute parmi les plus intéressants, car il combine une approche multifonction et une certaine compacité dans un ampli qui ne s'adresse certes pas aux enceintes les plus énergivores, mais sera parfaitement à son aise dans des configurations exigeantes, par exemple avec un duo d'enceintes Hifi de bibliothèque de milieu ou haut de gamme.

Synthesis Roma 96 DC ONmag 2 resultat

Proposant une puissance de 25 W par canal sous 6 ohms, cet intégré stéréo n'est pas seulement un amplificateur à lampes, c'est également un convertisseur numérique-analogique tout ce qu'il y a de plus moderne, triplé d'une section préampli phono compatible avec les cellules MM et MC (aimant mobile et bobine mobile).

Son étage de conversion s'appuie ainsi sur une puce AK4495S d'Asahi Kasei, référence haut de gamme de même génération que la très célèbre AK4497. Equipé d'entrées numériques USB-B, coaxiale RCA et optique, le Roma 96DC+ adopte les trois standards les plus courants dans l'audio numérique. Cet appareil prend en compte les fichiers PCM jusqu'en 32 bits / 384 kHz (en USB) et le DSD128 en natif. Les fichiers DSD au-delà du DSD128 étant rarissimes, cela paraît un choix logique.

Synthesis Roma 96 DC ONmag 3 resultat

Pour l'amplification, le Roma 96DC+ embarque des tubes à tous les étages ; mais il s'agit surtout de références classiques et donc faciles à se procurer en cas de remplacement : un tube 12AU7/ECC82 par canal pour l'étage de préamplification et deux EL34/6CA7 appairés en push-pull classe A pour l'étage de puissance. Cette topologie de montage classique est parfaitement adaptée aux amplificateurs à lampes de cette gamme de puissance. Un montage en classe B aurait par exemple fourni une meilleure réserve de puissance, mais des performances musicales moins élevées.

Deux entrées Ligne RCA, une entrée phono RCA, une sortie RCA et un duo de borniers haut-parleurs complètent enfin l'équipement de cet intégré Synthesis Roma 96DC+.

Synthesis Roma 96 DC ONmag 5 resultat

Une autre des qualités de ce produit réside bien évidemment dans son design, mêlant un châssis entièrement métallique à une façade en bois stylisée, disponible en différentes finitions. Il arbore également une grille métallique de protection des tubes, élégamment travaillée à la forme du logo Synthesis - un ajout qui, même s'il camoufle partiellement la beauté des lampes, ne manque pour une fois pas d'originalité.

Synthesis Roma 96 DC ONmag 6 resultat

Cet appareil complet et sans ésotérisme s'adresse clairement aux possesseurs d'enceintes haut de gamme (ou milieu de gamme de grande qualité) demandant un niveau de puissance raisonnable. Le Synthesis Roma 96DC+ s'affiche au tarif de 2 590 euros, une gamme de prix déjà concurrentielle mais loin d'avoir trouvé une référence absolue. Qui sait si cette référence absolue ne serait pas le Roma 96DC+ ?

 

Soprano : du néo-vintage hybride en version accessible

Le Roma 96DC+ est encore un peu trop ambitieux pour votre porte-monnaie ? Qu'à cela ne tienne ; Synthesis propose une solution avec le Soprano, dont le test a déjà été publié sur ON-mag. Changement de direction et objet presque atypique dans l'univers de la marque : cet ampli intégré troque le classicisme boisé caractéristique de Synthesis pour un design cubique tout en aluminium, parfaitement dans la tendance néo-rétro actuelle.

Synthesis Soprano ONmag 1 resultat

Ici, les possibilités ne sont pas simplifiées, puisque cet appareil conserve les fonctions d'amplificateur, de DAC, ainsi que de préamplificateur phono. L'ampli intégré Synthesis Soprano gagne même au passage un module Bluetooth qui lui permet de se connecter à un smartphone ou à tout autre émetteur de ce type.

Deux changements interviennent par rapport au Roma 96DC+ : l'architecture et la puissance de sortie. Ainsi le Soprano s'adresse-t-il aux enceintes de faible consommation, avec une puissance de 12 W par canal sous 6 ohms. De même, il n'agit plus en pur amplificateur à lampes, mais se permet de passer dans la catégorie hybride, laquelle mélange lampes et transistors.

Synthesis Soprano ONmag 3 resultat

Ici, Synthesis propose un montage pour le moins original, puisque le Soprano n'utilise pas les lampes en préamplification et les transistors en puissance comme on le voit couramment, mais l'inverse. Une telle architecture permet de conserver la musicalité typique d'un montage de tubes en push-pull polarisé en classe A, avec l'utilisation d'un duo (par canal) de lampes EL84/6BQ5, tout en simplifiant la préamplification avec une paire de transistors MJD340.

Synthesis Soprano ONmag 4 resultat

DAC/amplificateur-hybride avec préampli phono MM/MC, le tout Made In Italy et porté par un design très classieux, avec un récepteur Bluetooth de surcroît : le Synthesis Soprano, vendu au prix de 1 290 euros, constitue une entrée plus qu'intéressante dans le monde de l'amplification à lampes -  si le rendement de vos enceintes rentrent dans sa gamme de puissance, bien entendu.

 

Roma 510AC : ampli intégré stéréo de 2 x 80 watts avec les "tubesques" lampes KT88/6550

Des appareils multifonctions oui, mais que proposer à un utilisateur qui souhaiterait uniquement un amplificateur à tubes capable de propulser bien plus que des modestes 12 ou 25 W par canal ? Le Roma 510AC représente sans doute la meilleure solution de la gamme Synthesis pour répondre à ce besoin, puisqu'il s'agit d'un amplificateur stéréo à lampes dans la plus pure règle de l'art. Il ne propose pas de DAC, de module Bluetooth, ni même de préampli phono ; nous avons là un produit monotâche mais plus haut de gamme et plus puissant que les deux précédents modèles évoqués. Il pousse en effet le niveau de sortie à 80 W par canal sous 6 ohms.

Synthesis Roma 510 AC ONmag 1 resultat

Ainsi son architecture est-elle la suivante (par canal) : un tube 12AX7 en double triode pour l'étage d'entrée, suivi par un tube 12BH7 officiant en tant que séparateur de phase, et enfin un duo de lampes KT88/6550 montées en push-pull. Le tout est complété par plusieurs petits raffinements audiophiles, dont un circuit de chauffage stabilisé pour chaque lampe de puissance, ainsi que des transformateurs de sortie avec noyau à base d'alliage en fer-silicium ou encore un piètement antivibratoire.

Synthesis Roma 510 AC ONmag 2 resultat

Tout comme le Roma 96DC+, le Roma 510AC mêle le classicisme rétro des amplificateurs à lampes avec sa petite touche de style à l'italienne : façade stylisée en bois laqué (différentes finitions sont disponibles) et grille de protection avec logo Synthesis sont de la partie. Sa connectique est également plus riche, se composant de cinq entrées Ligne sur RCA, une sortie RCA préamplifiée, et bien sûr une paire de borniers haut-parleurs.

Synthesis Roma 510 AC ONmag 3 resultat

Le Roma 510AC étant un puissant modèle haut de gamme à lampes, son tarif - 3 590 euros est supérieur à celui des deux références précédemment évoquées, mais encore très mesuré par rapport à des équivalents en KT88 80W d'autres constructeurs.

 

Roma 37DC+ : tubes, Classe D et DAC pour envoyer en l'air les enceintes Hifi les plus énergivores

D'une philosophie à la fois proche et opposée à celle du 510AC, le Synthesis Roma 37DC+ est un ampli stéréo intégré (deux entrées ligne, une entrée phono MM, une sortie préamplifiée), intégrant également une fonction DAC. A la différence du 510AC, son but est de concilier la sonorité des lampes avec la très grande réserve de puissance des transistors travaillant en classe D.

Synthesis Roma 37 DC resultat

Ainsi, ce produit destiné aux enceintes les plus demandeuses exploite-t-il un étage d'entrée à base de lampes 6DJ8 afin de conserver la philosophie tubesque du son, mais en introduisant un module en Classe D en amplification de puissance. Cela lui permet d'atteindre pas moins de 450 W de puissance par canal !

Autre avantage donc, la présence d'une conversion numérique-analogique, caractérisée par une entrée optique, ainsi qu'une entrée USB-B, permettant de prendre en charge les fichiers PCM en 32 Bits, ainsi que le DSD128 en natif. Cet étage de conversion n'existant pas dans la version 37DC, le 37DC+ conserve un avantage non négligeable, s'affichant comme un véritable tout-en-un audiophile et surpuissant. 

Roma DC37 01

Sonorité différente et besoin différent que le 510AC, le Synthesis Roma 37DC+ n'en est pas moins aussi haut de gamme dans son approche.

Synthesis Roma 37 DC 01 resultat

Si le Roma 37DC n'affiche pas fièrement ses tubes à son sommet, la fabrication, le design général et la petite touche boisée demeurent, ne l'éloignant pas visuellement du reste de la famille. Son tarif reste extrêmement raisonnable, à savoir 3 490 euros.

 

Roma 14DC+ : des lampes jusqu'au bout du disque

Au charme vintage des lampes, Synthesis associe ici un autre genre de produit, de moins en moins répandu mais pourtant encore important dans le cœur de nombre d'audiophiles : le lecteur CD. Le constructeur combine une mécanique CD de la marque japonaise Teac avec un étage de sortie utilisant des lampes ECC88/6DJ8, de quoi conserver l'intransigeance technique du numérique tout en apportant le grain chaleureux des tubes.

Synthesis Roma 14 DC Plus Onmag 1 resultat

Pour ne pas aller trop loin dans le côté rétro en risquant de passer à côté de la modernité, le Synthesis Roma 14DC+ peut jouer le rôle de DAC. Il possède des entrées numériques comprenant un port USB-B, une prise optique Toslink et une prise coaxiale en RCA. En petit bonus, la présence d'une sortie optique permet par exemple d'exploiter le lecteur CD en tant que simple transport ou encore d'utiliser le Roma 14DC+ comme convertisseur USB vers optique.

Synthesis Roma 14 DC Plus Onmag 2 resultat

Le positionnement du Synthesis Roma 14DC+ est intéressant, puisqu'il ne suit ni le chemin des quelques modèles d'entrée de gamme sans grande qualité audiophile, ni les délires High-End à plusieurs dizaines de milliers d'euros d'autres constructeurs. Ainsi, son tarif de 2 450 euros en fait-il un produit certes déjà haut de gamme mais pas déconnecté des réalités pour autant.


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Synthesis

Comments est propulsé par CComment

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework