icon facebook icon youtube icon qwant icon tumblr icon pinterest icon rss

Test Noontec Zoro II Wireless : si t'as pas d'argent pour un Beats Solo3 Wireless... prends un Zoro

Noontec Zoro II Wireless test on mag by Slavi

Bénéficiant d'un petit succès auprès des audiophiles et connaisseurs, la marque continue de faire évoluer sa gamme de casques nomades Zoro. Depuis la version initiale, au fil des années, nous sommes passés à la version HD, puis la version II HD. Dernier en date, le ZORO II Wireless (sans-fil), arbore donc un design assez proche de ses ainés, afin de garder une certaine cohérence. En effet, il ne remplace pas les autres modèles, il les complète. Mieux fini, plus élancé, plus technologique, il est aussi nettement plus cher. Et même le plus cher de la gamme ZORO... Voici son test par Slavi du blog KKSK.

---------
RETROUVEZ TOUS NOS TESTS DANS
NOS GUIDES D'ACHAT et MAGAZINES GRATUITS EN LIGNE
---------

Comme à son habitude, la marque nous offre un superbe packaging, sous forme d'une boite blanche au format contenu, tout comme le produit qu'elle protège. A l'intérieur, le casque replié, une sacoche de transport en tissus de feutre noir et munie d'un stop-cordon, un câble USB de charge générique, un câble filaire à télécommande et micro, et pour finir le petit manuel multilingue qui inclut le français.

Noontec Zoro Wireless fonctions

SCCB et VortriK : des technologies propriétaires Noontec

Au départ, et dès la première version du Noontec Zoro, j'avoue avoir été assez sceptique quant à l'implication de marque au sein de ses produits. En effet, le mot "fashion" associé à un casque audio me hérisse le poil. D'ailleurs pourquoi Zoro et pas Zebulon, tant qu'à chercher la notoriété ? Pourquoi ne pas avoir opté pour un design plus original (moins copié sur Beats) ? Néanmoins, c'est dans les entrailles de la bête qu'il faut aller chercher toute son essence et son originalité.

Et ça commence par la technologie SCCB (optimisation des cavités acoustiques), implémentée depuis la toute première version jusqu'à la dernière testée ici. La SCCB est censée apporter plus de clarté ainsi qu'une meilleure sensation d'espace. S'ajoutent ensuite de nouveaux transducteurs de 40 mm, les VotriK HD400. Leur design est différent des transducteurs traditionnels (d'où l'appellation Votrik) car il fait appel à plusieurs composantes originales : une membrane et bobine fabriquées à partir de matériaux spéciaux (en provenance d'Allemagne), ainsi qu'une matière absorbante additionnelle. Le tout combiné devrait apporter plus de clarté et de précision, une largeur de scène plus importante, et des transitions mieux équilibrées entre les différents registres (basses, médiums et aigus). Pour peaufiner le tout, notre petit Noontec Zoro a bénéficié d'une batterie d'optimisations par plusieurs professionnels du son.

Ensuite, Noontec a doté ce modèle d'une connexion par entrée jack classique, pour une utilisation filaire. De l'autre coté, nous avons également du sans-fil par Bluetooth (CSR8645, avec support du codec aptX). Ajoutons à cela un jumelage automatique par puce NFC, près de 35 heures d'autonomie, la technologie Multipoint (jumelage simultané de deux équipements), le Noontec Zoro II Wireless semble relativement complet.

Deux types d'utilisation possibles

La technologie n'est rien sans une ergonomie adaptée et une grande polyvalence : le Noontec Zoro II Wireless continue dans cette voie tracée par ses ainés. En utilisation filaire, le circuit CSR coupe automatiquement le son par Bluetooth et une partie de l'électronique (dont les commandes et le microphone). L'indicateur de niveau de batterie, quant à lui, fonctionne toujours.

Pour garder une expérience similaire en filaire et sans-fil, l'incontournable câble Noontec HE3116 est fourni. Exit le réglage de volume, seul un unique bouton multifonction et un microphone à l'opposé sont présents (cela permet une compatibilité iOS et Android). Ce dernier est d'ailleurs de qualité correcte, malgré une sonorité feutrée. Concernant le câble, il est très léger, plat et mat, avec une fiche jack plaquée or à quatre points, très robuste. La télécommande étant toute en plastique, elle ne pèse quasiment rien. L'ensemble s'utilisant avec aisance, il ne manque qu'un petit clip cravate pour que cela soit parfait.

En utilisation Bluetooth, nous disposons de 3 boutons, répartis sur les deux oreillettes écouteur. Sur la gauche, nous trouvons un bouton fixe qui sert d'indicateur du niveau de batterie (par 4 LEDs oranges), ainsi que la touche lecture (LED verte). Sur la droite, nous avons les deux boutons de volume. Autant le dire de suite, leur placement idéal permet une mémorisation rapide. Leur à design anguleux offre aussi une distinction à l'aveugle aisée, rendant leur utilisation bien pratique.

Noontec Zoro II Wireless finitions

L'évolution, à défaut d'une révolution

Une fois de plus, Noontec reste fidèle à l'aspect "Beats-like" repliable. Revu et modernisé en Italie, le Zoro II fut une belle évolution grâce à un design entrainant. Le modèle Wireless en reprends le dessin, tout en gardant de multiples similitudes avec les modèles précédents. Même si l'aspect extérieur brillant est toujours aussi réussi, il n'est pas des plus pratiques, à cause de potentielles rayures et traces de doigts. De même, le rouge flashy renvoie par moment à du plastique cheap, en particulier si l'épaisseur est moins importante (au niveau des graduations des glissières de l'arceau par exemple).

Pour contrebalancer, on retrouve toujours quelques éléments en métal. S'ils améliorent l'aspect, ils augmentent aussi la robustesse (utilisation de vis Torx par exemple). des pièces en aluminium s'incrustent sur les écouteurs au niveau du logo et séparent l'arceau des écouteurs. L'inox se retrouve dans une partie des charnières et de l'arceau (partie réglable). Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les charnières ne sont donc pas totalement en métal. En effet, si les parties extérieures visibles le sont et ne devraient pas céder (comme l'axe de repli), le mécanisme bloquant est en plastique. Un peu trop dur au départ, ce point de fixation pourrait devenir moins efficace dans le temps, à cause d'une usure progressive et inévitable. Dernier point, le design du Noontec Zoro II Wireless est tel que le sens d'écoute m'a paru assez difficile à cerner : je me suis retrouvé bien souvent à devoir remettre le casque au bon endroit, ne disposant d'aucun détrompeur tactile.

Durant toutes les manipulations, le casque n'émets aucun craquement, et renvoie, même écarté au maximum, à un produit vraiment robuste. Seuls les écouteurs mobiles peuvent émettre quelques clics lorsqu'ils sont repositionnés. Mais dans l'ensemble, la réalisation du casque est sérieuse et sans reproche.

Un confort en baisse, pour une isolation en hausse 

Si la première version m'avait enchanté par son confort, elle ne m'avait pas laissé de souvenir impérissable par son isolation phonique. Avec cette nouvelle mouture, la marque se rattrape de ce coté, mais le confort en pâtit. En effet, malgré des écouteurs légèrement mobiles sur un axe central et des mousses toujours aussi agréables et douces (dotées d'une grande souplesse), ces dernières n'arrivent pas à contenir une chauffe bien plus importante. Véritable ennemi des longues sessions d'écoute, elle se fait sentir dès les quinze premières minutes (le supra-aural aidant). Autre point non négligeable, une pression apparait sur leur partie supérieure : les porteurs de lunettes à branches épaisses seront attentifs à ce point.

Le Noontec Zoro II Wireless reste toujours fidèle à son bandeau ergonomique, à la courbure quasi parfaite. Son rembourrage me semble en revanche plus important sur cette version, et compense l'embonpoint généré par l'ajout de l'électronique. Le questionnement viendra surtout de l'arceau et du peu de profondeur qu'il nous offre. Pour augmenter la taille du casque, 8 crans sont disponibles, pour à peine 18 mm de chaque coté : il ne faudra pas avoir la "grosse tête"... Malgré cette profondeur limitée, il se règle avec une précision correcte et une facilité appréciable.

Noontec Zoro II Wireles design in Italy Made in China

Une sonorité énergique et malgré tout polyvalente 

Pour cette session de test, plusieurs équipements différents ont été utilisés, depuis un FiiO X3II jusqu'aux matériels Bluetooth AptX compatibles (Sony Xperia Z Ultra, clé USB Avantree Leaf). 

Le Noontec Zoro II Wireless propose un équilibre tonal assez reposant, oscillant entre puissance, clarté et détails. Si les basses cognent, elle savent néanmoins se montrer précises et sèches, suivant les enregistrements. Quelle que soit leur force, elles apportent cette l'énergie donnant du caractère au son, elles ne semblent jamais en trop. Les médium sont bien présents, avec des voix qui semblent naturelles et dans un espace assez proche, idéal pour affirmer leur présence. Les hautes fréquences, quant à elles, ne sont jamais agressives. Elles sont suffisamment élevées pour apporter tout ce qu'il faut en clarté et en détails. La précision est aussi au rendez-vous : ce n'est pas l'explosion de détails tant attendue, mais elle est bien suffisante pour, lors d'une profusion sonore, distinguer assez facilement toutes les sonorités en présence, quelque soit leur positionnement.

Même si le Noontec Zoro II Wireless est un casque fermé, sa spatialisation nous offre un espace très raisonnable. Il met à l'aise la plupart des sonorités, en leur permettant de circuler un peu partout. Si l'isolation phonique est en hausse, il n'y a en revanche aucun effet tunnel. Concernant la sonorité par filaire ou sans-fil, elle reste à peu de chose près équivalente. On remarquera cependant (et de façon très subtile) quelques changements en filaire : des hautes fréquences qui pétillent et une précision légèrement à la hausse. L'important étant que le circuit CSR ne modifie pas totalement la sonorité globale, ce qui était ma grande inquiétude. Elle est désormais évincée.

Pour terminer, j'ajouterais que l'électronique de ce casque ne m'a jamais fait défaut, quel que soit l'appareil avec lequel elle était en fonctionnement. Pour les plus chanceux disposant du NFC, ce dernier n'est actif que si le Bluetooth du casque l'est aussi. Le jumelage se fait donc par un simple contact, ce qui est vraiment pratique. En terme d'autonomie, elle est tout simplement énorme et la tension de charge très basse lui permet recharger la batterie sur tous les types de ports USB actuels.

Vous avez aimé le Zoro ? vous aimerez le Noontec Zoro II Wireless !

Mis à jour, disposant des mêmes atouts ayant fait son succès initial, l'évolution est palpable par rapport au tout premier modèle. Plus technologique que jamais, il est aussi bien plus cher, mais reste cependant toujours abordable, si l'on le compare à la concurrence. Cette dernière version ajoute donc un sans-fil qualitatif, et propose des performances audio de premier ordre, tout en conservant une grande polyvalence. Alors peut-être que certains le trouveront un peu trop typé malgré une précision accrue, mais Noontec a toujours mis en avant le plaisir d'écoute et le design. Bien évidement, pour celui ou celle qui cherche la neutralité, il ne faut pas se tourner vers le Zoro. En revanche, pour l'énergie et la polyvalence sonore ou technique, il est parfait. Seul regret, comparé à la toute première version du Zoro, le confort a baissé, même s'il reste encore d'un bon niveau. Quoi qu'il en soit, le Noontec Zoro II Wireless est un casque sérieux et performant, bien dans ses baskets, et une valeur sûre.

Plus d'infos : www.noontec.com

Le Noontec Zoro II Wireless décortiqué

Spécifications techniques officielles

  • Type : casque supra-auriculaire à liaison sans-fil Bluetooth ou filaire
  • Écouteurs : Votrik HD 40 mm
  • Réponse en fréquence : 13 Hz - 26 kHz
  • Impédance : 32 Ω
  • Sensibilité : 108 dB à 1 kHz pour 100 mV
  • Puissance admissible : 60 mW
  • Version Bluetooth : 4.0
  • Batterie : 650 mAh rechargeable / 35 h de lecture / 1000 h de veille
  • Câbles : amovible, 1.2 m, fiche jack droite de 3,5 mm, plaquée or avec commande et microhone
  • Poids : 190 g
  • Accessoire fourni: sacoche de transport en tissu feutré, avec stop-cordon
  • Prix : 130 €

J'ai aimé

  • la qualité de construction
  • sa robustesse
  • sa polyvalence en filaire et sans-fil
  • une sonorité énergique et pourtant en phase avec tous les styles
  • une isolation sonore en hausse
  • l'autonomie gigantesque
  • le témoin de batterie précis
  • un packaging toujours aussi soigné
  • une simplicité d'utilisation, même à l'aveugle

J'ai moins aimé

  • un design qui manque d'audace
  • un confort en recul
  • une télécommande filaire un peu vieillotte
  • une pochette de transport velours qui attire la moindre poussière
  • un sens d'écoute difficilement identifiable au premier coup d'œil 

L'avis de On-mag

  • Confort : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orangeetoile grise(3,5/5)
  • Qualité de fabrication : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
  • Polyvalence : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orange(4,5/5)
  • Son : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
  • Intérêt : etoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile orangeetoile demi orange(4,5/5)

Acheter en ligne


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Mots-clés: Noontec

Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework