Skip to main content
PUBLICITÉ

Tomahawk : un des westerns pro-indiens précurseurs (en Blu-ray et DVD)

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5) 

Synopsis

En 1866, de nouvelles découvertes d'or conduisent l'armée à ouvrir une route et bâtir un fort sur un territoire attribué aux Sioux. Au grand dam du garde frontalier Bridger dont la femme Cheyenne l'amène à considérer ce nouveau conflit des deux bords. Alors que Bridger essaie de pacifier les rapports entre les parties, une simple étincelle peut mettre le feu aux poudres que le Lieutenant Dancy ne souhaite qu'allumer.

>>> ACHETER SUR AMAZON
- LE COMBO BLU-RAY/DVD
- LE DVD 

LA SUITE APRÈS LA PUB
  • Titre original : Tomahawk
  • Support testé : Blu-ray
  • Genre : western
  • Année : 1951
  • Réalisation : George Sherman
  • Casting : Van Heflin, Susan Cabot, Yvonne De Carlo, Rock Hudson, Alex Nicol, Preston Foster, Jack Oakie, Tom Tully, John War Eagle
  • Durée : 1 h 21 mn 51
  • Format vidéo : 16/9
  • Format ciné : 1,37/1
  • Sous-titrage : français
  • Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais, français
  • Bonus : édition limitée, boîtier avec fourreau avec le Blu-ray du film et le DVD du film - présentation du film par Bertrand Tavernier (2011, 26 mn 43) - présentation du film par Patrick Brion (2011, 9 mn 12) - présentation du film par Jean-François Giré (2024, 30 mn 45)
  • Éditeur : Sidonis Calysta 

 

Commentaire artistique  

Producteur et réalisateur prolifique de westerns, George Sherman dirige Tomahawk en 1951. Ce western, tourné à Black Hills dans le Dakota et à Universal Studios en Californie, est adapté d’un récit historique de Daniel Jarrett qui s’inspire vaguement de personnes et de faits authentiques. Le scénario fait allusion à des combats qui se sont déroulés entre 1866 et 1868 dans le Wyoming sur la piste de Bozeman autour de Fort Phil Kearn, un avant-poste de l’armée : la bataille de Fetterman (le 21 décembre 1866, les 76 soldats commandés par W.J. Fetterman sont massacrés par les 500 guerriers de Red Cloud et Crazy Horse) et le combat de Wagon Box (le 2 aout 1867, un petit groupe de soldats parvient à tenir tête à des centaines de sioux). Dans le film, Van Heflin et Jack Oakie incarnent des trappeurs réels : Jim Bridger, dont le nom indien est « Tomahawk », et James Beckwourth (renommé Sol Beckworth dans le film). Le premier a servi d’éclaireur sous les ordres du colonel Henry B. Carrington (joué par Preston Foster); le second est une figure légendaire qui a vécu chez les Crows et a servi dans la milice de John Chevington au moment du massacre de Sand Creek (en  1864, 163 Cheyennes sont massacrés). Jim Briger, qui eut dans la vraie vie plusieurs épouses indiennes, est dans le film accompagné de Monahseetah (Susan Cabot), la fille du chef cheyenne Black Kettle (qui sera trahi par John Chevington). Dans ce film qui est un des premiers westerns à adopter le point de vue des amérindiens (cf. bonus), ceux-ci sont incarnées par d’authentiques indiens, comme l’acteur Sioux John War Eagle (Red Cloud), et parlent leurs langues (sans sous-titrage). En revanche, les scénaristes ont inventés le lieutenant antipathique Rob Francy (Alex Nicol) et le duo pittoresque formé par Julie Madden et Dan Castello (Yvonne De Carlo et Tom Tully). Rock Hudson, qui incarne le caporal barbu Burt Hanna, est difficilement reconnaissable. On l’aura compris, Tomahawk, malgré ses approximations historiques (raccourcis de la licence artistique), contient de nombreuses allusions à l’attitude inqualifiable des politiques et des militaires américains envers les amérindiens. Dès la première scène, on comprend que Jim Bridger, écartelé entre les deux cultures, a choisi. Produit peu après La Flèche brisée (1950) qui se préoccupait de tenter d’humaniser enfin les indiens dans le western, Tomahawk prolonge cette nouvelle vision critique de la conquête l’Ouest, qui allait être plus solidement défendue ensuite par le Nouvel Hollywood (1970 : Little Big Man, Soldat bleu). Concis, énergique, magnifiquement photographié par Charles P. Boyle, Tomahawk est un western trépidant qui renouvelle les clichés du western traditionnel (cf. bonus éclairant de Jean-François Giré sur le sujet) : la jolie Yvonne de Carlo est loin de faire de la figuration et la réalisation de George Sherman n’a rien de stéréotypé, ouvrant même sur une note d’espoir (qu’on sait hélas éphémère) sur le sort des nations indiennes. Un western pro-indien précurseur à savourer  dans une très belle copie en Technicolor.  

 

 Blu ray Tomahawk

Commentaire technique 

Image : copie HD, définition remarquable et piqué sur les gros plans, texture argentique fine et homogène (tournage en 35 mm Technicolor tri-bandes, Master Format 2K restauré 2023), copie stable et assez propre, splendide contraste, parfois même un peu trop appuyé, images ultra lumineuses, noirs soutenus, étalonnage chaud chatoyant typique du Technicolor tri-bandes des années 50, colorimétrie aux teintes vives et éclatantes avec une saturation agréable propre au procédé Technicolor

LA SUITE APRÈS LA PUB

Son : mixage anglais 2.0 monophonique restauré, dialogues clairs sans distorsion, très bonne dynamique sur les scènes d’action et sur la musique typée d’Hans J. Salter, souffle discret ; VF 2.0 monophonique claire mais doublage ancien daté et très artificiel, voir caverneux 

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0044135/

>>> ACHETER SUR AMAZON
- LE COMBO BLU-RAY/DVD
- LE DVD 

LA SUITE APRÈS LA PUB


Autres articles sur ON-mag ou le Web pouvant vous intéresser


PUBLICITÉ