PUBLICITÉ

Casablanca 4K 80ème anniversaire : un classique romantique inaltérable (en UHD et Blu-ray)

UHD Casablanca 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5).

Synopsis :

Casablanca : facile d'y entrer, beaucoup moins d'en sortir, tout particulièrement lorsque vous êtes recherchés par les nazis. Tel est le cas de Victor Laszlo, héros de la résistance dont le seul espoir est Rick Blaine, un américain qui ne veut prendre de risque pour personne, surtout pas pour la femme de Victor, Ilsa. En effet, Rick et Ilsa se sont aimés, puis séparés. Rick, devenu un propriétaire de Night-Club, est le seul à pouvoir aider le couple à s'échapper. Mais il refuse…

• Titre original : Casablanca
• Support testé : UHD
• Genre : drame
• Année : 1942
• Réalisation : Micahel Curtiz
• Casting : Humphrey Bogart, Ingrid Bergman, Paul Henreid, Claude Rains, Peter Lorre, Conrad Veidt, Sydney Greenstreet, S.Z. Sakall, Madeleine Lebeau, Dooley Wilson, Joy Page, John Qualen, Leonid Kinskey, Curt Bois
• Durée : 1 h 42 mn 27
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,37/1 Noir et Blanc (HDR 10)
• Sous-titrage sur l’UHD : français, castillan, espagnol (Amérique Latine), néerlandais, cantonais, mandarin, coréen, tchèque, hongrois, polonais, roumain, anglais, italien, allemand
• Sous-titrage sur le Blu-ray : français, anglais, italien, espagnol, portugais, danois, finnois, norvégien, suédois
• Pistes sonores sur l’UHD : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais - Dolby Digital 1.0 monophonique français, allemand, hongrois, italien, tchèque, mandarin, polonais, espagnol
• Pistes sonores sur le Blu-ray : Dolby Digital 1.0 monophonique anglais, français, italien, espagnol, portugais
• Bonus : Coffret collector limité contenant un boîtier SteelBook exclusif avec l’UHD du film et le Blu-ray du film - un livret avec coupures de presse d'époque (anglais, 32 pages) - une pochette collector contenant une affiche du film recto/verso format A3, 7 cartes collector de reproductions (16,9 x 13,2 cm : 3 Lobby Cards ou photos d'exploitation, 3 plans de décors et une « feuille de déplacement »
• Bonus sur l’UHD : introduction par Lauren Bacall en VOST (2 mn 09), commentaire audio du critique Roger Ebert (VO) et commentaire audio de l'historien Rudy Behlmer (VO)
• Bonus en VOST sur le Blu-ray 70ème anniversaire : introduction par Lauren Bacall (2 mn 09), commentaire audio du critique Roger Ebert (VO) et commentaire audio de l'historien Rudy Behlmer (VO) - Une nuit au cinéma avec Warner (séance cinéma d'époque) avec la bande annonce originale de Une femme cherche son destin (VO, 2 mn 19), des actualités (4 mn 36), le court métrage Jours de Vaudeville (Vaudeville Days, 20 mn 18), des dessins animés : Oiseau contre remboursement (The Bird Came C.O.D., 7 mn 43), Le Faucon (The Squawkin' Hawk, 6 mn 41), Les Dover Boys à l'Université Pimento (The Dover Boys at Pimento University or The Rivals of Roquefort Hall, 8 mn 58) - Casablanca, les coulisses du film : Interprétations remarquables : Bacall & Bogart en scène (1988, Bacall on Bogart, 83 mn 27) - Michael Curtiz : le plus grand réalisateur dont vous n'ayez jamais entendu parler (2011, Michael Curtiz : The Greatest Director You Never Heard Of, 37 mn 20) - Casablanca : un classique inattendu (2011, Casablanca : An Unlikely Classic, 34 mn 59) - You Must Remember This, un hommage à Casablanca (1998, 34 mn 38) - Avec le temps : les enfants (2003, As Time Goes By: The Children Remember, 6 mn 45) - scènes supplémentaires : inédites (1 mn 41) et coupées (4 mn 58) - De quoi sera fait demain ? (1942, Warner Bros. Presents, 18 mn 37) - court métrage animé Carrotblanca (8 mn 03) - bandes annonces (VO) : originale (2 mn 16) et de la ressortie (1992, 2 mn 52)
• Bonus audio (VO sans sous-titre) : enregistrement de la musique : Touchons du bois ! version alternative (1 mn 29), Avec le temps 1ère partie, prise alternative (0 mn 56), Avec le temps 1ère partie, version du film (0 mn 53), Rick voit Ilsa (2 mn 42), Avec le temps 2ème partie, prise alternative (1 mn 02), Avec le temps 2ème partie, version du film (0 mn 59), At La Belle Aurore (4 mn 51), C'est ce qu'a fait Noah scène coupée (2 mn 26) - Lady Esther Screen Guild Theater, version radio du film du 26 avril 1943 (29 mn 38) - Vox Pop, émission de radio du 19 novembre 1947 avec les trois acteurs principaux du film (29 mn 35)
• Éditeur : Warner Bros. France

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

Devenu un classique instanté, Casablanca de Michael Curtiz n’était qu’un projet parmi tant d’autres de Hal B. Wallis, producteur à la Warner Bros. A la recherche de nouvelles idées de scénraios, il découvre et achète les droits de la pièce de Murray Burnett « Everybody Comes to Rick’s » (1938) qui se situe en plein confit dans la ville marocaine et cosmopolite de Casablanca sous contrôle de Vichy. L’adaptation signée de Julius J. et Philip G. Epstein, rebaptisée Casablanca, est conforme à leurs inclinations : démultiplication des personnages et humour savamment réparti dans les échanges. Laissant leur travail à moitié achevé, ils sont relayés par Howard Koch à qui l’on doit toute la dimension politique de l’intrigue. Il s’empresse de bien caractériser les bons et les méchants, mais c’est un troisièmes scénariste Casey Robinson qui concocte le dernier élément majeur du film : la romance nécessaire et entre Rick et Ilsa. Michael Curtiz débute le tournage en 1942 en Californie tout en devant accepter, à cause de la censure, de reléguer les connotations sexuelles de la pièce dans des insinuations et des répliques à double-sens. Le film sera tourné entièrement en studio et le manque de moyens sera compensé par l’ingéniosité : l’aspect surannée et artificiel des décors et des rares effets spéciaux (avion) vont finalement amplifier la part de la fascination nostalgique que suscitera le film. Un partie du charme formel de Casablanca est à mettre au crédit de la photographie expressionniste d’Arthur Edeson. Aucun des comédiens prévus à l’origine pour le film n’étant disponible, le choix se porte sur Humphrey Bogart, alors réputé pour ses rôles de gangsters et de privés, et sur une séduisante actrice en vue, Ingrid Bergman. Le casting réunit par ailleurs de nombreux acteurs hollywoodiens réputés comme Claude Rains, Peter Lorre, Sydney Greenstreet, mais c’est l’autrichien Paul Henreid qui aura le rôle de Victor Laszlo, résistant et mari d’Ilsa. Outre le dilemme moral que doivent affronter les divers protagonistes, surtout Rick et Ilsa, la musique constitue un aspect supplémentaire dans l’engouement du public pour le film : splendidement composée par Max Steiner, elle fait tout de même appel à un chanson écrite auparavant en 1931 « As Time Goes By » qui, interprétée dans le film par Dooley Wilson, deviendra un standard. Tous ces atouts se révèlent payant : le film reçoit trois Oscars et son succès rejaillit sur ses interprètes. Devenu fameux avec ses répliques cultes et sa romance bouleversante, Casablanca n’a plus cessé d’être plébiscité par le public et le critique.

Comment un film considéré comme mineur est devenu l’archétype du film romantique ? Tourné en plein conflit mondial ce film s’enracine dans son époque avec le message clairement exprimé sur l’honneur de la patrie. Géographiquement situé dans une Casablanca de studio il a su conjuguer le cadre d’un orientalisme de cinéma et l’attrait d’un film d’atmosphère. Tout y concoure : la truculence des personnages parfaitement croqués jusque dans les rôles secondaires, la beauté des éclairages jamais mieux servis que dans un film en noir et blanc, le romanesque des situations, la tension et la conclusion dramatique. Servie magnifiquement par un duo d’acteurs exceptionnels, Humphrey Bogart et Ingrid Bergman, et une musique devenue un standard musical, la réalisation de Curtiz a su mener rondement cette histoire d’amour impossible doublée d’une affaire d’espionnage à peine crédible. Mais la magie opère encore aujourd’hui avec de surcroît la nostalgie d’une époque révolue. Revoir Casablanca dans cette édition 4K de référence aux goodies et bonus pléthoriques est un bonheur de cinéphile : regrettons cependant que Warner France s’obstine à ne pas sous-titrer les commentaires audio qui sont pourtant ici exprimés par des connaisseurs réputés (Roger Ebert, Rudy Behlmer).

 

UHD Casablanca

Commentaire technique

L’image de la nouvelle édition de Casablanca a été restaurée et remastérisée à partir d'un nouveau scan 2022 4K 16bit des meilleurs éléments filmiques nitrate conservés (Master positif nitrate à grain fin crée en 1942 complété par un négatif duplicata nitrate et un tirage nitrate datant aussi de 1942) car le négatif caméra est perdu. Les images numérisées en 4K ont été traitées selon un ambitieux processus de restauration numérique destiné à nettoyer et réparer l'image afin d'obtenir une présentation en ultra-haute résolution inégalée. Les images restaurées ont ensuite été étalonnées en HDR pour correspondre aux exigences actuelles d'affichage 4K haut de gamme, offrant la plus grande fidélité dans le contraste de l'image et la conservation des détails. Ce travail a été méticuleusement réalisé par Warner Bros. Motion Picture Imaging. L'audio monophonique d'origine a également été restaurée, offrant une réponse en fréquence plus riche et plus large qu'auparavant.

LA SUITE APRÈS LA PUB

Image : copie UHD, comparée à l’édition Blu-ray sortie en 2012, cette nouvelle édition 4K repousse un peu plus loin la précision de l’image avec une profondeur de champ augmentée, même si le piqué n’est pas toujours parfait, la texture argentique est fine et régulière (tournage en 35 mm, Master Format 4K 2022), image stabilisée et très propre, gestion magnifique en HDR10 du contraste avec des noirs extrêmes, une luminosité améliorée et des plages bien détaillées en basse lumière, la photo tranchée et les éclairages expressionnistes d’Arthur Edeson sont parfaitement restitués, les blancs restent bien nuancés et l’échelle des gris est naturelle, compression sans le moindre défaut

Son : mixage 2.0 monophonique, dialogues clairs, pas de distorsion, très bonne dynamique en particulier dans toutes les scènes musicales et sur la partition colorée de Max Steiner, pas de souffle ou de défaut, amélioration globale de l’équilibre tonal ; VF 1.0 monophonique non « lossless », claire et dynamique, doublage correct mais qui ne peut égaler le mixage original

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0034583/

 

Combo Collector limité UHD/Blu-ray disponible sur Amazon

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus