PUBLICITÉ

Contes cruels du Bushido : démythification du code de loyauté (en Blu-ray, DVD et VOD)

Blu ray Les Contes Cruels du Bushido 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)

Synopsis

Iikura se rend en urgence à l'hôpital, au chevet de sa fiancée qui vient de faire une tentative de suicide. En rentrant chez lui, il découvre les écrits de ses ancêtres samouraïs, détaillant les atrocités endurées par eux depuis le XVIIe siècle au nom du code d'honneur du bushido. Cette caste de la noblesse militaire accomplissait des actes de violence sur ordre des seigneurs féodaux, mais ils souffraient encore plus de leur cruauté, souvent contraints au suicide rituel…

• Titre original : Bushidō zankoku monogatari (武士道残酷物語)
• Support testé : Blu-ray
• Genre : drame
• Année : 1963
• Réalisation : Tadashi Imai
• Casting : Kinnosuke Nakamura, Eijiro Tono, Kyoko Kishida, Masayuki Mori, Shinjiro Ebara, Takeshi Kato, Yoshiko Mita, Ineko Arima, Isao Kimura
• Durée : 2 h 02 mn 34
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,35/1 Noir et Blanc (Toeiscope)
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 3.0 et 1.0 japonais
• Bonus : Tadashi Imai, le cinéaste du côté des faibles par le professeur Futoshi Koga, historien du cinéma à la Nihon University - College of Art, Tokyo (2022, HD, 12 mn 04) - bande annonce originale (VOST, 3 mn 08)
• Éditeur : Carlotta Films

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

Ours d’or à Berlin en 1963, le film Contes cruels du Bushido, réalisé par Tadashi Imai, annonce clairement la couleur : ce ne sera pas une apologie du code d’honneur des samouraïs mais un constat clinique sur la violence et l’amoralité de la société nipponne féodale régie par ces principes moraux que les guerriers étaient censés observer. Contrairement à ces nombreux films mettant en valeur la droiture des samouraïs, parfois très stéréotypée, ces contes nous invitent à traverser les époques en compagnie d’une lignée de guerriers capables des pires atrocités au service de leurs maitres. L’originalité de cette description sans fard tient dans son interprétation : c’est le même acteur remarquable, Kinnosuke Nakamura, qui tient les rôles des huit personnages (Jirozaemon, Iikura, Sajiemon, Kyutaro, Shuzo, Shingo, Osamu et Susumu) qui se succèdent dans les diverses époques décrites par les archives familiales consultées par Susumu. À chaque intrigue, un enjeu moral intense conduit le samouraï en fonction à prendre une décision capitale qui peut changer le cours des évènements mais ne hisse jamais sa famille vers un humanisme altruiste. Le dernier d’entre eux, Susumu, prend conscience, alors que sa fiancée tente de se suicider, qu’il est le produit de ce code dont les éléments majeurs sont l’honneur, la loyauté et la résolution. Au fil des siècles, c’est plutôt l’appât du gain et l’hypocrisie qui ont engendrés une lignée de samouraïs cruels et vénaux capables des actes les plus vils (y compris sexuels) au nom d’un Bushido détourné de son sens profond par un système de loyalisme intéressé sans moralité. Alors que ce code régit encore indirectement la société nipponne, Contes cruels du Bushido propose d’en contester le bienfondé, une critique contestataire étonnante prête à saper les bases de l’organisation sociale ! C’est dire que ce film est un jalon majeur dans le genre. Tadashi Imai, qui débuta en 1937, est des grands maitres du cinéma japonais et appartient à la seconde vague des cinéastes nippons. Sympathisant marxiste, il orientera progressivement ses films vers une vision sociale démocratique et consacrés à la défense des déshérités (cf. bonus). Son film Contes cruels du Bushido, outre l’excellence de son interprétation, se distingue par le soin apporté à l’évocation des différentes époques et à l’esthétisme de la photographie de Makoto Tsuboi qui accentue formellement la violence des faits. La face cachée des samouraïs révélée sans complaisance…

 

Blu ray Les Contes Cruels du Bushido

Commentaire technique

Image : copie HD, bonne définition et piqué variable, texture argentique homogène (tournage en 35 mm, Master Format 4K, nouvelle restauration 2020), bonne gestion des contrastes sans excès, images lumineuses, noirs francs, blancs nuancés, échelle des gris harmonieuse, image propre et stable

Son : mixage japonais 3.0 (remix car monophonique au cinéma), dialogues clairs et sans distorsion, très bonne dynamique sur les scènes d’action et pour la musique de Toshirō Mayuzumi, spatialisation frontale quasi imperceptible, bruit de fond discret ; version 1.0 japonaise plus dynamique

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0055816/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus