PUBLICITÉ

Une âme perdue : un thriller psychologique victorien très suggestif (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Une ame perdue 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

À Londres, à la fin du XIXème siècle, Olivia Harwood rencontre le charmant Mark Bellis, qui ne tarde pas à louer une chambre dans la pension de famille que vient d'ouvrir la jeune femme. Très vite, ils deviennent amants. Mais Mark est un escroc qui pourrait l'entraîner sur la voie du chantage et du meurtre.

• Titre original : So Evil My Love
• Support testé : Blu-ray
• Genre : policier, thriller, noir
• Année : 1948
• Réalisation : Lewis Allen
• Casting : Ray Milland, Ann Todd, Geraldine Fitzgerald, Leo G. Carroll, Raymond Huntley, Raymond Lovell, Martita Hunt, Moira Lister, Finlay Currie, High Griffith
• Durée : 1 h 48 mn 33
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,37/1 Noir et Blanc
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais
• Bonus : Digipack avec le Blu-ray (1 h 48 mn 33) et le DVD du film (1 h 44 mn 12) - interview de Florent Fourcart, spécialiste de l'Histoire au cinéma (2022, 23 mn 05)
• Éditeur : Rimini Éditions

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

Une âme perdue est adapté du roman policier « Fo Her to See » (1947) signé Joseph Shearing, un pseudo de Marjorie Bowen qui a romancé une cold case : l’histoire vraie et non résolue de Charles Bravo. Cet avocat britannique a été empoisonné en 1876 à l’antimoine, quatre mois après avoir épousé Florence, une riche veuve, mais aucun coupable ne sera jamais identifié. D’ailleurs, après le film de 1948, cette histoire énigmatique inspirera divers romans et adaptations télévisées (1975, 1991). Une âme perdue combine divers éléments qui appartiennent à un sous-genre initié par le film oscarisé Hantise (Gaslight, 1994 lui-même inspiré de la pièce « Gas-Light » de 1938) de George Cukor et nommé pour cette raison gaslighting ou « détournement cognitif ». Dans ces films, un personnage, le plus souvent un homme, manipule psychologiquement un autre personnage, généralement une femme, au point de le faire douter de sa mémoire et de sa raison. Si le terme renvoie à l’éclairage au gaz répandu dans les maisons bourgeoises de l’époque victorienne, il recouvre à la fois les codes du film noir, le thriller paranoïaque et annonce, avant la lettre, l’intrusion de la terreur psychologique dans le suspense. Pour la plupart, les films relevant de ce sous-genre ont été réalisés dans les années 40 par Alfred Hitchcock (Rebecca, 1940, Hangover Square, 1945), Joseph L. Mankiewicz (Dragonwyck, 1945), Robert Siodmak (Deux mains, la nuit, 1946) ou Douglas Sirk (L’Homme aux lunettes d’écaille, 1978), etc. Néanmoins, tout comme Hantise, le film de Lewis Allen Une âme perdue se déroule à l’époque victorienne dont l’évocation (intérieurs, costumes, accessoires filmés en 1947 à Londres et aux studios Denham) ajoute une touche gothique particulière à l’atmosphère romanesque et angoissante de l’intrigue. Ce choix se traduit par une esthétique expressionniste renforcée par un savant dosage des éclairages et des ombres portées, une constante visuelle dans les films noirs comme dans les thrillers en costumes. Le casting britannique est à la hauteur de l’interprétation psychologique que suppose le scénario : Ann Todd est remarquable dans son rôle complexe et expressif, Ray Milland n’a pas son pareil pour suggérer la domination perverse et Geraldine Fitzgerald prouve qu’elle était une excellente comédienne au cinéma comme au théâtre. Les seconds rôles, tout aussi excellents, confortent l’intrigue mélodramatique, tortueuse et compliquée, qui se déroule dans des architectures victoriennes faiblement éclairées au gaz et nappées de fog. Malgré un rythme un peu lent et une mise en scène assez statique, Une âme perdue se révèle un exemple réussi de ces films dit de gaslighting dont les protagonistes souffrent de comportements exacerbés et de troubles maladifs. Attrayant.

 

Blu ray Une ame perdue

Commentaire technique

Image : copie HD, nouveau Master HD, très bonne définition et piqué sur les détails, texture argentique homogène (tournage en 35 mm, Master 2K 2021), image propre mais pas exempte de défauts (rayures), très bon contraste aux blanc lumineux et aux noirs soutenus, gamme des gris harmonieuse, solide compression

Son : mixage anglais 2.0 monophonique, dialogues clairs et équilibrés, pas de distorsion mais quelques craquements sporadiques, excellente dynamique sur les ambiances et particulièrement sur la musique de William Alwyn et Victor Young, haut du spectre en retrait

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixage sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile griseetoile griseetoile grise(2/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0040809/

 

Digipack Blu-ray/DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus