PUBLICITÉ

Christmas Evil : portrait d’un père noël traumatisé (en Blu-ray, DVD et VOD)

Blu ray Christmas Evil 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

Enfant, Harry surprend sa mère en plein ébat avec le Père Noël. Cette vision le hantera toute sa vie. Trente ans plus tard, Harry travaille dans une usine de jouets et son existence entière tourne autour du Père Noël. Il souhaite incarner l'innocence que représente à ses yeux cette figure, mais l'époque a changé et le cynisme règne en maître. Harry va alors endosser son costume et distribuer lui-même les cadeaux… ou les châtiments…

• Titre original : Christmas Evil (You Better Watch Out)
• Support testé : Blu-ray
• Genre : horreur, thriller
• Année : 1980
• Réalisation : Lewis Jackson
• Casting : Brandon Maggart, Jeffrey DeMunn, Dianne Hull, Andy Fenwick, Brian Neville, Joe Jamrog, Wally Moran, Gus Salud
• Durée : 1 h 34 mn 07
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 1.0 monophonique anglais, français
• Bonus : commentaire audio de Lewis Jackson et John Waters (VOST) - entretien avec Lewis Jackson (2000, 6 mn 53) - entretien avec Brandon Maggart (2000, 6 mn 41) - scènes coupées (6 mn 32) - avis des spectateurs : retours écrits après une projection test du film (5 mn 12) - storyboards (4 mn 00) - bande annonce (VOST, 1 mn 25)
• Éditeur : Carlotta Films

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

Partagé entre sa collection d’accessoires de Noël et le rêve d’un Père Noel muni d’un couteau, le réalisateur Lewis Jackson a écrit et dirigé Christmas Evil en 1980. Le cinéaste, peu connu jusqu’alors, avait commis des œuvres de série Z comme The Deviators (1970) et The Transformation (1974). Devenu un film culte, Christmas Evil est généralement considéré, à tort, comme un slasher, la faute à son réalisateur qui, pour obtenir un meilleur budget, a laissé croire qu’il dirigerait un film sur le modèle du blockbuster Halloween La Nuit des masques (1978), sauf qu'il définissait plutôt comme un thriller aux influences multiples (Fritz Lang, Douglas Sirk, Rainer Werner Fassbinder, etc.). L’intrigue, plus subtile qu’il n’y paraît, est le fruit d’un long travail de huit années de préparation débuté avec un premier jet en 1972. Loin du simple enchaînement de tueries propre au genre, le scénario s’inscrit délibérément dans l’approche psychanalytique chère aux films d’Alfred Hitchcock dont Lewis Jackson est un fervent admirateur, tout en faisant aussi appel aux études sur le « devenir » (Gilles Deleuze) et sur l’énergie vitale (Wilhelm Reich) : sur ces bases, Christmas Evil est donc loin d’être le banal film de genre attendu ! Suite à un désaccord avec George Dzunda pressenti pour incarner Harry, le père noël tueur, ce sera Brandon Maggart qui sera recruté dans l’urgence, acteur jusque-là attaché aux comédies musicales de Broadway. Choix totalement pertinent tant son interprétation inspirée révèle les multiples facettes de cet homme doublement traumatisé dans son enfance une nuit de Noël (découverte simultanée que le père noël n’existe pas et que ses parents font l’amour) et capable de passer de l’empathie bienveillante du père noël à l’horreur du psychopathe. Bénéficiant de la merveilleuse photographie signée par le directeur photo argentin Ricardo Aronovitch, Christmas Evil dispose d’un casting convaincant même si l’on apprend (cf. bonus) que les choix de Kathleen Turner et de Glenn Close ont été refusés par Lewis Jackson. Le film est demeuré longtemps incompris, surtout par les fans de slasher (cf. bonus sur les avis), jusqu’à ce que John Waters le réhabilite à sa juste valeur. La caractérisation psychologique subtile et structurée d’Harry dépasse de loin le simple personnage prétexte et le film est désormais apprécié pour son approche fascinante de comédie noire dénonçant la «sacralisation consumériste» du père noël et ses laissés pour compte. D’ailleurs le titre original (transformé bêtement par un obscur producteur surfant sur les tueurs maléfiques) You Better Watch Out (Tu ferais mieux de faire attention) annonçait clairement son propos. Il est donc temps de revoir ce film singulier, jusque dans sa séquence finale (qui a suscité maints décryptages), et dont l'excellente restauration permettra d’apprécier ses indéniables qualités formelles et dramatiques.

 

Blu ray Christmas Evil

Commentaire technique

Image : copie HD, nouvelle restauration 4K, très bonne définition, piqué sur les détails, texture cinéma bien préservée avec un grain argentique homogène (tournage en 35mm avec caméras Panaflex, Master Format 4K), image propre et lumineuse, basses lumières nuancées, noirs soutenus, étalonnage chatoyant, colorimétrie naturaliste chaude aux teintes vives (décors de Noël) et tons saturés

Son : mixage anglais 1.0 monophonique, dialogues clairs et équilibrés sans distorsion, excellente dynamique qui profite aux ambiances d’une bande sonore très élaborée et énergique ; VF 1.0 monophonique, claire et dynamique, doublage soigné mais qui « éteint » les ambiances et qui, du coup, parait artificielle

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com,title/tt0081793/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus