PUBLICITÉ

The King of New York 4K : le thriller culte d’Abel Ferrara en très haute définition (en UHD et Blu-ray)

UHD Tht King of New York 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)

Synopsis

Un homme sort de prison. Pas n'importe quel homme. C'est Frank White, le plus grand des seigneurs du crime à New York. Mais l'impitoyable Frank White nourrit aussi le rêve de construire un hôpital pour les plus démunis. Ce qui n'est pas du goût de tout le monde, y compris les flics prêts à tous les coups bas pour détruire son empire.

• Titre original : The King of New York
• Support testé : UHD
• Genre : thriller, policier, drame
• Année : 1990
• Réalisation : Abel Ferrara
• Casting : Christopher Walken, David Caruso, Laurence Fishburne, Victor Argo, Wesley Snipes, Steve Buscemi, Janet Julian, Giancarlo Esposito, Theresa Randle, Carrie Nygren
• Durée : 1 h 43 mn 09
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1 (HDR 10, Dolby Vision)
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 5.1 anglais - DTS-HD MA 2.0 anglais, français
• Bonus : édition prestige limitée à 1500 exemplaires avec l’UHD et le Blu-ray du film - pin's - jeu de 8 photos d'exploitation - affiche du film (40 x 60 cm)
• Bonus de 2012 : Possession, entretien avec Abel Ferrara dirigé par Nicole Brenez, historienne du cinéma et auteure de plusieurs ouvrages sur le cinéaste (HD, 28 mn 13) - entretien avec le producteur du film Augusto Caminito (20 mn 20) - 4 bandes annonces (6 mn 37) - 2 spots TV (1 mn 05)
• Éditeur : Carlotta Films

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

Dans les salles en 1990, il y a donc plus de trente ans, The King of New York d’Abel Ferrara, qui a acquis, depuis, le statut de film culte, est l’objet de cette sortie en version UHD et Blu-ray dans la collection édition prestige n° 16 de l’éditeur avec un tirage limité à 1500 exemplaires. Lorsque le cinéaste réalise ce thriller newyorkais il n’a pas encore la réputation qu’on lui connaît et c’est précisément avec The King of New York qu’il entame sa carrière de réalisateur au style si singulier ! Ce film réunit d’ailleurs ses futurs collaborateurs familiers : Nicolas St John pour le scénario, Bojan Bazelli à la photographie, Joel Delia pour la musique ainsi que deux futurs acteurs fétiches, Victor Argo (l’inspecteur Roy Bishop) et Christopher Walken (le caïd Frank White). Bien qu’ancré dans le contexte urbain de New York, la ville natale d’Abel Ferrara et le lieu de prédilection de ses futures œuvres, le film est produit par des italiens (cf. bonus). Contrairement à ses long-métrages suivants, The King of New York a été longuement peaufiné par le cinéaste et son scénariste :laissant peu de place à l’improvisation. Il est intéressant d’entendre Abel Ferrara indiquer (cf. bonus) comment le film a été embelli par une esthétique volontairement apprêtée, plus conforme aux productions de l’époque qu’à son style spontané. Lorsque le film sort sur les écrans en 1990, dans une version remontée pour éviter le classement X, il sera boudé par le public et divisera la critique. La violence inhérente à l’intrigue et à son personnage central a évidemment déplu mais c’était méconnaître les intentions d’Abel Ferrara qui explique clairement (cf. bonus) que son film n’est pas réaliste mais bien métaphorique : Frank White est un personnage qui cultive l’ambiguïté permanente et clame qu’il veut faire le bien (le projet d’hôpital) tout en régnant par la terreur et l’assassinat pour monopoliser le marché newyorkais de la drogue. Et les autres personnages ne sont guère plus clairs, y compris chez les policiers comme Dennis Gilley (David Caruso) prêt à tout pour éliminer le caïd ou Roy Bishop (Victor Aro) empêtré - comme tous les protagonistes - dans l’imbroglio de l’attitude éthique face à la violence. Très pessimiste The King of New York n’en finit pas de décrire les turpitudes des uns et l’impuissance des autres. Selon le réalisateur, le film possède une dimension sociale puisqu’il insiste sur l’opulence (hôtel, liasses de billets) d’un milieu qui profite de l’argent sale pendant que les gens ordinaires, invisibles dans le film, vivotent de leurs maigres revenus. Splendidement interprété par Christopher Walken, fascinant et séducteur, qui exprime à la perfection l’ambigüité de son personnage, le thriller bénéfice d’un casting sans faille avec Wesley Snipes (Thomas Flanigan) dans un premier grand rôle et Laurent Fishburne (Jimmy Jump) absolument captivant. Le film ne manque d’inventivité comme ses allusions au Nosferatu de F. W. Murnau (1922), sa poursuite automobile insensée sur le pont de Queensboro et ses affrontements saisissants (Thomas Flanigan vs Jimmy Jump, Roy Bishop vs Frank White), etc. The King of New York est l’un de films les plus fascinants d’Abel Ferrara : dans ce thriller symbolique, il aura su magistralement  exposer toute l’ambiguïté qui sépare le bien et le mal. La superbe copie 4K permettra de profiter au maximum des qualités plastiques de ce film culte et relativement posé pour une œuvre d’Abel Ferrara.

 

UHD Tht King of New York

Commentaire technique

Nouvelle restauration 4K à partir du négatif original par Arrow Films et approuvé par Abel Ferrara et Bojan Bazelli

Image : copie UHD, définition remarquable, piqué constant sur les détails, restitution naturelle des textures, grain argentique fin et homogène (tournage en 35 mm avec Arriflex 35 BL4, Master Format 2020 4K), en HDR la gestion des contrastes est extrêmement nuancée (scènes nocturnes), image lumineuse, noirs francs, étalonnage chaud, colorimétrie naturalistes aux teintes réalistes équilibrées en HDR, tons nuancés, image propre

LA SUITE APRÈS LA PUB

Son : mixage anglais 5.1 (remix : Dolby SR au cinéma), dialogues centrés et équilibrés d’une grande clarté, superbe dynamique qui favorise autant les scènes d’action variées que la musique impressionnante composée ou arrangée par Joe Delia, spatialisation remix extrêmement spectaculaire avec une distribution des effets surrounds très immersive, LFE ultra efficace (coups de feu, bagarre, règlements de compte), la VO 2.0 originale parait du coup plus étriquée ; VF 2.0 très dynamique mais niveau des dialogues trop élevé et voix du doublage très peu naturelles car détachées des ambiances

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5 /5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0099939/

 

Combo UHD/Blu-ray, UHD et Blu-ray disponibles sur Amazon

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus