PUBLICITÉ

Umberto D. : copie parfaite pour ce chef-d’œuvre du néoréalisme (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Umberto D 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)

Synopsis

Fonctionnaire à la retraite, Umberto ne parvient plus à subvenir à ses besoins. N'ayant pour seul refuge qu'une pension en piteux état, le vieil homme occupe ses journées à trouver de quoi manger avec pour seul compagnon son chien Flike… Lorsque sa propriétaire menace de l'expulser, Umberto se lie d'amitié avec une jeune femme de chambre…

• Titre original : Umberto D.
• Support testé : Blu-ray
• Genre : drame
• Année : 1952
• Réalisation : Vittorio De Sica
• Casting : Carlo Battisti, Maria-Pia Casilio, Lina Gennari, Ileana Simova, Elena Rea, Memmo Carotenuto
• Durée : 1 h 28 mn 59
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,37/1 Noir et Blanc
• Sous-titrage : français
• Piste sonore : DTS-HD MA 1.0 monophonique italien
• Bonus HD : entretien avec Jean A. Gili (2015, 28 mn 52) - Seuls au monde, analyse par Jean-Baptiste Thoret (2021, 25 mn 13) - bande annonce originale (3 mn 45)
• Éditeur : Carlotta Films

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

Salué unanimement par la critique internationale et admiré par Ingmar Bergman, Umberto D. est un des fleurons du courant cinématographique néoréaliste italien. Avec Sciuscià (1946), Le Voleur de bicyclette (1948) et Miracle à Milan (1951), il constitue une tétralogie consacrée à la situation des italiens les plus précaires au sortir de la guerre : tous les films ont été écrits par Cesare Zavattini et réalisés par Vittorio De Sica. Film préféré de son auteur qui le dédia à son père, Umberto D. applique les règles du genre : tournage en décors réels avec, majoritairement, des acteurs non professionnels. Ainsi Carlo Battisti, qui incarne Umberto était un vrai professeur de linguistique qui fut choisi par Vittorio De Sica pour son allure et qui ne joua que dans ce seul film. À ses côtés, Maria, la jeune bonne, est interprétée par Maria Pia Castillo qui débuta fortuitement sa carrière d’actrice en accompagnant un ami venu passer une audition pour ce film. Umberto D. s’intéresse au sort des retraités aux revenus trop modestes par le biais d’un romain âgé menacé d’expulsion par sa logeuse Antonia (Lila Gennari). Confronté aux cruautés de l’existence, l’ex-fonctionnaire ne peut plus compter sur personne malgré l’affection que lui témoigne la domestique Maria ainsi que celle de son chien Flike. Contrairement aux opus précédents, Umberto D. n’a pas récolté le succès escompté, d’autant qu’il a été ressenti en Italie, notamment par les politiques, comme une atteinte à la fierté nationale en raison de la description trop défaitiste et guère valorisante d’une nation en déliquescence. Pourtant, fonctionnant comme une magistrale conclusion du cycle néoréaliste, ce drame de la solitude et de la pauvreté a su convaincre : il est désormais considéré comme un chef-d’œuvre et un classique du genre. Avec ce film, le tandem Vittorio De Sica et Cesare Zavattini, maitrisent à la perfection la caractérisation de leur personnage : si le sort d’Umberto D. semble victime de toutes les turpitudes imaginables, la magie de la mise en scène et l’art de la construction du récit, en grande partie basé sur la banalité du quotidien, plongent le spectateur dans l’intimité du vieil homme. Bien que parfois taxé de sentimentaliste, Umberto D. ne cultive pourtant pas le pathétique pour lui-même : il s’agissait de montrer comment un homme au désespoir, risquant jusqu’à sa fierté, pouvait symboliser l’état d’une société en décomposition. Contrairement aux films précédents, ce drame n’aborde cependant qu’indirectement la fracture sociale et la misère économique qui frappaient les italiens les plus pauvres. C’est sans doute un des sommets de la filmographie du réalisateur et certainement son film néoréaliste le plus abouti qui possède, toujours intacte, sa capacité d’émouvoir. Vittorio De Sica, cinéaste très attaché à ses personnages, traite ceux-ci avec une réelle sensibilité et une rare affection. Son tableau tragi-comique bouleversant, qui sublime le dépouillement visuel de l’observation et l’austérité de l’image, parvient à révéler admirablement leur extrême humanité : un chef-d’œuvre néoréaliste.

 

Blu ray Umberto D

Commentaire technique

Restauration par Cinema Forever (Gruppo Mediaset) avec Scuola sperimentale di cinema, Centro sperimentale di cinematografia et Associazione amici di Vittorio De Sica sous la direction de Franco Terili et la supervision artistique de Manuel De Sica. La restauration a été effectuée chez Studio Cine et Videorecording

Image : copie HD, Master restauré HD, format d’origine respecté 1,37/1 avec les coins arrondis d’origine, image très propre hormis une rayure verticale sur le bord droit vers la fin du film, définition exceptionnelle, piqué excellent, grain argentique discret (tournage en 35 mm), très belle gestion des contrastes avec des noirs très francs, des gris étagés et des blancs non brûlés, éclairages tranchés très bien restitués, compression sans heurt

LA SUITE APRÈS LA PUB

Son : mixage italien 2.0, dialogues clairs et équilibrés, pas de distorsion ou de souffle appuyé, bonne dynamique pour les ambiances (manifestation, fourrière, passage à niveau)

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5)
Mixage sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0045274/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus