PUBLICITÉ

Contes cruels de la jeunesse : une œuvre pessimiste et fondatrice de la Nouvelle Vague japonaise (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Contes cruels de la jeunesse 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)

Synopsis

Makoto use de son charme pour se faire raccompagner chez elle par des quadragénaires lors de ses sorties nocturnes. Lorsqu'un soir, l'un d'entre eux tente de la ramener de force à son hôtel, l'arrivée de Kiyoshi, un étudiant délinquant, lui permet d'échapper au pire. Désormais attachés l'un à l'autre, Makoto et Kiyoshi entament une relation amoureuse ambiguë et troublée par les excès de violence de ce dernier…

• Titre original : Seishun zankoku monogatari
• Support testé : Blu-ray
• Genre : drame
• Année : 1960
• Réalisation : Nagisa Ôshima
• Casting : Yusuke Kawazu, Miyuki Kuwano, Yoshiko Kuga, Fumio Watanabe, Shinji Tanaka, Yosuke Hayashi, Shinjiro Matsuzaki, Toshiko Kobayashi
• Durée : 1 h 36 mn 46
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,35/1 (Shochiku Grandscope)
• Sous-titrage : français
• Piste sonore : DTS-HD MA 1.0 monophonique japonais
• Bonus de 2008 réalisés par Nicolas Ripoche: Le Japon sous tension, entretien avec l'historien du cinéma Donald Richie (25 mn 27) - extraits des carnets de notes d'Oshima (15 mn 17) - bande annonce originale (1 mn 44)
• Éditeur : Carlotta Films

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

Second long-métrage de Nagisa Ôshima, Contes cruels de la jeunesse, sans avoir la radicalité de ses œuvres futures, annonce la singularité de ce réalisateur de la Shôchiku considéré comme un des auteurs emblématiques de la Nouvelle Vague japonaise (Shōchiku nūberu bāgu) que ce film initie en 1960. Ce tableau sans concession d’une jeunesse désœuvrée et criminelle d’après-guerre, non exempt de pensée politique (allusion aux manifs étudiantes antiaméricaines), se caractérise en effet par certains traits propres à la Nouvelle Vague européenne (Jean-Luc Godard, François Truffaut, Claude Chabrol, etc.) associant, entre autre, un tournage en décors réels et un usage plus libre de la caméra. Quoique tourné en scope et en couleur, Contes cruels de la jeunesse bénéficie de la dextérité de Takashi Kawamata qui saisit, à la manière d’un documentaire, les relations de Makoto et Kyoshi en caméra portée. Difficile de ne pas être impressionné par l’ampleur et le naturalisme de sa photographie, notamment lorsqu’il cadre le couple dans la scène avec les troncs d’arbre stockés sur l’eau. Extrêmement pessimiste, Contes cruels de la jeunesse dépeint une jeunesse totalement désillusionnée dont le malaise générationnel est intensément traduit par des choix esthétiques essentiels, notamment le parti pris chromatique et l’usage des gros plans et autres angles de vue surprenants et signifiants qui s’inscrivent dans le cadre allongé du 2,35/1. Les protagonistes principaux Makoto et Kiyoshi, fort bien interprétés par Yusuke Kawazu et Miyuki Kuwano, symbolisent avec intensité cette jeunesse nipponne désenchantée. Naïve et éduquée, Makoto, issue de la bourgeoisie, est fascinée par la liberté et l’audace à s’affranchir des codes sociaux que lui propose Kiyoshi, délinquant mal entouré et cherchant visiblement (personnage de la femme mûre) une autorité parentale qui lui fait défaut. Cette union improbable conduira les deux amants à un destin tragique aussi prévisible qu’inéluctable car Nagisa Ôshima ne laisse aucun espoir à ses protagonistes dans un film oppressant condamnant tout autant le désir de liberté que la transgression morale. Malgré la radicalité de son style et le choix du sujet assez tabou jusque-là, Contes cruels de la jeunesse récoltera un grand succès public, renflouera le studio et consacrera Nagisa Ôshima comme un des auteurs incontournable du virage amorcé par le cinéma nippon dans les années 60. Son film, splendidement restauré, mérite absolument d’être revu come une des œuvres fondatrices de la Nouvelle Vague japonaise.

 

Blu ray Contes cruels de la jeunesse

Commentaire technique

Nouvelle restauration numérique 2014 en 4K par Shochiku Co. Ltd. chez Imagina Corp. et Imagina West Corp., travaux opérés par Shochiku MediaWorX Inc., étalonnage couleur supervisé par les directeurs de la photographie Takashi Kawamata et Masashi Chikamori, sons par Kazuùi Kishida et Kazunori Shimizu

Image : copie HD, restaurée, superbe définition et piqué remarquable sur les gros plans, grain argentique discret et homogène (tournage en 35mm, master Format 4K), image nettoyée de tous ses défauts, excellente gestion des contrastes, image lumineuse et éclairages tranchés, noirs denses, étalonnage chaud, colorimétrie naturaliste aux teintes nuancées avec parfois une légère dominante dans les bruns, tons saturés

LA SUITE APRÈS LA PUB

Son : mixage japonais 1.0 monophonique, excellente clarté des dialogues, pas de distorsion ni de souffle, excellente dynamique sur la musique de Riichirô Manabe et sur les diverses ambiances urbaines

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)
Mixage sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0054286/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon

LA SUITE APRÈS LA PUB

Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus