PUBLICITÉ

Voyagers : une SF qui ne tient pas ses promesses (en Blu-ray, DVD et VOD)

Blu ray Voyagers 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)

Synopsis

Trente enfants sont envoyés dans l'espace dans le cadre d'une mission visant à peupler une planète récemment découverte. Mais le capitaine, seul adulte de l'équipage, décède dans des conditions mystérieuses. Les enfants sont alors livrés à eux-mêmes. Petit à petit, le chaos s'installe dans le vaisseau spatial...

• Titre original : Voyagers
• Support testé : Blu-ray
• Genre : science-fiction
• Année : 2021
• Réalisation : Neil Burger
• Casting : Tye Sheridan, Lily-Rose Depp, Fionn Whitehead, Chanté Adams, Quintessa Swindell, Archie Madekwe, Isaac Hempstead-Wright, Viveik Kalra, Madison Hu, Archie Renaux, Wern Lee, Colin Farrell, April Grace
• Durée : 1 h 48 mn 14
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,35/1
• Sous-titrage : français, danois, finlandais, islandais, italien, norvégien, suédois, anglais
• Pistes sonores : DTS-HD MA 5.1 anglais - DTS 5.1 français, italien
• Bonus : Compartiments cachés, visitez le « Humanitas » (7 mn 20) - Contre nature, désapprendre la nature humaine (7 mn 20) - Nés pour cette mission, les acteurs de Voyagers (11 mn 11) - À la surface, le style visuel de Voyagers (9 mn 40) - La survie du plus fort, la « physicalité » de Voyagers (4 mn 38)
• Éditeur : Universal Pictures France

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

Voyagers est un film de science-fiction écrit et réalisé par Neil Burger qui a quelques films à succès à son actif, en particulier dans le domaine du fantastique et la science-fiction : Limitless (2011) et Divergente (2014). L’argument déjà ancien (2011) du film est fondé sur l’observation de l’humanité en vase clos et ce qu’il peut en advenir éthiquement : assez prémonitoire au vu de la situation actuelle sujette aux confinements. Cette idée d’un vaisseau où se succèdent les générations d’humains n’est pas nouvelle et a souvent été exploitée dans les romans de science-fiction : en 1951 par Robert Heilein dans la nouvelle « Universe » ou plus récemment par Richard Paul Russodans dans son livre « La nef des fous » (2001). Pour développer son intrigue, Neil Burger revendique les influences d’un roman de 1954, « Sa Majesté des mouches » de William Golding (adapté deux fois au cinéma) et de deux films majeurs : 2001, L’Odyssée de l’espace (1968) et Das Boot (1981). La grande majorité de Voyagers se déroulant dans le vaisseau spatial Humanitas en vol pour 86 années, le film est tourné à Bucarest dans des décors de studio (cf. bonus) chargés d’évoquer la grandeur du vaisseau (longues coursives étroites et immaculées) et la claustrophobie qui en découle. La photographie d’Enrique Chediak (on regrette l’UHD disponible aux USA) et le très bon travail sur les décors et les costumes restituent bien l’ambiance aseptisée et sans humanité qui existe à bord. Hélas, malgré le soin apporté à la reconstitution et la qualité des effets spéciaux, le film ne réussira pas à convaincre son public. Pourtant la lente désagrégation de l’harmonie artificielle installée sur l’Humanitas et la dérive de ces jeunes passagers découvrant la violence et le sexe et sacrifiant aux pulsions les plus basiques fournissait un intéressant sujet d’analyse du comportement humain. Le constat est d’ailleurs saisissant puisque très vite, abandonnant toute barrière morale, les jeunes cèdent à leurs désirs charnels ou à leurs ambitions : progressivement la hiérarchie sociale, avec ses dérives, se remet naturellement en fonction… La difficulté, mal surmontée, du récit réside dans l’éparpillement de ses protagonistes même si Tye Sheridan (Christopher) et Lily-Rose Depp (Sela) occupent les rôles principaux tandis que Colin Farrell (Richard) et Fionn Whitehead (Zac) héritent de rôles secondaires. Ce casting a bien du mal à s’imposer dans un film qui ne tient pas ses promesses et qui tourne à l’éternel triangle amoureux de la jolie fille convoitée par deux hommes dont un est gentil et l’autre psychopathe… La potentialité de son argumentation à propos du comportement générationnel en milieu clos est alors oubliée et laisse la place à une histoire d’amour assez banale. Voyagers est un film inégal qui manque assurément d’intensité : juste distrayant. 

 

Blu ray Voyagers

Commentaire technique

Image : copie HD, excellente définition, piqué sur les détails (tournage numérique), bonne restitution des textures, très belle gestion des contrastes sur les divers éclairages (intérieur du vaisseau, espace interstellaire), étalonnage et colorimétrie naturalistes, teintes nuancées

Son : mixage anglais 5.1 « lossless » (Dolby Atmos au cinéma), dialogue clairs au centre, très bonne dynamique sur les ambiances (sons dans le vaisseau) et la musique étrange de Trevor Gureckis, spatialisation naturaliste très ouverte et fortement immersive, LFE ponctuels mais efficaces : VF 5.1 non « lossless », claire, dynamique, doublage soigné et équilibré

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile griseetoile grise(2,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt9664108/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus