PUBLICITÉ

Come Play : un thriller horrifique très contemporain (en Blu-ray, DVD et VOD)

Blu ray Come Play 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)

Synopsis

Oliver est un jeune garçon solitaire qui se sent différent des autres et cherche du réconfort dans son téléphone portable et sa tablette. Mais une mystérieuse créature va utiliser les technologies contre lui afin de s'introduire dans notre monde. Les parents d'Oliver vont devoir se battre pour sauver leur fils du monstre qui se trouve derrière l'écran.

• Titre original : Come Play
• Support testé : Blu-ray
• Genre : horreur
• Année : 2020
• Réalisation : Jacob Chase
• Casting : Azhy Robertson, Gillian Jacobs,John Gallagher Jr., Winslow Fegley, Jayden Marine, Gavin MacIver-Wright, Dalmar Abuzeid, Eboni Booth, Rachel Wilson
• Durée : 1 h 36 mn 53
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,35/1
• Sous-titrage : français, anglais, allemand
• Pistes sonores : DTS-HD MA 5.1 anglais - DTS 5.1 français, allemand
• Bonus : aucun
• Éditeur : Universal Entertainment France

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

Sorti pour Halloween en 2020 aux USA, Come Play est le premier long-métrage du jeune réalisateur Jacob Chase et qui est basé sur l’un de ses courts-métrages : Larry (2017). Les deux principaux caractères de l’intrigue, le jeune autiste Oliver (Azhy Robertson) et la créature Larry, sont des êtres solitaires, incompris par leur entourage, qui ne communiquent que par écrans interposés ou par des sources électriques variées (ampoules, phares de voiture). Cet isolement devrait manifestement provoquer leur réunion surtout, qu’incapables de s’exprimer par la voix, les deux personnages parviennent pourtant à transmettre leurs aspirations et leurs émotions grâce à l’ingéniosité de la mise en scène (usage des écrans de smartphones, ordinateurs et tablettes). Si Larry a bien du mal à s’extirper de son monde surnaturel que seule une main tendue pourrait aider, Oliver a dans le monde tangible plus d’occasion de partager des contacts : avec sa mère Sarah, incarnée avec une belle intensité par Gillian Jacobs, et avec son père Marty (John Gallagher Jr.), mais le couple est hélas en pleine séparation, ou avec les enfants de sa classe qui ne le comprennent pas vraiment, tel Byron (Winslow Fegley). Le scénario de Jacob Chase est plutôt bien ficelé et sait ancrer l’intrigue de ce film d’horreur dans la réalité : les moments d’angoisse ne sont pas seulement liés aux incursions de Larry dans le réel mais également aux difficultés de l’existence éprouvés par les protagonistes. Ce parti pris, qui permet au cinéaste d’aborder des problèmes de société (éducation, emprise des écrans, emploi…), rend la structure du film plus complexe mais diminue significativement son impact horrifique. Come Play ménage quand même quelques belles scènes terrifiantes (ampoules, station-service…) et l’apparition fugitive de Larry laisse toujours présager que l’amitié recherchée risque d’être nocive pour Oliver. Limité à quelques lieux, surtout la maison d’Oliver, Come Play joue sur l’attente et la suggestion plus que sur l’horreur frontale et peine à maintenir le suspense malgré la prestation très crédible des acteurs. La créature, qui n’a pas été conçue numériquement mais avec des techniques plus classiques, est assez convaincante mais, au final, la plus grande terreur suggérée par ce film de tension psychologique est celle, excellemment symbolisée par l’autiste Oliver, de la solitude au sein d’une société de plus en plus technologique. Loin du film gore pour teenagers, Come Play doit beaucoup de sa force dramatique au savant travail fait sur les éclairages par Maxime Alexandre et à son mixage sonore particulièrement sophistiqué. Malin et bien joué, Come Play assure le spectacle avec efficacité.

 

Blu ray Come Play

Commentaire technique

Image : copie HD, excellente définition, belle restitution des détails et des textures (tournage numérique), gestion du contraste respectant les éclairages suggestifs, noirs francs, étalonnage et colorimétrie naturalistes, teintes réalistes et nuancées

Son : mixage anglais « lossless » 5.1, dialogues centrés très clairs, très belle dynamique sur les effets d’ambiances horrifiques et la musique typée de Roque Baños, spatialisation naturaliste aux effets angoissants et intenses, très bien distribués sur tous les surrounds avec un recourt efficace au LFE ; VF 5.1 non « lossless », claire et dynamique, doublage soigné assez bien intégré aux ambiances

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile griseetoile griseetoile griseetoile griseetoile grise(0/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile griseetoile grise(2,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt8004664/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus