PUBLICITÉ

Ran 4K : une tragédie épique et chef-d’œuvre d’Akira Kurosawa (en UHD et Blu-ray)

UHD Ran 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5).

Synopsis :

Au XVIe siècle, le seigneur Hidetora décide de se retirer et de partager son domaine entre ses trois fils, Taro, Jiro et Saburo. Ce dernier, prévoyant des difficultés, s'oppose à cette décision. Il est déshérité. Mais le père découvre bientôt que, bafouant son autorité, ses deux premiers fils se combattent. Jiro assassine traîtreusement Taro puis Saburo, avant de découvrir que le responsable de ce gâchis n'est autre que la veuve de Taro qui s'est jurée de venger le meurtre de sa famille par Hidetora des années auparavant. Dès lors, il ne reste plus à Jiro qu'à mourir en combattant contre les ennemis du clan Hidetora.

• Titre original : Ran
• Support testé : UHD
• Genre : drame
• Année : 1985
• Réalisation : Akira Kurosawa
• Casting : Tatsuya Nakadai, Akira Terao, Jinpachi Nezu, Daisuke Ryu, Mieko Harada, Yoshiko Miyazaki, Hisashi Igawa, Pita
• Durée : 2 h 40 mn 34
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1 (HDR 10)
• Sous-titrage : français, anglais, allemand
• Pistes sonores sur l’UHD : DTS-HD MA 5.1 japonais, anglais, français - DTS-HD MA 2.0 japonais (original), allemand
• Bonus : réédition de l’édition 2016, boîtier Digipack limité avec l’Ultra et le Blu-ray du film + un Blu-ray de bonus
• Bonus sur l’UHD et le blu-ray du film : documentaire sur la restauration du film (9 mn 26)
• Bonus sur le Blu-ray de bonus : AK, documentaire sur le tournage du film par Chris Marker (1984, 1 h 11 mn 32) - Les Samouraïs, documentaire sur l'héritage de l'art Samouraï au Japon (2000, Ampersand, 52 mn 47) - Akira Kurosawa : l'épopée de l'intime (2006, 41 mn 49) - L'Art des Samouraïs, interview de Jean-Christophe Charbonnier, expert de l'art guerrier au Japon (2003, 41 mn 11) - interview de Shôji Ueda, directeur de la photographie (2015, 10 mn 26) - interview de Michael Brooke, spécialiste des films de Shakespeare (16 mn 13) - interview de Mieko Harada qui joue Dame Kaede (2015, 20 mn 42) - présentation du film restauré en 4K au Tokyo International Festival 2015 (14 mn 55) - Akira Kurosawa par Catherine Cadou, interprète française d'Akira Kurosawa (2002, 14 mn 04)
• Éditeur : StudioCanal

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

Ran, inspiré de la tragédie de William Shakespeare « Le roi Lear » et de la vie de Mōri Motonari, daimyo (seigneur féodal) de la période Sengoku, est un film exceptionnel. C’est un des chefs-d’œuvre réalisé par l’un des plus grands cinéastes de l’Histoire du 7e Art : Akira Kurosawa. Le réalisateur, âgé de 76 ans, estimait être à l’âge idéal pour diriger ce film qu’il pensait être, à l’époque, son testament artistique (cf. bonus). Lorsqu’il entreprit ce projet démesuré, le cinéma japonais, en perte de vitesse, n’avait plus les moyens de le financer et Akira Kurosawa se relevait difficilement du désastre de Tora ! Tora ! Tora ! qu’il avait écrit et préparé mais qui lui avait échappé. Il a ensuite dirigé Dersou Ouzala, oscarisé en 1976 et il a pu réaliser, grâce à Francis Ford Coppola et George Lucas, l’épopée Kagemusha L’ombre du guerrier (1980) qui remporta la Palme d’or à Cannes. Fort de ce prix, le cinéaste pouvait enfin se consacrer à Ran. Pour ce film ambitieux, décrivant une guerre fratricide dans un Japon féodal, le budget nécessaire, qui s’annonçait pharaonique (ce sera à l’époque le film le plus cher jamais produit au Japon), ne pouvait être assuré qu’en coproduction : ce sera avec la France et Serge Silberman. Le tournage s’étalera sur près d’une année (cf. bonus de Chris Marker) au cours de laquelle l’épouse du cinéaste décèdera. Projet de longue date, Ran aura nécessité une décennie pour sa scénarisation sous forme de peintures « storyboard » exécutées par Akira Kurosawa qui était un ancien élève des Beaux-Arts. Perfectionniste légendaire, le cinéaste multiplie les exigences artistiques : deux années de création manuelle pour les nombreux costumes, conception des armures pour 1400 figurants et 200 chevaux, construction d’un château réel en bois destiné à être brûlé, etc. Selon les dires (cf. bonus) du directeur de la photographie Shôji Ueda, qui a supervisé la restauration 4K, le réalisateur, pointilleux - pour un plan ensoleillé ou pluvieux, il fallait attendre que cela se produise réellement - et qui n’avait plus une bonne vision, s’astreignait avant chaque nouvelle journée de tournage à vérifier que le storyboard contienne toutes les indications concernant la mise en scène. Il portait une attention particulière à chaque personnage défini comme emblématique de la scène à filmer et couvrait chaque plan avec plusieurs caméras en soignant son cadre et en privilégiant la longue focale. Dès lors, la mise en place des caméras, l’installation des éclairages et les répétitions pouvaient mobiliser l’équipe pour un plan de quelques secondes. La restauration 4K a surtout cherché à rester fidèle (cf. bonus) à la recherche sur les couleurs (chaque frère à sa couleur) obtenues parfois avec un filtrage élaboré. Toutes ces impératifs techniques draconiens ne sont pas pour autant des caprices d’artiste mais se révèlent essentiel pour ce film peu commun qui est intensément servi par son interprète principal, Tatsuya Nakadai, comédien sidérant capable d’incarner les contradictions inhérentes de son personnage, partagé entre la sagesse de son âge respectable et l’ingénuité de son attitude. La mise en scène exemplaire traduit, avec un réalisme obsessionnel, tout l’accablement de cette tragédie dont la réalité âpre va échapper à son instigateur : désireux d’assurer la pérennité de son empire, le seigneur Hidetora provoquera sa dislocation irrémédiable et la mort de ses fils ! Le tableau effroyable des amoncellements de soldats morts, l’incendie du château et la cruauté de la belle fille amorale et vengeresse Kaede (Mieko Harada) procurent une impression d’autant plus mémorable que toute cette horreur se pare d’une esthétique picturale absolument fascinante. C’est en même temps, beau, démesuré et terrifiant - « le chaos » comme l’indique son titre Ran - à l’instar de ce plan large incroyable où Hidetora, au centre de l’image, surgit de la fumée de l’incendie qui ravage le château, pour affronter les centaines de fantassins, aux emblèmes jaunes et rouges, massés symétriquement de chaque côté du cadre… D’une grande noirceur sur la condition humaine, Ran est décidément une leçon magistrale de cinéma qu’il faut avoir vue dans cette version restaurée en 4K, la seule capable de restituer, au plus près, les intentions dramatiques et artistiques d’Akira Kuroawa. Chef-d’œuvre.

 

UHD Ran

Commentaire technique

Image : copie UHD, restauration de 2015 (cf. bonus) à partir du scan 4K des négatifs originaux et supervisée par Shôji Ueda, directeur de la photographie, excellente définition en particulier le piqué sur les gros plans, restitution remarquable des textures (vêtements), grain argentique présent mais assez discret (tournage en 35 mm avec Panaflex Gold, Super Speed MKII et Ultra Speed MKII, Master Format 2015 4K), image nettoyée très propre et stabilisée, gestion du contraste (HDR) subtilement nuancé notamment dans certaines scènes en basse lumière mais légère densité pour respecter l’étalonnage d’origine, noirs francs, étalonnage chaud somptueux, colorimétrie chatoyante restituant (HDR) les choix initiaux de teintes vives (kimonos), tons saturés, compression sans faille

Son : mixage japonais 5.1 (remix : original en Dolby Stéréo), dialogues clairs au centre et bien équilibrés, formidable dynamique sur les grandes scènes épiques (mouvement de troupes, incendie) et sur la musique de Tōru Takemitsu, aucune distorsion, spatialisation naturaliste qui ne cherche jamais l’hypertrophie mais distribue avec ampleur et finesse les ambiances sur les surrounds, LFE occasionnels ; VF 5.1 tout aussi dynamique et claire, doublage soigné mais voix décollées et peu naturelles

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0089881/

 

Combo UHD/Blu-ray disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus