PUBLICITÉ

Mission 633 : la première fiction en couleurs et en scope sur la guerre aérienne de 39-45 (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Mission 633 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)

Synopsis

Norvège, Seconde Guerre Mondiale. Les services secrets britanniques repèrent une usine de carburant servant à alimenter les fusées allemandes. L'escadrille 633 est chargée de détruire le site. Mais celui-ci est très bien protégé, et la mission se révèle quasiment impossible…

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : 633 Squadron
• Support testé : Blu-ray
• Genre : guerre
• Année : 1964
• Réalisation : Walter Grauman
• Casting : Cliff Robertson, George Chakiris, Maria Perschy, Harry Andrews, Donald Houston, Michael Goodlife, John Meillon, John Bonney
• Durée : 1 h 34 mn 46
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,35/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais, français
• Bonus 2019 en VOST : En bonne compagnie : se souvenir de Mission 633 avec Jim Newman (23 mn 50) - Un équipage de haut-vol : la stratégie des frères Mirisch avec Paul Kerr (18 mn 53) - Mission Impossible : analyser Mission 633 par Russ Hunter (16 mn 40) - film -annonce (3 mn 15)
• Éditeur : Rimini Editions

Commentaire artistique

Mission 633, traduction française improbable du titre anglais Squadron 633 qui désigne le nom de l’unité volante et pas celui de l’opération militaire, est un film de guerre classique hollywoodien de Mirisch Productions réalisé par sa branche anglaise au Royaume-Uni : les scènes censées se dérouler en Norvège étant filmées en Ecosse (Loch Morar et Loch Nevis). Il relève du sous-genre « sacrificiel » (cf. bonus) et reprend les recettes qui ont assuré le succès du genre avec Les Briseurs de barrage (The Dam Busters, 1955) de Michael Anderson. Réalisé par un ancien pilote de bombardier de 39-45, Walter Grauman, Mission 633 a pour vedette l’américain Cliff Robertson, lui-même pilote et collectionneur d’avion (il possédait un Spitfire MK IX). Le film a pu compter sur quelques avions Mosquitos De Havilland mais les scènes d’attaque ont été modélisées par Tom Howard. À l’époque, encore très éloignée de l’image numérique, on tourne partiellement en décors réels (avions en vol), partiellement en studio, avec des effets spéciaux plus ou moins détectables (maquette, Matte Painting, transparences), parfois très visibles comme c’est hélas le cas ici. Mission 633 est le premier film sur le sujet qui ait été tourné en 2,35/1 et en couleur, un choix audacieux qui limitait le recourt à des images d’archive. Sur le plan historico-technique, malgré le pinaillage des « spécialistes » de la guerre et des avions de combat, Mission 633 est dans la moyenne des bonnes productions, notamment britanniques comme Opération V2 (Mosquito Squadron, 1969) et La Bataille d’Angleterre (Battle of Britain, 1969). Sur le plan dramatique, l’intrigue, inspirée d’un roman écrit en 1956 par Frederick E. Smith, ex-officier de la R.A.F., manque cruellement d’intensité malgré la participation des scénaristes James Clavell et Howard Koch. L’échantillonnage des caractères (reflétant aussi le recrutement international des membres de la RAF) et la romance inutile, malgré la présence de la séduisante actrice autrichienne blonde Maria Perschy, ne font que détourner l’intérêt. Le choix de George Chakiris, qui joue son frère très brun et pas très crédible en officier de marine norvégien, est incohérent : peu expressif, l’acteur a droit à une scène de torture délirante par une nazie farouche ! Heureusement, Mission 633 est avant tout un film d’action : ses nombreuses scènes de combats aériens sont impressionnantes et très bien rythmées par sa fameuse musique martiale. D’ailleurs, le film connaîtra un véritable succès commercial à sa sortie et ses scènes finales d’attaque auraient fortement inspiré George Lucas pour la séquence de la «tranchée» de Star Wars. Très inégal et largement inférieur au film Les Briseurs de barrage qu’il avait pris comme modèle, Mission 633 est à visionner essentiellement pour ses excellentes séquences aériennes et à écouter pour sa partition légendaire signée Ron Goodwin.

 

Blu ray Mission 633

Commentaire technique

Image : copie HD, nouveau Master HD, bonne définition mais piqué variable selon les plans qui chute dans certaines séquences au grain argentique plus prononcé (tournage en 35mm Panavision), contraste équilibré variant dans les plans avec transparences, image affectées de quelques défauts (taches blanches, rayures), étalonnage chaud, colorimétrie naturaliste aux teintes variables parfois vives, parfois ternes, tons saturés

Son : mixage anglais 2.0 monophonique, dialogues clairs et équilibrés, excellente dynamique sur les scènes d’action (explosions, tirs, moteurs d’avion) et la musique entraînante de Ron Goodwin, pas de distorsion ; VF 2.0 monophonique, claire, doublage soigné mais voix peu naturelles, plaquées sur les ambiances

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0057811/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus