PUBLICITÉ

Contre une poignée de diamants : espions et moulins à vent (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Contre une poignée de diamants 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)

Synopsis

Le fils d'un responsable du MI6 et un de ses camarades ont été kidnappés par un couple de criminels. Pour obtenir leur libération, les malfrats demandent qu'on livre un stock de diamants appartenant à la haute hiérarchie du contre-espionnage britannique…

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : The Black Windmill
• Support testé : Blu-ray
• Genre : thriller, espionnage
• Année : 1974
• Réalisation : Don Siegel
• Casting : Michael Caine, Donald Pleasence, Delphine Seyrig, Clive Revill, John Vernon, Joss Ackland, Janet Suzman, Catherine Schell
• Durée : 1 h 46 mn 13
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,35/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais, français
• Bonus : boîtier Blu-ray avec fourreau et jaquette réversible contenant le Blu-ray et le DVD du film - le film par Eddy Moine (2021, 10 mn 07) - entretien avec Olivier Père (2021, 24 mn 38) - bande annonce d'époque (VOST, 2 mn 15) - Dans la même collection : cinq bandes annonces
• Éditeur : Elephant Films

Commentaire artistique

Don Siegel, réalisateur réputé pour ses deux films cultes de 1971 avec Clint Eastwood, L’inspecteur Harry et Les Proies, dirige Contre une poignée de diamants en 1974, son premier film européen. Son nom, associé au générique avec celui de sa vedette masculine Michael Caine, permettait d’espérer un film d’espionnage captivant sinon mémorable. Ce, d’autant plus que le scénario, signé Leigh Vance, adapte le quatrième roman publié en 1973 par Clive Egleton, romancier britannique ayant acquis un certain succès dans le domaine du polar d’espionnage. Don Siegel s’est toujours considéré comme un cinéaste du pur divertissement ne cherchant jamais à inclure un message dans ses films : Contre une poignée de diamants corrobore ce jugement. Si la présence de Michael Caine laissait augurer un personnage singulier à la manière de Harry Palmer (Ipcress, danger immédiat, 1965, suivi de deux autres tires en 1966 et 1967), il n’en sera rien et l'acteur peine à convaincre de son implication émotionnelle ! Pourtant Contre une poignée de diamants dispose d’un casting d’exception avec quelques savoureux acteurs du genre comme Donald Pleasance (Cedric Harper), inénarrable, Joss Ackland (le surintendant) et John Vernon (McKee) et deux actrices remarquables : Delphine Seyrig (Ceil Burrows) et Janet Suzman (Alix Tarrant). Le film bénéficie en outre de tout le savoir-faire en matière d’action de Don Siegel : une fois l’intrigue amorcée (l’enlèvement du fils Tarrant), les péripéties s’enchaînent sur un rythme rapide, efficace et sans digression. Chaque scène prépare la suivante selon une mécanique exemplaire, mêlant action et humour distant (allusion à James Bond) avec un minimum de dialogues et un maximum de rebondissements. Don Siegel est un maestro du raccourci « signifiant » qui ne se préoccupe pas vraiment de psychologie et se moque des clichés habituels (romance, détails explicatifs) tout en limitant le verbiage de son héros à la manière d’un inspecteur Harry. Mais cette sècheresse de mise en scène, accrue par la délicate distanciation britannique de Michael Caine dans sa manière de jouer, n’emporte pas la conviction et manque singulièrement d’émotion. Le suspense n’est pas de mise, si bien qu’on suit, sans s’impliquer, les aventures de John Tarrant (Michael Caine) en imaginant ce qu’aurait pu en tirer Alfred Hitchcock… Seule atout de charme, la présence de Delphine Seyrig, hélas sous-employée. Distrayant.

 

Blu ray Contre une poignée de diamants

Commentaire technique

Image : copie HD, nouveau Master restauré HD, belle définition, piqué sur les détails, grain argentique discret (tournage en 35mm Panavision), image propre sans défaut majeur, excellente contraste, image lumineuse bien nuancée en basse lumière, étalonnage naturaliste, colorimétrie vive aux tons saturés

Son : mixage anglais 2.0 monophonique, dialogues clairs, équilibrés, très belle dynamique sur la partition de Roy Budd et les scènes d’action (métro, voiture, aéroglisseur), ambiances nuancées ; VF 2.0 monophonique, très artificielle, doublage plaqué, parfois absence déconcertante de sons d’ambiance

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0071229/

 

Combo Blu-ray/DVD et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus