Dagon : H.P. Lovecraft par Stuart Gordon (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Dagon 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)

Synopsis

Paul et sa petite amie Barbara passent leurs vacances en compagnie d'un riche couple d'amis, Howard et Vicki, sur leur voilier au large de la côte espagnole. Suite à une tempête, le navire s'échoue sur un récif, blessant gravement Vicki, coincée sur place. Paul et Barbara décident d'aller chercher du secours dans le petit village de pêcheurs situé au bord de mer, qui semble étrangement désert…

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : Dagon
• Support testé : Blu-ray
• Genre : horreur
• Année : 2001
• Réalisation : Stuart Gordon
• Casting : Ezra Godden, Francisco Rabal, Raquel Meroño, Macarena Gómez, Brendan Price, Birgit Bofarull, Uxía Blanco, Ferran Lahoz
• Durée : 1 h 38 mn 17
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 5.1 et Dolby Digital 2.0 stéréo anglais, français
• Bonus : boîtier Digipack limité avec le Blu-ray et le DVD du film - bonus sur le Blu-ray : commentaire audio de Stuart Gordon et Dennis Paoli (VOST) - L’usine à monstres, entretien inédit avec Brian Yuzna (2021, 30 mn 38) - entretiens d'époque avec Stuart Gordon, Julio Fernandez, Raquel Meroño, Ezra Godden et Paco Rabal (17 mn 26) - court métrage Escape from Midwich Valley de P.H. Debiès avec commentaire audio optionnel du réalisateur (2014, 2,35/1, DTS-HD MA 5.1, VOST, 8 mn 56) - film annonce (VO, 1 mn 52)
• Éditeur : ESC Editions

Commentaire artistique

Dagon, écrit par Dennis Paoli, combine la première nouvelle de H.P. Lovecraft « Dagon » (1917) et une de ses dernières « Le Cauchemar d’Innsmouth » (1931). Adapter au cinéma les écrits de l’auteur de Providence a toujours été une gageure, tant sa manière si particulière de décrire les créatures et les évènements horrifiques reste très difficile à concrétiser ! Ainsi Dagon, qui donne son titre au film de Stuart Gordon, est un monstre en forme de poisson, tandis que le village d’Innsmouth, devenu Imboca le village de pêcheurs dans le film, est une bourgade de Nouvelle-Angleterre dont les habitants à la morphologie étrangement batracienne adorent le dieu poisson Dagon. Un tel sujet n’a pas découragé le trio Dennis Paoli, scénariste, Brian Yuzna, producteur, et Stuart Gordon, réalisateur (disparu en 2020), fort de leurs précédentes adaptations « lovecraftiennes » : Re-Animator (1985), Aux portes de l’au-delà (1986) et Castle Freak (1995). Avec Dagon, ils proposent de partager la vision cauchemardesque et abyssale de H.P. Lovecraft en mêlant divers éléments de ses nouvelles dans une intrigue originale plutôt respectueuse de l’esprit de l’écrivain. Démarrant énergiquement avec le héros Paul Marsh en croisière à bord d’un yacht et sujet aux cauchemars, le film adopte le procédé « lovecraftien » de l’horreur s’insinuant furtivement dans le réel. La réalisation, d’une rare efficacité, suit les péripéties et les rencontres insolites du héros, incarné par Ezra Godden dans son premier rôle, filmées avec l’immédiateté d’un documentaire sur le vif : dès ses premières images, Dagon saisit l’imagination du spectateur pour ne plus la lâcher jusqu’à la conclusion. Dagon bénéficie de décors gothiques très suggestifs, splendidement éclairés par Carlos Suárez mais son budget étriqué se ressent sur les effets spéciaux sous-marins assez cheaps. Le casting est dominé par l’interprétation de Francisco Rabal qui joue un clochard mystique, Ézéquiel : ce sera son ultime interprétation et elle atteste du grand talent que ce grand acteur était capable de manifester y compris dans des films de genre, Côté féminin, le film n’est pas en reste en nous gratifiant de la présence de la sexy Raquel Meroño (Barbara), qui aura à subir une scène éprouvante d’union contre nature, et de la non moins séduisante Macarena Gómez (Uxia), brune délicate et fascinante : les deux actrices apportent une discrète touche d’érotisme à l’histoire. Quoique contenu, Dagon propose quelques scènes gore mémorables et réussit à évoquer, tout au long du récit, l’atmosphère ténébreuse et moite qui imprègne cette bourgade placée sous le culte du monstrueux dieu-poisson : la presque totalité du métrage se déroule dans un contexte humide (mer, pluie, puits, etc.), formellement obsédant, parfaitement restitué par le mixage 5.1 fusionnant clapotis, pataugeages, psalmodies et hurlements divers. Dagon n’est pas un film d’exception mais son approche de H.P. Lovecraft, une des plus réussie à ce jour, mérite la vision malgré ses SFX loupés.

 

Blu ray Dagon

Commentaire technique

Image : copie HD, définition correcte mais le piqué n’est pas exemplaire (générique), grain argentique passé au filtrage qui l’a presque totalement gommé (tournage en 35 mm), légère instabilité du cadre, bonne gestion du contraste avec quelques franges sporadiques, étalonnage insolite et variable allant du naturaliste (tournage en décors réels) à l’artificiel (effets spéciaux), colorimétrie terne et froide irrégulière, teintes nuancées

Son : mixage anglais 5.1 (film espagnol tourné anglais) probablement restauré, dialogues très clairs, généralement centrés sauf quelques effets sporadiques déportés, dynamique élevée qui profite aux ambiances, spatialisation immersive ultra-spectaculaire et impressionnante aux effets surrounds qui envahissent tout l’espace sonore, LFE très efficaces, mieux équilibrés en DTS-MA qu’en Dolby Digital ; VF 5.1 claire et dynamique, doublage soigné qui restitue les niveaux de la version anglaise

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0264508/

 

Combo Blu-ray/DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web