Basic Instinct 4K : un thriller sulfureux, culte et tortueux (en UHD et Blu-ray)

UHD Basic Instinct 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

Catherine Tramell, une romancière richissime est soupçonnée du meurtre de son amant, Johnny Boz, assassiné à coups de pic à glace dans des circonstances similaires à la description d’un meurtre dans un de ses polars. Nick Curran, un policier au lourd passif judiciaire, est chargé de l'enquête et doit faire face à cette femme sexy qui n'hésite pas à utiliser de ses charmes pour arriver à ses fins…

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : Basic Instinct
• Support testé : UHD
• Genre : thriller
• Année : 1992
• Réalisation : Paul Verhoeven
• Casting : Michael Douglas, Sharon Stone, George Dzundza, Jeanne Tripplehorn, Denis Arndt, Leilani Sarelle, Bruce A. Young, Dorothy Malone, Stephen Tobolowsky, Mitch Pileggi
• Durée : 2 h 08 mn 13
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,39/1 (HDR)
• Sous-titrage : français, allemand, anglais
• Pistes sonores : DTS-HD MA 5.1 anglais, français, allemand - LPCM 2.0 allemand
• Bonus : boîtier métal SteelBook limité contenant l'UHD et le Blu-ray du film - un livret (28 pages) : notes sur la production, le tournage, la polémique, l‘accueil critique et la restauration par Paul Verhoeven, Sharon Stone, Michael Douglas, Jane Tripplehorn Joe Esztheras et Jan de Bont
• Bonus sur l’UHD : commentaire audio de Paul Verhoeven et Jan de Bont (VOST) - commentaire audio de Camille Paglia, écrivaine, critique sociale, professeur de sciences humaines à la University of the Arts de Philadelphie (VOST) - Basic Instinct Sex, Death and Stone, documentaire réalisé par Jacinto Carvalho avec la participation de Paul Verhoeven, Sharon Stone, Michael Douglas, Frank J. Urioste, Joe Eszterhas et le directeur de la photographie Jan de Bont (2020, 53 mn 10) - Basic Instinct une bande originale intemporelle (16 mn 16) - bande annonce (1 mn 29) - Blonde Poison, le Making of (24 mn 38) - autour du film (6 mn 29) - comparaison storyboard/film : scène d’amour (6 mn 59), poursuite en voiture (1 mn 15), meurtre dans l’ascenseur (2 mn 47) - essais des actrices (dont Sharon Stone scène de l’interrogatoire, seule : 1 mn 40 et dans le film : 1 mn 57)
• Éditeur : StudioCanal

Commentaire artistique

Basic Instinct s’inscrit exactement dans le cinéma de Paul Verhoeven, alliance de maestria technique et de provocation. Lorsqu’en 1992 il réalise ce thriller, généralement qualifié de « sulfureux », le cinéaste devenu hollywoodien n’a plus à prouver l’étendue de son talent, largement reconnu avec ses deux blockbusters RoboCop (1987) et Total Recall (1990) qu’il considère comme les deux premiers volets d’une « trilogie psychotique ». Basic Instinct, qui en sera le troisième opus, est centré sur une romancière de polars suspectée d’être une meurtrière. Le scénario, que se disputent les studios, est largement imprégné de sexualité et cultive l’ambiguïté à satiété. Il a été bouclé en treize jours par Joe Eszterhas (cf. bonus) qui s’est inspiré de certaines de ses connaissances (un policier pas net, féru d’armes à feu, et une femme séduisante mais manipulatrice). Acheté par Carolco (Mario Kassar), le futur film est confié à Paul Verhoeven qui pense que cet excellent scénario lui permettra de diriger enfin un thriller typiquement américain. Il va pouvoir compter sur l’alchimie qui s’installe entre les deux interprètes retenus pour les rôles principaux. À l’époque, Michael Douglas est déjà un acteur/producteur confirmé qui recherchait un projet provocateur et anticonformiste dans la lignée de Liaison Fatale (1987) et qui appréciait les films européens de Paul Verhoeven. Sharon Stone, actrice méconnue surtout familière des films de série B mais qui avait déjà tourné dans Total Recall du réalisateur, va obtenir le rôle de Catherine Tramell qu’elle convoitait tant, confirmant que les scènes dénudées ne la gênaient pas. Basic Instinct, splendidement restauré en 4K, va bénéficier de la photographie inspirée de Jan de Bont (cf. bonus) qui saura filmer les audacieuses scènes chorégraphiées de sexe tout en sachant mettre en valeur le reste du casting, de la photogénie des actrices, Jeanne Triplehorn (Beth Garner), Leilani Sarelle (Roxy) et l’inoubliable Dorothy Malone (dans un petit rôle), au physique typé des acteurs, George Dzundza (Gus Moran) et Denis Arndt (Walker). Ce qui n’empêchera pas un travail séduisant sur les paysages et les architectures californiennes (San Francisco, Carmel, etc.) qui donnent au thriller un cadre proprement hitchcockien, sans oublier une fameuse séquence de poursuite automobile. L’atmosphère du thriller doit beaucoup également à la musique suggestive de Jerry Goldsmith (cf. bonus), hommage manifeste à celle de Bernard Herrmann dans les les films d’Alfred Hitchcock. Quand le film sort en 1992, il traine déjà une réputation controversée, fustigé autant par les LGBT qui refusent le caractère négatif de l’héroïne, potentielle meurtrière bisexuelle, que par les féministes, choquées par la scène de l’interrogatoire pour laquelle Paul Verhoeven et Sharon Stone se renvoient mutuellement la responsabilité… C’est pourtant ce plan célèbre (détourné à foison) qui a assuré la fascination culte suscitée par ce film audacieux qui sera censuré dans certains pays, y compris aux USA. Fort heureusement, c’est la version intégrale qui est présentée sur l’édition UHD : elle permettra de constater que le style brillant, un peu à l’épate, de Paul Verhoeven n’a rien cédé de son efficacité. Hommage évident à Alfred Hitchcock, thriller provocateur et intrigue tortueuse jouant l'esbroufe d’une fin ouverte, Basic Instinct demeure un superbe exercice de style qui continuera de satisfaire les amateurs de polars et de films de genre.

 

UHD Basic Instinct

Commentaire technique

La restauration a été effectuée à partir du scan 4K du négatif 35 mm de la version courte censurée sur un scanner Scanity. Les éléments manquants ont été récupérés sur un internégatif. La restauration de l’image sur une station Diamant a permis de supprimer les défauts (taches, rayures, instabilité, poussières) tout en conservant le grain et la texture d’origine, le générique issu de deux sources a été équilibré avant intégration. L’étalonnage 4K sur Resolve a été effectué avec pour référence plusieurs copies 35mm et l’étalonnage HDR Dolby Vision a été opéré sur moniteur Sony BVMX300. L’étalonnage final a été fait en tenant compte des remarques de Paul Verhoeven. La restauration des diverses versions sonores s’est faite d’après les sources avec correction sur Protools de la dynamique et de la synchronisation.

Image : copie UHD, version restaurée 4K inédite supervisée par Paul Verhoeven, définition remarquable et piqué constant sur les détails, textures splendidement restituées (architectures, voitures, nature), grain argentique discret et homogène (tournage sur pellicule 35mm Eastman avec Panaflex, Master Format 4K), image parfaite, stable et sans aucun défaut perceptible, compression irréprochable, gestion naturaliste (HDR) des contraste avec un très beau travail sur les éclairages en basse lumière (fin de journée, interrogatoires), étalonnage somptueux et chatoyant, colorimétrie spectaculaire (HDR) aux teintes intenses, notamment dans les couleurs chaudes (rouge), tons saturés (bleus, vert) et nuancés (chair, vêtements)

LA SUITE APRÈS LA PUB

Son : mixage anglais 5.1 (remix : Dolby SR et LC Concept au cinéma), dialogues très clairement distincts au centre, pas le moindre défaut (réverbération, distorsion, souffle), superbe dynamique qui favorise la musique « herramannienne » de Jerry Goldsmith, les ambiances urbaines et les scènes d’action (poursuite automobile), spatialisation ample et précise avec un usage efficace des surrounds et du LFE, un mixage naturaliste impressionnant et suggestif ; VF 5.1, claire, dialogues distincts, doublage soigné mais décollé des ambiances et qui sonne tellement différemment de la VO qu’il est à déconseiller si l’on veut vraiment s’immerger dans ce film d’atmosphère

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0103772/

 

Combo UHD/Blu-ray disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web