PUBLICITÉ

Les Dix Commandements 4K : l’archétype du péplum biblique dans une édition UHD aux suppléments indigents (en UHD et Blu-ray)

UHD Les Dix Commandements 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5).

Synopsis :

Évocation de la vie de Moïse, sauvé des eaux à sa naissance par la propre fille du pharaon, qui avait décidé de mettre à mort tous les nouveau-nés hébreux, de peur que les fils d'Israël ne deviennent plus nombreux que les Égyptiens. Moïse est ensuite élevé à la cour du Pharaon Sethi Ier avec le futur Ramsès II. Exilé, il reviendra en Egypte pour forcer Ramsès II à libérer son peuple à la suite des dix plaies d'Égypte. En chemin, il reçoit de Dieu les tables de la loi et conduit son peuple vers la terre promise.

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : The Ten Commandments
• Support testé : UHD
• Genre : péplum biblique
• Année : 1956
• Réalisation : Cecil B DeMille
• Casting : Charlton Heston, Yul Brynner, Anne Baxter, Edward G. Robinson, Yvonne De Carlo, Debra Paget, John Derek, Cedric Hardwicke, Vincent Price, Nina Foch, John Carradine, Henri Wilcoxon, Martha Scott, Judith Anderson
• Durée : 3 h 51 mn 26
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1 VistaVision (HDR, HDR10, Dolby Vision)
• Sous-titrage : français, anglais
• Pistes sonores UHD et Blu-ray : DTS-HD MA 5.1 anglais - Dolby Digital 2.0 monophonique français, anglais, espagnol, portugais
• Bonus : Combo avec UHD et Blu-ray du film, 1ère partie et 2e partie (135 mn 45, 95 mn 43)
• Bonus sur le Blu-ray 1 : commentaire audio de Katherine Orrison, auteure de « Written in Stone: Making Cecil B. DeMille's Epic, The Ten Commandments » (VO)
• Bonus sur le Blu-ray 2 : commentaire audio de Katherine Orrison (VO) - archives de la Première à New York (2 mn 24)
• Éditeur : Paramount

Commentaire artistique

Les Dix Commandements constitue l’archétype du péplum biblique en « glorious » Technicolor des années 50. Après une première version muette en noir et blanc qu’il avait réalisé entièrement aux USA en 1923, Cecil B. DeMille va s’attaquer en 1956 à cette colossale vie de Moïse pour laquelle il obtient le financement illimité du studio (budget final estimé d’environ 13 millions de dollars) ! Avec l’aide des meilleurs spécialistes historiques et religieux, il filme son épopée partiellement en Égypte en profitant de la palette somptueuse des couleurs saturées du Technicolor et de la qualité exceptionnelle de la VistaVision, la très haute définition de l’époque. Très peu de gens ont d’ailleurs vu le film sur grand écran en VistaVision : il a surtout été décliné en Scope réducteur (2,35/1 au lieu de 1,85/1) puis dans tous les formats vidéo imaginables (VHS, Laserdisc, DVD, Blu-ray). Or seul l’avènement de l’UHD pouvait resituer au plus près la précision de l’image VistaVision. Rappelons que ce procédé de prise de vue, propriété de Paramount, exploite le film 35 mm conventionnel en le faisant défiler horizontalement ce qui augmente la surface négative de l’image sur 8 perforations et permet ensuite d’exploiter le film selon diverses ratios. En partant des scans 6K du négatif original faits en 2010 et réétalonnés en High Dynamic Range, le résultat ne pouvait qu’être optimal : effectivement, jamais on avait vu une telle copie de ce film pharaonique à tous les sens du terme. Ultime film de Cecil B. DeMille - qui sera affaibli par une crise cardiaque durant le tournage en Égypte - Les Dix Commandements est, à juste titre, considéré comme un chef-d’œuvre du genre et un film culte. Certes le traitement de la Bible y assez manichéen, jouant sur l’opposition tranchée des « esclaves » Hébreux aux maîtres asservisseurs Égyptiens : une vision simpliste dans laquelle certains ont pu décrypter une critique déguisée du communisme en pleine guerre froide (Cecil B. DeMille, homme très religieux de droite, n’a jamais caché ses opinions réactionnaires). Mais nonobstant cette lecture primaire des Écritures assortie d’une bonne part d’invention (romance, simplification des faits) et d’un côté kitsch assumé, le film demeure un exemple abouti du péplum biblique. Le cinéaste, habitué à manier les foules de figurants et à diriger ses stars (le casting est extraordinaire), n’a pas son pareil pour communiquer à l’épopée de Moïse un souffle épique qui demeure sa « marque de fabrique ». Comparée à la version de 1923, dans laquelle l’histoire de Moïse était limitée à la première partie du film, celle de 1956, dominée par les charismatiques Charlton Heston et Yul Brynner, atteste de l’ambition souhaitée et obtenue par le réalisateur pour raconter, à sa manière, la vie du prophète qui libéra le peuple hébreu de la servitude. Cette destinée biblique est si largement fertile en péripéties que Les Dix Commandements peut, encore aujourd’hui, se regarder comme un grand spectacle d’aventures, quelle que soit sa sensibilité religieuse ou politique. L’édition UHD de ce monument du péplum, encore plus agréable à revoir en 4K, est d’une affligeante pauvreté, hormis ses apports techniques. En effet, les bonus, qui datent de 2011, consistent en un commentaire audio NON sous-titré et une maigre bande d’actualités de trois minutes sur la Première à New York. Pas un Making of, pas une analyse, pas un photogramme : désespérant lorsqu’on connaît le contenu de l’édition américaine blu-ray de 2011 (version 1923, séquence colorée de la Mer Rouge, clip en Technicolor bichrome, photographies, Making of de 63 minutes, fac-similé du programme 1956, dessins préparatoires des costumes, etc.). Malgré son austérité éditoriale, l’UHD est néanmoins fortement conseillé pour son excellence technique.

 

UHD Les Dix Commandements

Commentaire technique

Selon un communiqué de Paramount, dans le cadre de la restauration effectuée en 2010, le film a été scanné en 6K et ces fichiers ont servi de base à cette nouvelle version Dolby Vision (HDR), qui met en valeur la qualité du négatif original VistaVision. Le format VistaVision utilise une caméra spéciale dans laquelle le négatif 35 mm défile horizontalement afin d’obtenir une image plus large répartie sur huit perforations avec une résolution deux fois supérieure au 35 mm normal. Paramount a consacré plus de 150 heures à un nouveau travail sur les couleurs en Dolby Vision et au nettoyage du scan afin d'améliorer l'aspect du film : les noirs sont renforcés et des améliorations ont été apportées pour lisser les mattes des effets spéciaux.

Image : copie UHD, nouveau Master tiré de la restauration 6K de 2010 avec réétalonnage HR10/Dolby Vision, très belle définition et excellent piqué qui ne peuvent pas néanmoins rivaliser avec ceux d’un film plus récent, grain argentique discret et homogène (tournage en 35 mm horizontal, Master Format 4K), restitution magnifique des textures (architecture, costume, grain de peau) mais l’ultra haute définition ne pardonne pas aux surimpressions (grain plus épais) et aux inserts (liserés noirs des détourages très visibles), excellent contraste qui est, en HDR, à la hauteur des éclairages sophistiqués (très artificiels parfois) d’époque avec parfois un peu de densité sur les chairs, étalonnage chaud et régulier qui flatte la colorimétrie aux tons saturés du Technicolor et la riche palette des couleurs somptueusement nuancées en HDR

LA SUITE APRÈS LA PUB

Son : mixage anglais 5.1 (à l’origine le mixage VistaVision s’effectuait en Perspecta Stereophonic Sound), dialogues clairs au centre, excellente dynamique qui favorise la partition épique inoubliable d’Elmer Bernstein, pas de saturation ou de distorsion, spatialisation contenue aux effets surrounds limités (orchestre, chars, grondement de la mer) et au LFE ponctuellement efficace (bloc en mouvement, chars, obélisque), aigus légèrement limités ; VF 2.0 monophonique, ancienne et datée, doublage soigné mais voix pas assez intégrées aux ambiances sonores

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile demi rougeetoile griseetoile griseetoile grise(1,5/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0049833/

 

Combo UHD/Blu-ray disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus