PUBLICITÉ

Kuso : l'art de la pustule ou l’acmé du mauvais goût (en Blu-ray, DVD et VOD)

Blu ray Kuso 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile griseetoile griseetoile grise(2/5)

Synopsis

Un tremblement de terre a anéanti Los Angeles, laissant les survivants tels des mutants décrits par quatre vignettes surréalistes (Royal, Mr. Quiggle, Smear et Sock) interrompues par des animations, des émissions de télévision et un reportage interrompu par le rappeur Busfriver…

• Titre original : Kuso
• Support testé : Blu-ray
• Genre : comédie d’horreur corporelle, fantastique
• Année : 2017
• Réalisation : Flying Lotus (Steve Ellison)
• Casting : Hannibal Buress, George Clinton, David Firth, Arden Banks, Byron Bowers, Shane Carpenter, Regan Farquhar, Pretty Ricki Fontaine
• Durée : 1 h 33 mn 30
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,40/1
• Sous-titrage : français
• Piste sonore : DTS-HD MA 5.1 anglais
• Bonus : Kuso vu par Maxime Lachaud (37 mn 45) - bande annonce (1 mn 05) - DVD du film
• Éditeur : Potemkine

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

Kuso est une expérience éprouvante à déconseiller aux âmes sensibles et à toutes les personnes délicates. En effet cette « œuvre » inclassable ne lésine jamais sur les scènes gore et scatophiles. Structuré comme un film à sketches dont les segments seraient vaguement intégrés à une trame très lâche articulée sur un après tremblement de terre, Kuso reste très difficile à regarder, compliqué à définir et encore plus à défendre. Kuso a été écrit et réalisé par le rappeur Flying Lotus (Steven Ellison) dont certains clips antérieurs attestaient son intérêt pour le cinéma : son clip « Royal », montré en 2016 au Festival de Sundance, est d’ailleurs devenu le segment d’ouverture du long métrage. Qu’a voulu signifier l’artiste avec cette avalanche de séquences délibérément choquantes ? Le film oscille en permanence entre la grossièreté extrême et absolue (excréments, pustules, crachats, sexe, etc.) et l’illogisme biscornu propre au surréalisme : Kuso est donc autant un film de genre écœurant qu’une expérience artistique reflétant l’imagination singulière et débridée de son auteur. Difficile de cerner les intentions du cinéaste dont on pressent certaines influences majeures comme David Lynch, David Cronenberg ou Alejandro Jodorowsky. La vision de Kuso déconcerte : sans réelle intrigue et démultipliant à l’extrême les saynètes, le spectateur aura bien du mal à déceler une quelconque connexion narrative de l’ensemble. Si la forme est fascinante avec ses images chocs, ses collages et ses intermèdes animés, le fond laisse totalement de marbre et ne procure aucune autre émotion qu’un dégoût pour ce spectacle malsain. Véritable éloge de l’obscénité, fondée sur l’expectoration, les fluides corporels et la décomposition, Kuso accumule les qualificatifs désobligeants : révoltant, méchant, déplaisant. Avec son parti-pris, délibérément assumé exprimé dans certains plans, Kuso ne conclut-il pas avec une pointe d’humour : « l’art c’est de la merde », tout un programme ! Certains ont osé le comparer à Salo ou les 120 Journées de Sodome (1976) de Pier Paolo Pasolini mais c’est faire trop d’honneur à ce cocktail de collages et d’images ni fascinant à voir, ni agréable à expérimenter. Le spectateur est prévenu : Kuso est un film épreuve surréaliste, certes créatif, mais qui fonctionne comme un happening excrémentiel difficilement soutenable qu’il n’est pas indispensable de s’infliger…

 

Blu ray Kuso

Commentaire technique

Image : copie HD, définition variable selon les plans réalisé avec un grande variété de format pour l’essentiel en argentique (tournage avec Arri Alexa Mini, Arriflex 416 et Panavision Panaflex Gold II en argentique 16 / 35 / 8 mm et en numérique, Master Format 2K), image claire au contraste plus ou moins forcé, étalonnage vif et chatoyant, colorimétrie clinquante aux tons hypersaturés

Son : mixage anglais 5.1, voix claires, excellente dynamique qui profite à la bande musicale signée Aphex Twin, Flying Lotus et Akira Yamaoka, spatialisation aux effets surrounds appuyés, usage efficace du canal LFE

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixage sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt6131712/

 

Combo Blu-ray/DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus