PUBLICITÉ

Ema : chorégraphie pour une maternité obsessionnelle (en Blu-ray, DVD et VOD)

Blu ray Ema 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)

Synopsis

Valparaíso, de nos jours. Ema, jeune danseuse mariée à Gastón, chorégraphe de renom, est hantée par les conséquences d'une adoption qui a mal tourné. Elle décide de transformer sa vie et se lance dans une odyssée de libération personnelle…

• Titre original : Ema
• Support testé : Blu-ray
• Genre : drame
• Année : 2019
• Réalisation : Pablo Larrain
• Casting : Mariana Di Girólamo, Gael García Bernal, Santiago Cabrera, Paola Giannini, Cristián Suárez, Giannina Fruttero, Josefina Fiebelkorn, Mariana Loyola
• Durée : 1 h 46 mn 49
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,39?/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 5.1 et 2.0 espagnol
• Bonus : clip Real de E$tado Unido (feat. Stéphanie Janaiana) (3 mn 12) - chanson Destino de E$tado Unido (audio, 3 mn 03) - bande annonce du film (1 mn 44) - livret (16 pages) avec interview de Pablo Larrain par Jean-Christophe Ferrari (Transfuge) et de Mariana Di Girólamo par Cédric
• Éditeur : Potemkine

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

C’est au cinéaste chilien Pablo Larrain, auteur de films singuliers et forts sur son pays (Post Mortem, 2010, El Club, 2015) que l’on doit Ema, ce drame qui se déroule dans le Chili actuel et que le réalisateur qualifie de méditation sur la danse et la maternité. Le scénario d’Alejandro Moreno et Guillermo Calderón aborde la difficulté d’un couple qui évolue dans le milieu de la danse : Gastón, chorégraphe renommé, et son épouse danseuse Ema. Cette dernière, conçue comme une synthèse de la féminité, se révèle moins fantasque qu’elle n’en donne l’impression : par le truchement d’une narration habile et subtile, la mise en scène de Pablo Larrain va progressivement laisser devenir le propos très structuré de cette jeune femme chaotique, poussée par le désir de remettre de l’ordre dans sa vie affective et familiale et écartelée entre la rigueur de son art et le désordre de ses pulsions. Comme dans un film à suspense, l’incohérence apparente du drame et de l’attitude de ses protagonistes trouvera, en fin de compte, son aboutissement logique. C’est en construisant son scénario en cours de tournage et ne le révélant pas à ses comédiens que Pablo Larrain a obtenu cette authenticité émotionnelle qui caractérise son film à la manière de Pier Paolo Pasolini (notamment dans l’inspirant Théorème cité par Pablo Larrain). Pour développer son histoire et dépeindre le portrait troublant de cette jeune femme insaisissable, en quête d’amour et de maternité, le cinéaste a pu compter sur le talent et la grâce de Mariana Di Girólamo, interprète idéale conjuguant l’énergie de son rôle et l’ambigüité des actes de cette femme assez déroutante de prime abord, notamment comme pyromane imprévisible, mais finalement plutôt empathique. Il retrouve aussi son comédien fétiche, Gael García Bernal, tout à fait convaincant en chorégraphe démuni et dépassé confronté aux aspirations nouvelles de la jeune génération. L’ingrédient omniprésent du drame étant la danse, Ema a des allures lointaines de comédie musicale enchaînant plusieurs numéros musicaux très maitrisés, servis par une caméra mobile et par une musique rythmée, en particulier le reggaeton, emblématique de la génération d’Ema. Filmé à Valparaiso par Sergio Armstrong, en 35 mm au grand-angle, Ema est un film en mouvement qui soigne sa photogénie chatoyante, presqu’insolite, puisant dans une certaine palette chromatique picturale (Chagall, Gauguin) pour s’accorder avec le rythme syncopé de la nouvelle culture pop. Au-delà de la fascinante complexité de sa trame et de ses personnages Ema est, surtout, passionnant pour l’art de la mise en scène déployé par son réalisateur qui excelle à mélanger les genres et à déstabiliser le spectateur. Il faudra d’ailleurs être persévérant car Ema n’est pas un film évident : le flottement apparent de son intrigue ne sera clairement dissipé que dans les dernières scènes qui donnent au récit tout son sens et révèlent alors la plénitude de sa démarche. Un film au-delà des apparences : brillant, mais déroutant et exigeant.

 

Blu ray Ema

Commentaire technique

Image : copie HD, bonne définition et piqué honorable sur les détails, contraste bien maitrisé, image lumineuse, étalonnage chatoyant, colorimétrie aux teintes vives très contrastées

Son : mixage espagnol 5.1, dialogues clairs au centre, splendide dynamique qui profite surtout à la musique reggaeton de Nicolas Jaar, spatialisation spectaculaire qui utilise efficacement les surrounds sur les ambiances en général mais recourt fréquemment aux surrounds arrières pour déporter la musique, LFE bien maitrisés

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleue(4,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile griseetoile griseetoile grise(2/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt8800266/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus