PUBLICITÉ

À bout de souffle 4K : édition Collector 60ème anniversaire pour ce film référence (en UHD et Blu-ray)

UHD A Bout de souffle 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5).

Synopsis :

À Marseille, Michel Poiccard, un jeune voyou, vole une voiture et tue le motard qui le poursuivait. A Paris, il retrouve, sur les Champs-Élysées, Patricia, une jeune américaine qui vend le New York Herald Tribune. Il lui propose de le suivre en Italie…

• Titre original : À bout de souffle
• Support testé : UHD
• Genre : drame
• Année : 1960
• Réalisation : Jean-Luc Godard
• Casting : Jean-Paul Belmondo, Jean Seberg, Daniel Boulanger, Jean-Pierre Melville, Jean-Luc Godard, Henri-Jacques Huet, Roger Hanin, Claude Mansard
• Durée : 1 h 30 mn 15
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,37/1 Noir et Blanc (Dolby Vision, HDR)
• Sous-titrage : français, allemand, anglais
• Pistes sonores : LPCM 2.0 monophonique français, allemand
• Bonus : Coffret collector 60ème anniversaire contenant l'UHD 4K et le Blu-ray du film - un livret rédigé par Guillemette Odicino (40 pages) - 4 cartes postales de photos du film - le vinyle 33T de la bande originale du film composée par Martial Solal - l'affiche 2020 du film
• Bonus sur l’UHD et le Blu-ray : Toujours pas... À bout de souffle, sur l'influence du film par Cédric Klapisch, Albert Dupontel, Guillaume Canet, Christophe Lambert et Antoine Duléry (2020, inédit, 33 mn 02) - bande annonce 2020 (1 mn 19)
• Bonus sur le Blu-ray : introduction de Colin MacCabe, producteur et écrivain (4 mn 42) - Chambre 12, Hôtel de Suède de Claude Ventura et Xavier Villetard (1993, 78 mn 50, réalisé par Claude Ventura) - Godard Épisode Tempo (16 mn 31) - interview de Jefferson Hack (8 mn 15)
• Éditeur : StudioCanal

LA SUITE APRÈS LA PUB

Commentaire artistique

Sorti en 1960, À bout de souffle fête donc cette année ses 60 printemps sans une ride. Pour saluer dignement cet anniversaire, le film a subi une restauration exemplaire à partir du négatif original pour sa ressortie d’abord au cinéma, puis dans cette édition UHD Collector qui, malgré son prix excessif (le coffret inclut le 33 t vinyle de la musique, l’affiche etc.), mérite d’être en bonne place dans toute vidéothèque de cinéphile digne de ce nom ! Immense surprise lorsque le film est sorti en 1960, À bout de souffle n’est pas précisément le premier film projeté de la Nouvelle Vague, qui allait influencer en profondeur le cinéma international, mais c’est manifestement le plus emblématique et le marqueur de ce changement radical dans la manière de faire du cinéma. Si le film est selon son auteur « un thriller, un film de gangster », À bout de souffle bouscule toutes les règles du cinéma classique et applique un nouveau langage cinématographique dont l’influence se fait ressentir encore aujourd’hui (cf. bonus instructif de 2020 : Toujours pas... À bout de souffle) et qui n’a pas eu vraiment d’autre équivalent dans l’histoire du 7e Art, à l’exception du Dogme95. Décidés à quitter la pesanteur et le corporatisme des studios, les adeptes de la Nouvelle Vague, issus des Cahiers du cinéma avec, entre autre, Jean-Luc Godard, vont désormais filmer à l’extérieur en lumière naturelle (à Marseille et surtout à Paris en 1959 dans À bout de souffle) en profitant de la miniaturisation des caméras (Caméflex dans ce film) et de la sensibilité accru des émulsions qui permettent la prise de vue directe avec appareil porté à l’épaule et éclairages minimalistes. Cependant, contrairement à leur préconisation d’une prise de son synchrone en direct, rendue possible par des magnétophones devenus compacts (Nagra), À bout de souffle sera filmé sans prise de son, puis postsynchronisé en studio. Le film est réalisé dans la plus totale improvisation même si son réalisateur affirmera plus tard qu’il n’en n’était rien. Ses comédiens sont choisis pour leur jeunesse et pour leur physique non conventionnel : Jean-Paul Belmondo n’a pas l’allure du héros policé habituel et l’apparence masculinisée de Jean Seberg contraste avec le type de la femme séductrice classique. Filmés au naturel sans maquillage, les acteurs reçoivent leurs dialogues à la dernière minute. Le montage télescope certaines scènes, avec faux raccords, erreurs de continuité et sautes narratives (jump-cut, une invention dictée par la nécessité de réduire le minutage du film !), et manipule parfois les dialogues et les sons, donnant la fausse impression d’un film bâclé. Les expérimentations sont multiples et révolutionnaires comme ce plan dans lequel le héros Michel Poiccard regarde la caméra pour s’adresser directement au spectateur et conclure par sa réplique culte : « …Allez-vous faire foutre ! ». Ce héros charismatique, à la beauté singulière et fan d’Humphrey Bogart, n’a pas sa langue dans sa poche mais il n’aspire qu’à l’amour de la belle Patricia, tout en menant une existence d’oisif autonome, rebelle à tous les codes moraux et sociaux. Dans ce film foncièrement impertinent, les références au polar (Jean-Pierre Melville y joue un écrivain) et au cinéma américain (dédicace à Monogram Pictures, scène avec une apparition hitchcockienne de Jean-Luc Godard, etc.) abondent. Jean-Luc Godard avait conçu son film, sur une idée initiale de François Truffaut et de Claude Chabrol (inspirée par un fait-divers), comme un hommage au polar noir de série B. Le film sera financé a minima par Gorges de Beauregard et bouclé en 21 jours. Plus d’un demi-siècle après sa sortie, À bout de souffle est considéré comme un film visionnaire qui modifia irrémédiablement la conception du cinéma et dont la vision au fil des années n’a jamais altéré le caractère novateur. Disséqué, commenté, expliqué, À bout de souffle est devenu une référence du 7e Art, capable de créer encore aujourd’hui la polémique, et qui concrétisa le talent d’un cinéaste de génie dont le style peut déconcerter. En révélant les richesses insoupçonnées du langage cinématographique, À bout de souffle a définitivement changé les perspectives de 7e Art et produit une influence durable. C’est pourquoi il faut le voir (ou le revoir) : un plaisir de cinéphile d’autant plus accru que la restauration 4K est remarquable.

 

UHD A Bout de souffle

Commentaire technique

La restauration couteuse du film (100 000 €) en 4K pour StudioCanal a nécessité deux années de travail effectué par le laboratoire L’immagine ritrovata (Paris) à partir du négatif original et d’un marron (contretype pour tirage des copies) de première génération pour certains plans (bobines 1, 3, 5, 6). Le négatif avait souffert : perte d’émulsion, images manquantes, déchirures, textures variées (pellicule Gevaert Belgium et pellicule photo Ilford IPS Panchromatic). L’étalonnage a été réalisé par référence à la copie restaurée de 2009 (à partir d’un marron et non du négatif original) validée par le chef opérateur du film Raoul Coutard, décédé en 2016 puisque Jean-Luc Godard contacté a indiqué ne plus « regarder ses œuvres du passé ». Le son a été restauré à partir du négatif son original en bon état.

Image : copie HD, bonne définition mais loin des standards actuels car la restauration a souhaité conserver intégralement le grain argentique et l’aspect du film (tourné en 35 mm noir et blanc) tel qu’il était à sa sortie en « respectant intégralement les intentions artistiques de l’équipe du film ». L’image est donc précise mais sans excès, avec un contraste adouci jamais appuyé mais très bien nuancé en basse lumière (HDR) qui respecte même les nuances des pellicules différentes utilisées au tournage, étalonnage qui évite l’esbroufe et privilégie un équilibre subtil entre les plans, gris nuancés, image propre et stabilisée

LA SUITE APRÈS LA PUB

Son : mixage PCM français 2.0 monophonique, sans distorsion, dialogues postsynchronisées (caméras utilisées trop bruyantes) très clairs, superbe dynamique qui profite à la musique énergique jazzie de Martial Solal, ambiances naturalistes équilibrées, une magnifique transcription sonore sans aucun défaut

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0053472/

Combo Collector Blu-ray/DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



PUBLICITÉ

Abonnez-vous à notre newsletter

 

ON-mag fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus