Toni : l’âpreté naturaliste selon Jean Renoir (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Toni 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)

Synopsis

Toni, un ouvrier immigré, devient l'amant de sa logeuse, Marie, et l'épouse. Il est en réalité amoureux de Josepha qui a été contrainte de se marier avec un contremaître brutal. Celle-ci est surprise par son mari alors qu'elle essaie de lui voler son argent pour s'enfuir.

• Titre original : Toni
• Support testé : Blu-ray
• Genre : drame
• Année : 1935
• Réalisation : Jean Renoir
• Casting : Charles Blavette, Édouard Delmont, Celia Montalván, Jenny Hélia, Max Dalban, Andrex, Michel Kovachevitch, Paul Bozzi
• Durée : 1 h 24 mn 25
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,37/1 Noir et Blanc
• Sous-titrage : français, anglais
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique français
• Bonus : L'Enquête sur l'enquête, documentaire avec les interventions de Sylvie Morata, responsable de la Cinémathèque Gnidzaz de Martigues, Maud Blasco, directrice des archives communales de Martigues, Lucile Node, archiviste de la commune de Martigues et Sophie Bertran de Balanda, directrice des services culturelles de Martigues (48 mn 28, réalisation de Roland-Jean Charna) - Toni restauré (2 mn 04)
• Éditeur : Gaumont

Commentaire artistique

C’est à partir d’un fait divers local, « le crime de Martigues » (cf. bonus très détaillé sur l’affaire), dont le procès qui s’en suivit défraya la chronique, que Jean Renoir a élaboré Toni, un drame naturaliste réalisé en 1935. Le 23 janvier 1930 le corps d’un ouvrier originaire d’Italie Venturino Giulani est découvert dans les collines de Canter-Perdrix : il a été assassiné par son épouse Anna et son amant, Enrico Marchese. Ce seront les trois personnages du triangle amoureux fatal de Toni : Albert, le mari contremaitre autochtone, Josefa, l’épouse espagnole et Toni, l’amant immigré italien. Le scénario et les dialogues de Jean Renoir et de Carl Einstein (non crédité au générique) s’inspirent de la réalité triviale de ce crime, largement documenté grâce aux informations détaillées communiqués par Jacques Mortier, commissaire en charge de l’enquête. Le cinéaste de gauche, au-delà du tragique fait-divers, voit dans cette histoire l’opportunité de traiter les problèmes sociaux-économiques qui minent la région. C’est grâce à Pierre Gaut, un collectionneur reconverti en producteur, que Jean Renoir va pouvoir tourner sur place, pour les films Marcel Pagnol, sa version des faits qu’il transpose près du viaduc de Caronte et au bord de l’étang de Berre et qu’il ponctue de chants interprétés par le guitariste corse Paul Bozzi. Anticipant les innovations de la Nouvelle Vague, il décide de tourner Toni uniquement en décors naturels avec une prise de son en direct, un recrutement de personnes locales comme interprètes secondaires et en filmant ses acteurs professionnels au naturel sans maquillage. Par-delà la dramatisation de l’intrigue, Toni semble emprunter la rigueur et la sécheresse documentaire qui caractériseront le néo-réalisme italien. Pourtant, en dépit d’une description de la misère agricole et de l’exploitation de l’immigration, qui paraît sans concession, la réalité filmée est loin d’être aussi sordide que les conditions de vie effectives telles que dépeintes dans les archives en partie publiées dans l’ouvrage « Du fait divers à l’écran » paru en 2019. Habilement découpé et interprété avec une certaine emphase, pas toujours très crédible, Toni bénéficie de la photographie maitrisée de Claude Renoir, le neveu du cinéaste. Ce film exceptionnel, preuve du talent de Jean Renoir à transcender la trivialité, réussit la gageure de fusionner la fiction de ses personnages, intensément caractérisés, au réalisme ambiant d’un tournage en décors naturels, loin des artifices sophistiqués des studios (éclairages, mouvement complexes d’appareil, etc.). Malgré la conviction de ses interprètes, Celia Montalván (Josepha) et Charles Blavette (Toni), bien épaulés par Jenny Hélia (Marie) et Max Dalban (Albert), le film connaîtra hélas l’échec à sa sortie et sera remonté avec la suppression de scènes décisives désormais perdues. Toni, film unique dans le cinéma français des années 30, est une œuvre incontournable du « patron » Jean Renoir.

 

Blu ray Toni

Commentaire technique

Restauration 4K par L’Image Retrouvée en 2019 à partir du négatif image et son nitrate conservé chez Gaumont et un marron conservé à la Cinémathèque française

Image : copie HD, superbe définition compte tenu de la date du film et rarement prise en défaut, conservation du grain argentique discret et homogène, très bonne gestion du contraste, noirs denses, échelle des gris équilibrée, défauts gommés, image très propre

Son : mixage français 2.0 monophonique, dialogues clairs mais affectés par un souffle discret, spectre très limité dans les aigus très perceptibles sur les divers chants qui ponctuent l’histoire

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)
Mixage sonore : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile griseetoile grise(3/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0025898/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework