Rio Grande : un intéressant western fordien de commande (en Blu-ray, DVD et VOD)

Blu ray Rio Grande 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)

Synopsis

Peu après la guerre de Sécession, l'attention se tourne vers les indiens apaches. L'officier Kirby York est en charge de l'entraînement de 15 nouvelles recrues parmi lesquelles se trouve son fils qu'il n'a pas vu depuis 15 ans. Alors qu'il entraîne son fils à se battre contre les apaches, Kirby voit arriver la mère de celui-ci qu'il n'a pas vu non plus depuis des années…

• Titre original : Rio Grande
• Support testé : Blu-ray
• Genre : western
• Année : 1950
• Réalisation : John Ford
• Casting : John Wayne, Maureen O'Hara, Ben Johnson, Claude Jarman Jr., Harry Carey Jr., Chill Wills, J. Carrol Naish, Victor McLaglen
• Durée : 1 h 45 mn 06
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,37/1 Noir et Blanc
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais, français
• Bonus : Making of avec Leonard Maltin (SD, 1993, 20 mn 26) - présentations par Jean-François Giré (14 mn 20) et par Patrick Brion (14 mn 11) - bandes annonces (1 mn 34, 1 mn 38) - DVD du film - livre « John Ford et John Wayne » par Patrick Brion (96 pages)
• Éditeur : Sidonis Calysta

Commentaire artistique

L’histoire est connue : c’est pour réaliser L’Homme tranquille (1952) en couleurs, un projet qu’il a en tête depuis 1936, que John Ford accepta de tourner Rio Grande en noir et blanc, troisième et dernier volet de qu’il est convenu d’appeler son « cycle de la cavalerie » (avec Le Massacre de Fort Apache, 1948, et La Charge héroïque, 1949) interprété par son acteur fétiche, John Wayne, qu’il dirige depuis Mother Machree (1928). Rio Grande est un western à part dans la filmographie du réalisateur : abandon du Technicolor pour un magnifique noir et blanc, tournage en Utah à Moab (la Colorado River faisant office de Rio Grande) et non pas à Monument Valley, abondance de scènes chantées par le groupe country Sons of the Pioneers. Cependant pour ce film, le cinéaste retrouve la belle irlandaise Maureen O’Hara qu’il avait dirigée dans Qu’elle était verte ma vallée (1941) et constate que le couple formé avec John Wayne marche à merveille, anticipant celui, mémorable, de L’Homme tranquille. Plusieurs autres familiers sont au générique : Victor McLaglen en inénarrable sergent-major, Ben Johnson, cascadeur devenu acteur, qui accomplit avec Claude Jaman et Harry Carey Jr. une belle prouesse hippique, et J. Carrol Naish, impressionnant en général Sheridan, sans oublier les nombreux figurants Navajos (qui jouent des Apaches) dont le sort était une réelle préoccupation pour le réalisateur. Souvent mésestimé, y compris par son auteur, Rio Grande a été produit à l’économie par la Republic Pictures (Herbert J. Yates) grâce à un contrat qui conditionnait son tournage (mêmes techniciens et mêmes acteurs) comme le préalable obligatoire à celui de L’Homme tranquille. Ce tournage imposé ne s’est pas fait pas sans acrimonie, ni complications, révélant ponctuellement - c’est Maureen O’Hara qui l’a écrit - la dureté dans laquelle pouvait sombrer John Ford. Réalisé en pleine guerre de Corée, Rio Grande expose à sa manière métaphorique comment il faut écraser l’ennemi, symbolisé en l’occurrence par les indiens pour défendre la liberté et des valeurs traditionnelles de l’occident ! Néanmoins, malgré ce contexte peu glorieux, Rio Grande possède les qualités des grands films de John Ford : personnalités, souvent en confit, à la forte humanité, scènes exemplaires parfois inoubliables, touche de romanesque teintée de croyance religieuse. Rio Grande se caractérise par une rare modération des scènes d’action au profit d’une description très soignée de l’ordinaire d’une troupe de cavalerie, ponctuée par la trivialité « épique » du quotidien (soigner et entraîner les chevaux, partager une tente, etc.). John Ford n’a pas son pareil pour nous faire partager cette intimité et cette tranquillité qui peuvent, à tout moment (ce qui arrivera), être brutalement interrompue. Dans ces instants-là, plus que dans la fureur de l’action, John Ford sait admirablement évoquer les passions et les rendre communicatives au spectateur. Rio Grande, est bien plus qu’un simple western de commande, c’est un drame familial poignant que la seule présence de Maureen O’Hara suffirait à recommander, sans compter ce style inoubliable que John Ford a toujours su insuffler à ses films.

 

Blu ray Rio Grande

Commentaire technique

Image : copie HD, excellente définition, issue apparemment d’un nouveau scan, grain argentique conservé et bien géré (tournage en 35 mm), bon piqué sur les détails, image nettoyée très propre, contraste modéré, étalonnage homogène, noirs profonds et gris bien étagés

Son : mixage anglais 2.0 monophonique, dialogues clairs, belle dynamique qui profite à la musique de Victor Young et aux sept chansons interprétées par les Sons of the Pioneers, pas de distorsion, spectre aéré aux aigus convenables ; VF 2.0 monophonique, datée avec des voix détachées peu naturelles

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0042895/

 

Combo Blu-ray/DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework