Gladiator 4K Steelbook 20e anniversaire : le renouveau du péplum (en UHD et Blu-ray)

UHD Gladiator 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5).

Synopsis :

La famille de Maximus Decimus Meridius, général romain renommé, est anéantie par Commode devenu empereur après avoir tué son père Marc-Aurèle. Survivant, mais réduit à l'état de gladiateur dans l'école de Proximo, Maximus cherche à se venger...

• Titre original : Gladiator
• Support testé : UHD
• Genre : péplum, historique, action
• Année : 2000 (version cinéma) - 2005 (version longue)
• Réalisation : Ridley Scott
• Casting : Russell Crowe, Joaquin Phoenix, Connie Nielsen, Oliver Reed, Richard Harris, Derek Jacobi, Djimon Hounsou, David Schofield
• Durée : 2 h 50 mn 56 (version longue) - 2 h 34 mn 58 (version cinéma)
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,39/1 (HDR 10, Dolby Vision)
• Sous-titrage Blu-ray : français, anglais, italien, allemand, espagnol, portugais, néerlandais, danois, finnois, norvégien, suédois, chinois, allemand, italien
• Sous-titrage UHD : français, tchèque, danois, néerlandais, finlandais, grec, norvégien, russe, suédois, anglais
• Pistes sonores UHD : DTS-X et DTS-X Headphone anglais - DTS 5.1 français, tchèque, russe
• Piste sonore blu-ray : DTS-MA HD 5.1 anglais - DTS 5.1 français, italien, allemand, espagnol, portugais
• Boîtier métal SteelBook limité 20ème anniversaire avec UHD Blu-ray 4K , Blu-ray du film en version longue et cinéma, Blu-ray des bonus
• Bonus VOST sur l’UHD et le Blu-ray du film : commentaire audio de Ridley Scott, Pietro Scalia, monteur, et John Mathieson, directeur de la photographie sur la version cinéma - commentaire audio de Ridley Scott et Russell Crowe sur la version longue (VOST) - introduction de Ridley Scott sur la version longue (0 mn 31)
• Bonus sur le blu-ray du film : U-Control sur les deux versions : Les manuscrits du savoir, piste d'anecdotes avec fonction d'accès à des modules de tournage - Visions d'Elysium, portail de sujets : « marquez » des moments particuliers du film, et retrouvez les bonus s'y rapportant sur le blu-ray de bonus
• Blu-ray des bonus en U-Control :
Visions d'Elysium : portail de sujets : pour retrouver les informations correspondantes aux moments « marqués » pendant le visionnage du film
Force et honneur : la création du monde de Gladiator (3 h 15 mn 46) : La légende des scribes, le développement de l'histoire (34 mn 04) - Les outils de guerre, les armes (12 mn 56) - La tenue du royaume, les costumes (19 mn 41) - Au cœur de la bataille, journaux de production (65 mn 55) - Ombres et poussière, la résurrection de Proximo (24 mn 32) - La gloire de Rome, effets visuels (20 mn 12) - L’éco éternel, la sortie du film et son impact (18 mn 26)
• Image et design : story-board - galerie des costumes - galerie des photographies - abécédaire des armes : SimonAtherton
• Séquences abandonnées et scènes coupées : générique alternatif - vision sanglante (avec commentaire audio optionnel) - combat contre le rhinocéros (avec commentaire audio optionnel) - le choix des armes - le coffre au trésor
Les archives auréliennes (SD) : Making of du film (25 mn 03) - Les jeux de Gladiator : le jeu sanguinaire des romains (50 mn 04) - Hans Zimmer : la musique de Gladiator (20 mn 42) - une soirée avec Russell Crowe (27 mn 15) - Maximus non censuré, entre les scènes avec Russell Crowe (8 mn) - Mon carnet de gladiateur de Spencer Treat Clark qui joue Lucius - Exploration des effets spéciaux, la Germanie & Rome (23 mn 50) - bandes annonces (2 mn 37) - 20 spots TV (8 mn 55)
• Éditeur : Universal Pictures video

Commentaire artistique

Lorsqu’en 2000, Ridley Scott hérite de la réalisation de Gladiator, le genre péplum a fait son temps et ne passionne plus guère les foules. C’est David Franzoni, scénariste acclamé pour son écriture de Amistad (1997), qui propose une histoire qui serait inspirée du roman « Those About Die » (1958) de Daniel P. Mannix. Fasciné par le tableau « Pollice verso » (1872) de Jean-Léon Gérôme, le cinéaste se lance dans la préparation du film : le scénario moult fois révisé doit narrer l’histoire d’une général romain Maximus Decimus Meridius rabaissé au statut de gladiateur et décidé à se venger de l’empereur Commode. Sans que jamais ce ne soit vraiment avancé par l’équipe - Ridley Scott avoue avoir été influencé par Ben-Hur (1959) et Spartacus (1960) - ou clairement dit dans les bonus, Gladiator est un remake déguisé et modernisé d’une superproduction remarquable : La Chute de l’Empire romain d’Anthony Mann (1964), à laquelle on aurait ajouté des emprunts de Spartacus de Stanley Kubrick (1960). Plus fort : il a été noté que la scène du triomphe de Commode copie une parade d’Adolf Hitler dans Le Triomphe de la volonté (1934) de Leni Riefenstahl ! Avec un budget conséquent (100 millions de $), des lieux de tournages éparpillés (Angleterre, Maroc et Malte), une figuration imposante et de nombreux effets spéciaux numériques, Gladiator relève de la superproduction : un pari risqué en 2000 ! C’était sans compter sur le talent inné de Ridley Scott à évoquer des univers singuliers (Les Duellistes en 1977, Alien en 1979, Blade Runner en 1982…) dans des films souvent devenus cultes. Gladiator n’échappa pas à cette réussite et deviendra un blockbuster international couronné par cinq Oscars dont trois techniques (costume, son, effets visuels) et deux artistiques : meilleur film et meilleur acteur (Russell Crowe). Le comédien initial souhaité par Ridley Scott était Mel Gibson mais celui-ci empêché conseilla son compatriote Russell Crowe qui composa idéalement, mais pas toujours dans la nuance, l’empathique Maximus. Le casting comptait des acteurs réputés : Oliver Reed (mort en cours de tournage : le film lui est dédié), Joaquin Phoenix qui incarne Commode comme un nouveau Caligula, Richard Harris très… impérial, Derek Jacobi, sénateur exemplaire et une seul femme, la danoise Connie Nielsen qui joue la belle Lucilla, la fille de Marc-Aurèle. Avec son savoir-faire coutumier et une équipe technique talentueuse, Ridley Scott a su marier parfaitement les ingrédients, gages de réussite : une épopée épique (dès la bataille d’ouverture), une reconstitution convaincante, des caractères fascinants, un rythme soutenu (même dans la version longue), une modernisation agréable de l’antiquité. Mais qu’on ne s’y trompe pas, Gladiator est loin d’être fidèle à l’Histoire et à l’archéologie, quoi qu’en disent ses auteurs et comme l’atteste le désaveu de plusieurs conseillers historiques du film (Ridley Scott fera pire avec Exodus : Gods and Kings en 2014). Gladiator aligne les contre-vérités, traite l’Histoire par-dessus la jambe et sa reconstitution hypertrophiée du Colisée, partiellement réalisée par informatique, manque vraiment de crédibilité. Néanmoins porté par la musique (envahissante) de Hans Zimmer, Gladiator, distrayant et grandiose, qui relança par la suite le goût pour le péplum, n’a rien perdu de sa fougue, sublimé visuellement par une version 4K digne d’éloge et dotée d’un mixage DTS-X sensationnel. Impressionnant.

 

UHD Gladiator

Commentaire technique

La restauration a été assurée en 2011 chez Technicolor (ex Laser Pacific) par Lou Levinson sur des scans 6K effectués à partir du négatif caméra original, C’est ce scan qui a servi au Master 4K natif unique au disque UHD : un Master et un cadrage différents de ceux du Blu-ray.

Image : copie UHD, excellente définition globale (néanmoins pas aussi précise que sur une image issue d’un tournage numérique), du piqué sur les détails et sur la restitution des textures, grain argentique homogène et quasi imperceptible (tournage en 35 mm avec caméras Aaton III, Arriflex 35-III, Panaflex Gold II et Platinium, Master Format 2018 4K), très bonne gestion des contrastes grâce au HDR dans les scènes complexes (basse lumière, lever et coucher de soleil…) avec parfois une densité un peu élevée, étalonnage naturaliste chaud avec une colorimétrie réaliste somptueuse, extrêmement bien restituée en HDR, teintes chatoyantes, tons nuancés, image très propre débarrassée de tout défaut éventuel

Son : mixage anglais DTS-X (avec noyau DTS-HD MA 7.1 compatible), grande clarté des dialogues au centre, dynamique élevée profitant aux ambiances (combats, foule) et à la musique épique d’Hans Zimmer, spatialisation du remix ample, spectaculaire et immersive grâce à un usage efficace des surrounds, spécialement des canaux de hauteur (chocs dans la première bataille, catapultes, bruits de l’arène : foule, animaux, armes…), excellente gestion des graves (LFE) qui apportent leur lot de sensations sonores ; VF 5.1 assez soignée non exempt de dynamique mais qui perd toute l’ampleur immersive de la VO et qui manque, bien évidemment, de naturel car les voix, comme souvent, sont mixées trop en avant

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rouge(4,5/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleue(5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rouge(5/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0172495/

 

Combo Steelbook UHD/Blu-ray disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework