Moscou ne croit pas aux larmes : un classique restauré en haute définition (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Moscou ne croit pas aux larmes 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)

Synopsis

Moscou des années 50. Trois amies vivent dans un foyer. Leurs destins s'accomplissent comme pouvaient le laisser prévoir leurs caractères. Antonina s'est mariée, elle élève des enfants et aime son mari. Pour Lioudmilla, Moscou est une loterie qui doit obligatoirement lui apporter le bonheur. Mais Katerina a élevé sa fille en terminant ses études, a travaillé et est devenue directrice d'une usine chimique. C'est alors qu'elle tombe amoureuse d'un homme ayant, tout comme elle, une forte personnalité…

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : Москва слезам не верит (Moskva slezam ne verit)
• Support testé : Blu-ray
• Genre : comédie dramatique
• Année : 1980
• Réalisation : Vladimir Menshov
• Casting : Vera Alentova, Aleksey Batalov, Irina Muravyova, Raisa Ryazanova, Aleksandr Fatyushin, Boris Smorchkov, Yuriy Vasilev, Natalia Vavilova, Zoïa Fiodorova
• Durée : 2 h 28 mn 09 (1 h 06 mn 47 - 1 h 21 mn 22)
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,37/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique russe - Dolby Digital 5.1 français
• Bonus : entretien avec Françoise Navailh, historienne du cinéma russe et soviétique, présidente du site www.kinoglaz.fr : portrait de Vladimir Menchov (15 mn 42), les acteurs et le film (22 mn 27), les femmes en URSS (16 mn 47) - interview de Vladimir Menchov, réalisateur (8 mn 55), de Valentin Tchernykh, scénariste (25 mn 31), de Sergueï Nikitine, compositeur de la musique (10 mn 53), de Vera Alentova, dans le rôle de Katerina (3 mn 20), de Irina Mouraviova, dans le rôle de Lioudmila (6 mn 22), de Raïssa Riazanova, dans le rôle d'Antonina (15 mn 12)
• Éditeur : Potemkine

Commentaire artistique

Succès absolu en son temps en URSS, Moscou ne croit pas aux larmes, récompensé par l’Oscar du meilleur film étranger en 1981, demeure un classique du cinéma soviétique et une formidable fresque sociale et humaine sur un sujet qui se fait rare au cinéma : la camaraderie féminine. Coécrit et dirigé par Vladimir Menchov, surtout un grand acteur (cf. bonus) mais aussi réalisateur, ce mélodrame poignant, que n’aurait pas renié Douglas Sirk, dépeint, sur un ton toujours bienveillant, l’insertion sociale dans la capitale de la jeune génération provinciale des années 60 qui venait s’y établir. Structuré en deux époques, avec une ellipse de 20 ans suggérée par une scène avec téléphone fort habile, Moscou ne croit pas aux larmes suit le destin de trois jeunes femmes au caractère contrasté mais toujours fermement attachées à leur amitié indéfectible qui leur permettra de traverser les aléas de l’existence. Le trio est incarné par trois comédiennes empathiques aux rôles très dissemblables : Katia, la brillante mère célibataire emprunte les traits de Vera Alentova, l’épouse du réalisateur qui débutait alors sa carrière, Lioudmila, la fille sans complexe, est jouée par Irina Muravyova et Antonina, la mère de famille rangée, est interprétée par Raisa Ryazanova. La structure en miroir (cf. l’analyse pertinente de Françoise Navailh donnée en bonus) du film évoque les espoirs des jeunes filles fraîchement débarquées dans la capitale en 1950 et ce que ces espérances sont devenues vingt plus tard en 1978 selon une narration assez conventionnelle qui respecte les codes du genre. Aux côtés du trio féminin, plusieurs autres interprètes s’illustrent dans des rôles secondaires bien écrits : on retiendra bien évidemment la prestation remarquable d’Alexei Batalov en homme providentiel, celle très remarquée de Zoïa Fiodorova en concierge ou celle plus discrète de Natalia Vavilova en jeune adolescente sans oublier cette étonnante collaboration des participants du Festival du Film Français ! Dans ce classique, il n’y a pas que l’intrigue qui captive : la description du contexte est sans doute tout aussi intéressante spécialement de notre point de vue d’ occidental (et peut expliquer cet Oscar octroyé en pleine guerre froide) car elle révèle une structure sociale, des modes de vie et de pensée bien éloignés du modèle capitaliste : vie en collectivité (foyer, appartement, datcha), affirmation du travail ouvrier, sens de la camaraderie, égalité des chances, réussite liée à la hiérarchisation… Dans le détail, le film fourmille de notations directes ou indirectes qui présentent un bilan social, et accessoirement politique, des années post-staliniennes : avec le recul et en considérant le devenir actuel de l’ex-URSS, on pourra apprécier la modernité que dégage ce mélodrame passionnant pas avare en personnages sympathiques aux psychologies emblématiques. Si l’on peut se laisser gagner par la tension dramatique de cette histoire aux personnages féminins très attachants, Moscou ne croit pas aux larmes a, depuis, acquis la valeur d’un témoignage passionnant sur les transformations de la société soviétique en plein dégel post stalinien. La belle copie restaurée et les suppléments très instructifs invitent à revoir ce classique dans d’excellentes conditions.

 

Blu ray Moscou ne croit pas aux larmes

Commentaire technique

Image : copie HD, nouvelle restauration du film en 2K par Mosfilm, belle définition au piqué variable, bonne restitution des textures, grain argentique homogène et modéré, excellent contraste, image lumineuse et débarrassée de ses défauts, étalonnage naturaliste pas toujours équilibré et adapté au contenu de chaque partie, colorimétrie aux teintes nuancées et tons saturés

Son : mixage russe 2.0 monophonique, dialogues clairs sans distorsion ou défaut sonore, excellente dynamique qui profite à la musique de Serge Nikitin, ambiances bien équilibrées ; VF 5.1 non « lossless » dynamique, spatialisation discrète avec quelques effets d’ouverture, doublage pas toujours d’une grande clarté, voix trop présentes et artificielles

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile griseetoile grise(2,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0079579/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework