icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

La Rumeur : un drame intense dirigé avec maestria par William Wyler (en Blu-ray et DVD)

Blu ray La Rumeur 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)

Synopsis

Amies depuis les bancs de la faculté, Karen et Martha ont réalisé́ leur rêve en ouvrant un pensionnat de jeunes filles. Avec l'aide de la tante de Martha, Lily, elles dirigent un établissement qui jouit d'une bonne réputation. Fiancée au charmant docteur Cardin, Karen culpabilise à l'idée de quitter l'école et diffère la date de son mariage. Malgré́ tout, la vie s'écoule paisiblement et l'avenir semble radieux. Mais cette promesse de bonheur va être anéantie par le machiavélisme de Mary, une écolière tourmentée. Ses mensonges seront le début d'un engrenage funeste…

• Titre original : The Children's Hour
• Support testé : Blu-ray
• Genre : drame
• Année : 1961
• Réalisation : William Wyler
• Casting : Audrey Hepburn, Shirley MacLaine, James Garner, Miriam Hopkins, Fay Bainter, Karen Balkin, Veronica Cartwright, Mimi Gibson
• Durée : 1 h 48 mn 14
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,66/1 Noir et Blanc
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais, français
• MediaBook avec le Blu-ray et le DVD du film
• Bonus : bande annonce (1 mn 33) - La fin du voyage, entretien avec Sean Hepburn, fils d'Audrey Hepburn par Robert Fischer (2019, 15 mn 16) - Vérités sur un mensonge, entretien avec Veronica Cartwright par Robert Fischer (2019, 24 mn 38) - livret sur le film de Frédéric Albert Lévy, illustré de photos d'archives et avec un entretien récent inédit avec Catherine Wyler, fille de William Wyler (68 pages)
• Éditeur : Wild Side Video

Commentaire artistique

A l’origine du film de William Wyler La Rumeur, il y a une pièce à succès de Broadway écrite par Lilian Hellman « The Children’s Hour » sur un sujet inspiré d’un fait divers écossais du 19e siècle dont le thème était plutôt délicat à l’époque de la représentation théâtrale dans les années 30. L’histoire s’articule en effet sur l’affirmation par de jeunes élèves que leurs directrices d’école sont lesbiennes. Malgré une intrigue éminemment censurable, alors que le code Hays est en pleine application, Hollywood, qui compte bien en faire un long-métrage exploitant la popularité de la pièce, achète les droits et demande à l’auteure de scénariser son drame en l’édulcorant au maximum. Le film (qui aurait fait un excellent bonus) intitulé Ils étaient trois (These Three), gomme donc toute allusion aux relations amoureuses entre les deux femmes. Il est réalisé en 1936 par William Wyler avec Miriam Hopkins qui joue le rôle de Martha et Merle Oberon celui de Karen. En 1960 le même réalisateur-producteur, tout juste sorti de sa superproduction Ben-Hur, met en chantier une nouvelle adaptation dont le scénario est cette fois confié à John Michael Hayes. Même si le code de censure a fait long feu dans les années 60 permettant à La Rumeur de traiter plus directement et plus explicitement l’amour que Martha porte à Karen, le réalisateur coupera toutes les allusions homosexuelles : des scènes qui ont (heureusement) réintégrées sur le blu-ray. Certains ont voulu expliquer La Rumeur comme une manière de dénoncer les turpitudes du maccarthysme érigeant la délation - symbolisée ici par l’accusation des fillettes - comme une arme patriotique. Moins virulente que dans les années 50, la « chasse aux sorcières » avait en effet pesé sur la carrière de plusieurs des participants du film : il ne faut pas oublier qu’en 1947 William Wyler avait cofondé, avec d’autres personnalités du cinéma, un Comité de soutien aux 19 communistes accusés d’anti-américanisme. Pour interpréter les deux femmes, le cinéaste dispose du talent de deux comédiennes expérimentées et populaires, Audrey Hepburn et Shirley MacLaine, dont l’interprétation mérite, à elle seule, la vision du film. Splendidement photographié en noir et blanc par Franz F. Planer (Ben-Hur), La Rumeur est un film idéal pour William Wyler dont on connaît l’intérêt pour les échanges entre comédiens (cf. les innombrables prises entre Charlton Heston et Stephen Boy pour Ben-Hur) : sa mise en scène classique souvent taxée de statique (« Il faut savoir rester sur place ») est toujours mûrement réfléchie (cf. livret bonus). Située essentiellement dans un pensionnat, l’intrigue, sans grande scène d’action, passe par une succession d’échanges dramatiques, parfois chocs (révélations, aveux de Martha, etc.), fondés sur la subtilité de la narration - parfois sans dialogue - et sur l’intensité de jeu de tous les comédiens. Si James Garner incarne avec justesse le docteur Joe Cardin fiancé de Karen, il faut saluer la prestation de Miriam Hopkins (dans un rôle différent de celui qu'elle avait dans la version de 1936) en pathétique tante Martha et celle de Fay Bainter en grand-mère manipulée. Pour les pensionnaires, les deux rôles principaux ont été parfaitement endossés par Karen Balkin, en gamine odieuse et Veronica Cartwright en fillette kleptomane et influençable (cf. bonus). Remarquablement soutenu par la belle partition d’Alex North, La Rumeur est un superbe drame dont l’échec à la sortie consternera profondément William Wyler. Aujourd’hui, avec le recul, si ce film parait terriblement daté sur le fond, son indéniable qualité artistique demeure intacte. Selon Shirley MacLaine, aucun des participants de La Rumeur n’avait vraiment eu conscience des questions soulevées par son sujet dont l’approche semble de nos jours complément dépassée : ainsi la victimisation de Martha incapable d’assumer sa vraie nature et qui se désigne comme une coupable n’est plus recevable ! Autres temps, autres meurs mais, malgré son caractère foncièrement rétrograde, La Rumeur n’en demeure pas moins touchant par sa mise en scène exemplaire et son interprétation fascinante. Présenté dans une excellente copie assortie d’un livret passionnant, cette nouvelle édition Blu-ray permettra d’apprécier la maîtrise exemplaire de son metteur en scène : une belle leçon de cinéma.

 

Blu ray La Rumeur

Commentaire technique

Image : copie HD, Master restauré, excellente définition avec un beau piqué sur les détails, grain argentique modéré (tournage en 35 mm), image très propre sans défaut notable, gestion impeccable des contrastes, noirs profonds, échelle des gris homogène et nuancée

Son : mixage anglais 2.0 monophonique, dialogues (nombreux) clairs, excellente dynamique, bon équilibre général, spectre limité dans les aigus, pas de distorsion ou de souffle ; VF 2.0 monophonique aux voix légèrement plus dominantes, doublage soigné mais ne pouvant rivaliser avec la VO

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile demi rougeetoile grise(3,5/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0054743/

 

Combo Collector Blu-ray/DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Comments est propulsé par CComment

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework