icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube      

American Graffiti : le film culte, nostalgique et rock'n’roll, de George Lucas (en Blu-ray et DVD)

Blu ray American Graffiti 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)

Synopsis

Modesto, Californie, Août 1962. Pour Curt et Steve, la nuit qui commence est la dernière avant de partir à la fac. Une dernière nuit de fête, et il sera temps de faire leurs adieux à leurs copains de lycée. Les heures qui viennent seront inoubliables.

• Titre original : American Graffiti
• Support testé : Blu-ray
• Genre : comédie dramatique
• Année : 1973
• Réalisation : George Lucas
• Casting : Richard Dreyfuss, Ron Howard, Paul Le Mat, Charles Martin Smith, Harrison Ford, Cindy Williams, Candy Clark, Mackenzie Phillips, Bo Hopkins, Kathleen Quinlan
• Durée : 1 h 52 mn 23
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,39/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 anglais, français
• Bonus : commentaire audio de George Lucas en VOST - Making of (SD, VOST, 1998, 1 h 21 mn 31, réalisation Laurent Bouzereau) - essais des comédiens (VOST, 2011, 22 mn 51) - film annonce (2 mn 51) - DVD du film et DVD de bonus
• Éditeur : Rimini Éditions

Commentaire artistique

George Lucas n’a pas une filmographie à rallonge : lorsqu’il réalise American Graffiti en 1973, il n’a, à son actif, qu’un seul long métrage THX 1138 (1971, rappelé malicieusement dans American Graffiti sur la plaque d’immatriculation THX 138 de la voiture de Milner) et le reste de ses réalisations se cantonnera ensuite à la saga Star Wars (1977-2005). C’est avec un budget dérisoire qu’il entreprend de filmer le scénario, d’inspiration autobiographique affirmée (la ville de Modesto est la ville natale de George Lucas), qu’il a coécrit avec Williard Huyck et Gloria Katz : bonne pioche, le film sera excessivement rentable. Pourtant le principe du récit fragmenté narrant les dernières heures, à la fin de l’été 1962, de quatre adolescents d’une petite bourgade californienne qui s’apprêtent à partir pour l’université, ne suscite pas l’enthousiasme du studio : la sortie du film sans aucun acteur connu (à l’époque) sera retardée de six mois avant sa diffusion et même envisagée comme téléfilm avant de connaître un succès inattendu. Ce n’est que grâce à la participation financière de Francis Ford Coppola, auréolé par Le Parrain (1972), que le film avec ses innombrables chansons « oldies » des années 50/60 voit enfin le jour. Tourné de nuit à San Rafael et Petaluna, en à peine un mois et souvent avec deux caméras simultanées American Graffiti est un film typiquement californien des années 60 avec musiques rock, compétition de voitures rutilantes dont plus 300 véhicules prêtées par des collectionneurs (dont une Thunderbird blanche, une Chevrolet 1955, une Ford coupé jaune… et une anachronique 2CV de 1967) et Drive-In. Plusieurs scènes ont été improvisées et le casting donne sa chance à de nombreux jeunes acteurs promus à un brillant avenir : Ron Howard, Richard Dreyfus, Charles Martin Smith et Harrison Ford. Comme il le déclare lui-même (cf. Making of), George Lucas voulait dépeindre, dans son seul film qui ne soit pas de science-fiction, le passage à l’âge adulte, un choix difficile pour les ados qui sera associé à un pan de la culture américaine décrite comme un « âge d’or » fondée sur sa bande musicale et l’omniprésence de la voiture. Dans American Graffiti, ouvrant sur le classique « Rock Around the Clock » de Bill Haley, chaque véhicule, métaphore de la liberté, semble refléter le caractère de son conducteur. La période retenue n’est pas innocente : le cinéaste se place délibérément dans une époque idéalisée dont les valeurs n’ont pas encore été détériorées par les événements à venir (guerre du Vietnam, assassinat de JFK). Témoignage vintage, toujours plaisant à voir et à écouter, American Graffiti fonctionne comme un splendide juke-box alignant tous les standards du rock'n’roll, naïfs et entraînants, qui faisaient la joie des DJ d’alors : un « Teen Movie » fondateur, dont la mélancolie, intrinsèque à son thème sur la fin de l’innocence, n’a pas fini de séduire. Plaisant et nostalgique.

 

Blu ray American Graffiti

Commentaire technique

Image : copie HD, une assez belle définition avec un grain argentique et une certaine imprécision dans les détails due au choix du 35 mm Techniscope (tournage avec caméras Arriflex et Eclair), excellente restitution des textures (carrosseries des voitures), superbe gestion des contraste (même si George Lucas se plaint en commentaire d’avoir dû tourner ses scènes de rue dans deux villes aux éclairages différents), étalonnage chaud, colorimétrie chatoyante aux tons saturés, image propre

Son : mixage anglais 2.0 (au cinéma mixage en Dolby 4 pistes) avec une très bonne clarté sur les dialogues, une dynamique constante sur les nombreux morceaux musicaux et une spatialisation modérée assez frontale, donc peu immersive, les divers effets d’écho sont volontaires, manque flagrant de graves ; VF 2.0 dynamique mais trop artificielle du côté des dialogues

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0069704/

 

Combo Collector Blu-ray/DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Ajouter un Commentaire

Code de sécurité
Rafraîchir

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework