Terror Train - Le Monstre du train : vengeance sanguinolente sur la voie ferrée (en Blu-ray et DVD)

Blu ray Terror Train 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)

Synopsis

Afin de fêter comme il se doit la nouvelle année, un groupe d'étudiants organise un réveillon costumé dans un train à vapeur. Entre drogues, alcool, danse et divertissements, la soirée promet d'être animée. Mais un tueur s'est introduit dans le train…

LA SUITE APRÈS LA PUB

• Titre original : Terror Train
• Support testé : Blu-ray
• Genre : horreur
• Année : 1980
• Réalisation : Roger Spottiswoode
• Casting : Jamie Lee Curtis, Ben Johnson, Hart Bochner, David Copperfield, Derek McKinnon, Sandee Currie, Timothy Webber, Anthony Sherwood, Vanity
• Durée : 1 h 36 mn 51
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 1,85/1
• Sous-titrage : français
• Pistes sonores : DTS-HD MA 2.0 monophonique anglais, français
• Bonus : interview du réalisateur Roger Spottiswoode (2019, VOST, 16 mn 48) - interview de la coscénariste Judith Rascoe (2019, VOST, 5 mn 38) - portrait de Jamie Lee Curtis (2014, VF, 26 mn 37, réalisation Martin Saint Charles) - livret « Le Monstre du train - La vie duraille » (20 pages) par Marc Toullec - DVD du film
• Éditeur : Rimini Éditions

Commentaire artistique

Nonobstant la présence au générique de deux « pointures », Ben Johnson et Jamie Lee Cutrtis, de la seule apparition dans un long-métrage du prestidigitateur David Copperfield et de la signature prestigieuse de John Alcott pour les éclairages et la photographie, Le Monstre du train, premier film réalisé par le canadien Roger Spottiswoode - monteur de Sam Peckinpah - ne réjouira que les inconditionnels du genre. Ce slasher (tueur en série masqué) n’est en effet qu’une pâle imitation transposée dans un train de nuit, du classique et culte Halloween, la Nuit des masques que John Carpenter avait dirigé en 1978. La comparaison entre les deux films, qui partagent la même trame dramatique et la même vedette féminine, tourne à l’avantage du modèle. C’est le producteur Daniel Grodnik qui eut l’idée de déplacer l’intrigue du film de Carpenter dans un train, après avoir vu ce film conjointement avec un autre, Transamerica Express (1976) d’Arthur Hiller. Les conditions de tournage dans un froid extrême et de nuit dans un hangar où le train « studio » était abrité sont racontées avec humour par le réalisateur (cf. bonus). Il explique comment John Alcott, directeur de la photographique chez Stanley Kubrick, obtint ses clairs obscurs en réutilisant une optique spéciale à très grande ouverture conçue pour Barry Lyndon (1976) et en recourant à d’innombrables ampoules avec variateurs d’intensité : un travail d’orfèvre ! Selon les spécialistes du genre, le film de John Carpenter ne serait pas la seule source pour Le Monstre du train : les similitudes relevées avec Thirteen Women (1932) de George Archainbaud ne seraient pas une coïncidence bien que le cinéaste n’en dise rien dans le bonus. Le film est sorti en pleine vague de slashers similaires surfant, à la fin des années 70 (cf. Prom Night, Le Bal de l’horreur sorti chez Rimini), sur la vague Halloween dont ils copiaient les recettes et cette abondance de séries B de genre a rendu la compétition sévère. Le film de Roger Spottiswoode s’inscrit dans la moyenne avec deux infimes changements : le vengeur change de « masque » à chaque tuerie et il s’en prend aux jeunes hommes (la seule fille tuée est jouée par la jolie Sandee Currie). Si Jamie Lee Curtis rejoue son personnage de jeune fille intrépide, la présence de l’acteur de John Ford et de Sam Peckinpah, Ben Johnson, est un atout même si il compose un contrôleur de train rassurant mais guère crédible en opposition au serial killer incarné par un non professionnel, le travesti Derek McKinnon. Les rouages stéréotypés de l’intrigue et quelques incohérences gênantes, que ce soit l’usage aberrant des espaces ou la quasi invulnérabilité du tueur, limitent le divertissement au plaisir basique du petit film d’horreur en huis clos, efficace mais guère mémorable. Halloween dans un train à vapeur : une combinaison plutôt distrayante.

 

Blu ray Terror Train

Commentaire technique

Image : copie HD, nouveau Master issu d’un scan récent en 2K à partir de l’internégatif original, bonne définition avec un léger grain argentique et une belle restitution des éclairages et des ombres, étalonnage chatoyant à la colorimétrie chaude et aux tons saturés, quelques défauts de pellicule

Son : mixage anglais 2.0 (le remix 5.1 du blu-ray américain n’a pas été retenu), dialogues clairs, bon équilibre avec les ambiances et la musique, excellente dynamique, léger souffle ; VF 2.0 ancienne, voix trop détachées des ambiances

LA SUITE APRÈS LA PUB

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile grise(3,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt0081617/

 

Combo Collector Blu-ray/DVD disponible sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework