Annabelle la maison du mal : la sinistre poupée est de retour (en Blu-ray, DVD et VOD)

Blu ray Annabelle La maison du mal 00

Note artistique : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile griseetoile grise(3/5)

Synopsis

Déterminés à mettre Annabelle hors d'état de nuire, les démonologues Ed et Lorraine Warren enferment la poupée démoniaque dans leur « pièce des souvenirs », en prenant soin de la placer derrière une vitre sacrée et de solliciter la bénédiction d'un prêtre. Mais Annabelle réveille les esprits maléfiques qui l'entourent et qui s'intéressent désormais à de nouvelles victimes potentielles : Judy, la fille des Warren âgée de 10 ans, et ses amis. Une nouvelle nuit d'horreur se prépare…

• Titre original : Annabelle Comes Home
• Support testé : Blu-ray
• Genre : horreur
• Année : 2019
• Réalisation : Gary Dauberman
• Casting : Vera Farmiga, Patrick Wilson, Mckenna Grace, Madison Iseman, Katie Sarife, Michael Cimino, Samara Lee, Kenzie Caplan
• Durée : 1 h 46 mn 05
• Format vidéo : 16/9
• Format ciné : 2,39/1 et 1,85/1
• Sous-titrage : français, néerlandais, anglais
• Pistes sonores : Dolby Atmos anglais, français - Dolby Digital 5.1 anglais, français
• Bonus VOST : Making of : le passeur/démon (5 mn 18), la mariée (2 mn 57), le loup-garou (3mn 07) - scènes coupées : la chambre des objets et le surnaturel (5 mn 07), la lumière et l'amour (4 mn 26) - 7 scènes coupées : patins à roulette, cuisien, gâteau d’anniversaire, Daniela et la mariée, à la recherche d’Annabelle, fin alternative, discussion sur le loup-garou (11 mn 28)
• Éditeur : Warner Home Video

Commentaire artistique

Suite directe du film Annabelle (2014) ce nouvel opus Annabelle : la maison du diable reprend le fil de l’histoire là où elle s’était arrêtée et concentre toute l’intrigue dans la maison des époux Warren. Rappelons que si la franchise The Conjuring (2013) est complètement fictionnelle, le point de départ est réel : les époux Ed et Lorraine Warren, « enquêteurs paranormaux » ont enquêté sur le cas d’une poupée de la marque Reggedy Ann qui, en 1968, « possédée par un démon » aurait persécuté deux étudiantes avant d’atterrir dans une armoire bénite du musée Warren dans la cave de leur maison… En avril 2019 vient de disparaître Lorraine Warren à laquelle le film Annabelle : la maison du diable est dédié. Le nouvel opus met donc brièvement en scène les époux toujours joués par Vera Farmiga et Patrick Wilson mais, passé le prologue, tout le récit en huis clos se déroule dans la maison Warren entre un trio de filles et la poupée maléfique. C’est Gary Dauberman, scénariste de toutes les variations (spin-off) « Annabelle », qui passe ici derrière la caméra et réalise un épisode convenu mais efficace en attendant la sortie de The Conjuring 3. Plus suggestif qu’horrifique, cette histoire avec et pour des adolescents parait bien formatée usant de procédés classiques et de stéréotypes. Les entités et les objets du musée multiplient les références aux dossiers Warren : armure japonaise du passeur Oni, loup-garou, bracelet de deuil, pièces de monnaie, piano, jeu Feeley Meeley, etc. Jamais ennuyeux, Annabelle : la maison du diable manque parfois de cohérence : cette porte du musée si facile à ouvrir, ces réactions illogiques des jeunes filles, mais témoigne de l’habileté de la réalisation et de la photographie à utiliser toutes les potentialités horrifiques de cette maison à l’architecture excessivement tarabiscotée. Si l’évocation des années 70 est plutôt sympathique, la progression dramatique laisse à désirer et les jeunes héroïnes peinent à nous convaincre de leurs faits et gestes, surtout de leur indécrottable curiosité qui frise la débilité. Véritable anthologie d’objets maléfiques dans le capharnaüm du musée Warren et collection de monstres plus ou moins inédits, Annabelle : la maison du diable pourra amuser les fans de la franchise mais ne réussit jamais à se départir de la banalité de son intrigue. Distrayant.

 

Blu ray Annabelle La maison du mal

Commentaire technique

Image : copie HD, excellente définition et bon piqué sur les détails (tournage numérique), gestion sans faille des contrastes avec de nombreuses scènes en basse lumière, étalonnage chaud et colorimétrie pimpante aux tons saturés et couleurs vives façon années 70

Son : mixage anglais Dolby Atmos clair sur les dialogues et dynamique sur les effets mais la spatialisation immersive, abusant des infra-basses (LFE), reste néanmoins assez modérée hormis quelques séquences plus ouvertes, les voies verticales se contentant d’ouvrir l’espace ; VF Dolby Atmos également très dynamique avec un doublage soigné

Notre avis

Image : etoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile rougeetoile grise(4/5)
Mixages sonores : etoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile bleueetoile grise(4/5)
Bonus : etoile rougeetoile rougeetoile griseetoile griseetoile grise(2/5)
Packaging : etoile bleueetoile bleueetoile demi bleueetoile griseetoile grise(2,5/5)

IMDb : https://www.imdb.com/title/tt8350360/

 

Blu-ray et DVD disponibles sur Amazon


Autres articles pouvant vous intéresser sur ON-mag et le reste du web



Comments est propulsé par CComment

Suivez nous

icon facebook instagram logo rond twitter logo rond icon youtube

ON Magazine fait partie de Coopetic Medias SIC-SA à capital variable, immatriculée au RC Paris, n° 80457246900018
Informations légales, contacts, rédaction, publicité, cookies, signaler un abus
Powered by Warp Theme Framework